les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -40%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
20.99 €

 

 attentat de la gare de bologne

Aller en bas 
+4
michel-j
frederic lavachery
Limir
michel
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
AuteurMessage
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyMer 6 Jan 2021 - 18:22


http://www.lavocedellevoci.it/2021/01/05/stragi-di-stato-alziamo-tutti-i-cappucci-eccellenti/

5 Gennaio 2021 di: Andrea Cinquegrani

STRAGI DI STATO / ALZIAMO TUTTI I CAPPUCCI ECCELLENTI

L’Agenda Rossa di Paolo Borsellino.

La Lista dei 3000 nomi custodita nel covo di Totò Riina.

Il più grande Depistaggio di Stato della nostra storia, ossia quello sulla Strage di via D’Amelio.

(...)

(traduction)

MASSACRES D'ÉTAT / SOULEVONS TOUS LES EXCELLENTES CAGOULES

L'agenda rouge de Paolo Borsellino.

La liste des 3000 noms conservés dans la cachette de Totò Riina.

La plus grande manipulation d'État de notre histoire, celle de l'attentat de Via D'Amelio.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyJeu 7 Jan 2021 - 16:21


https://www.ilfattoquotidiano.it/2021/01/07/strage-di-bologna-fu-chiesto-e-respinto-larresto-dellex-terrorista-di-avanguardia-nazionale-paolo-bellini/6057681/

Strage di Bologna, fu chiesto e respinto l’arresto dell’ex terrorista di Avanguardia Nazionale Paolo Bellini

Per il giudice per le indagini preliminari, pur in presenza di gravi indizi, non c'erano le altre esigenze cautelari. Il prossimo 11 gennaio è fissata l'udienza preliminare

di F. Q. | 7 GENNAIO 2021

(traduction)

Attentat de Bologne - l'arrestation de l'ancien terroriste de Avanguardia Nazionale Paolo Bellini a été demandée et rejetée

Pour le juge des enquêtes préliminaires, malgré la présence de preuves sérieuses, il n'y avait pas d'autres exigences de précaution. L'audience préliminaire est prévue le 11 janvier.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 8:26


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-gelli-soldi-1.5889542

Strage di Bologna, i soldi di Gelli: "Ancora punti oscuri"

Il gip Zavaglia respinge la richiesta di misura cautelare per Bellini. Non c’è pericolo di fuga, né di inquinamento delle prove

Pubblicato il 7 gennaio 2021

(traduction)

Le massacre de Bologne, l'argent de Gelli : "Des points encore flous".

Le juge Zavaglia rejette la demande de mesures conservatoires pour Bellini. Il n'y a pas de danger de fuite, ni de pollution des preuves


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 17:54


https://www.huffingtonpost.it/entry/strage-di-bologna-una-strage-di-stato_it_5ff85f16c5b6c77d85e5f4d1?utm_hp_ref=it-politica

Strage di Bologna: "Una strage di Stato"

La Corte di Assise nella sentenza Cavallini

08/01/2021 14:36 CET

(traduction)

Attentat de Bologne: "Un massacre d'État"

La Cour d'assises dans l'arrêt Cavallini

«Le dilemme de savoir si le massacre de Bologne était un soi-disant massacre dit « commun » ou un soi-disant massacre « politique » n'existe pas. Il n'existe pas à sa racine car il s'agissait d'un massacre politique, ou plus exactement d'un «massacre d'État» ». Ceci a été écrit par les juges de la Cour d'assises de Bologne dans les motifs de la condamnation qui, il y a un an, a condamné Gilberto Cavallini à la prison à vie pour complicité dans le massacre du 2 août 1980, le considérant comme le quatrième Nar qui a agi de concert avec Valerio Fioravanti, Francesca Mambro et Luigi Ciavardini déjà définitivement condamnés en tant qu'exécuteurs matériels de l'attaque. «On l'entend déjà de manière exhaustive et incontestable - lit-on dans les motivations de la sentence - à partir des erreurs de direction qui ont été commises, notamment celle consacrée dans les condamnations définitives prononcées contre Gelli, Musumeci, Belmonte, Pazienza (c'est-à-dire des hommes au sommet des institutions ou qu'ils les métastasaient avec leurs factions ou qu'ils étaient des envoyés spéciaux de pays étrangers).

Ces personnes n'auraient eu aucun intérêt à couvrir et à renvoyer impunis quatre criminels qui aimaient déclencher la panique dans la population et troubler la coexistence sociale, si  leur intérêt - concluent les juges - n'était pas également en jeu. Aucune logique ne peut dire le contraire ».

Pour les juges de la Cour d'assises de Bologne, le fait qu'à une distance de 37 ans (la condamnation de Cavallini a été prononcée il y a un an) "après la tromperie proclamée qui a conduit à la condamnation définitive des chefs des services secrets", l'acte d'accusation du massacre de Bologne "a, une fois de plus, 'implosé' dans une optique minimaliste et 'spontanée' qui conduit tout à la dimension autarcique de quatre amis au bar qui voulaient changer le monde (avec des bombes, mais aussi avec le défilé habituel de dissimulations et de tromperies) laisse perplexe, aussi parce que l'on ne sait pas par quel chemin d'enquête et/ou de procès on y est arrivé".

Pour la Cour d'assises de Bologne, qui a condamné Gilberto Cavallini à la prison à vie pour complicité dans le massacre du 2 août 1980, il s'agissait donc d'un "massacre politique, ou plus précisément, d'un massacre d'État". Les juges ont ensuite précisé qu'une condamnation du défendeur "pour le massacre politique n'est pas possible ici car - lit-on dans les motivations de la sentence - inopinément et de manière contradictoire, dans la même accusation, dans la partie descriptive du crime, le mot "spontané" a été inséré, ce qui constitue une négation du massacre politique, alias de l'État".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 18:25


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-bologna-cavallini-motivazioni-1.5892402

Strage di Bologna: ergastolo a Cavallini, duemila pagine di motivazioni

La Corte ricostruisce nel dettaglio perché Cavallini sarebbe responsabile degli 85 morti e oltre 200 feriti della bomba del 2 agosto 1980

Pubblicato il 8 gennaio 2021

(traduction)

Attentat de Bologne : emprisonnement à vie pour Cavallini, deux mille pages de motivations

La Cour reconstitue en détail les raisons pour lesquelles Cavallini serait responsable des 85 morts et plus de 200 blessés dans l'attentat du 2 août 1980

Bologne, 8 janvier 2020 - Les motifs de la condamnation de Gilberto Cavallini, l'ancien Nar condamné il y a exactement un an à la réclusion à perpétuité pour le massacre de la gare de Bologne ont été déposés. Un immense ouvrage de 2118 pages où la Cour, présidée par le juge Michele Leoni, reconstruit en détail pourquoi Cavallini serait responsable des 85 morts et des plus de 200 blessés dans la bombe du 2 août 1980 qui a explosé à la gare avec l'autre Nar.

Giusva Fioravanti et Francesca Mambro ont longtemps été définitivement condamnés à la réclusion à perpétuité, et 30 ans à la place pour Luigi Ciavardini. La défense de Cavallini, les avocats Gabriele Bordoni et Alessandro Cavallini, ont annoncé depuis longtemps l'appel. "Nous allons lire les raisons".

Pendant ce temps, l'audience préliminaire se poursuivra lundi pour ce que le procureur général identifie comme le «cinquième homme» du massacre, Paolo Bellini, pour qui lundi le juge d'instruction a rejeté la demande des magistrats du palais Baciocchi de l'arrêter.

" Cavallini était tout sauf un 'spontanéiste' "

Gilberto Cavallini «était tout sauf un« spontanéiste »confiné dans une cellule terroriste autonome. Malgré sa confidentialité maniaque, son nom est apparu dans de nombreux scénarios, directement et / ou accidentellement », lit-on dans la motivation de la condamnation de la cour d'assises de Bologne. «Il est clair que Cavallini, avec ses 'relations', était pleinement conscient des desseins subversifs qui impliquaient le terrorisme et des institutions déviantes», poursuit la Cour.

L'orateur et rapporteur pour avis, Michele Leoni, cite sur ce point une lettre adressée de prison à l'ancien terroriste Mario Tuti, fondateur du Front révolutionnaire national, par Valerio Fioravanti, le 22 novembre 1982: "Prenons par exemple le massacre de Bologne - a écrit le Nar - pourquoi Francesca (Mambro, ndlr)  et moi y sommes-nous et npn les différents Cavallini, qui ont aussi vécu avec nous? ».

Dans le même chapitre du «traité de la peine», 2118 pages déposées presque exactement un an après la condamnation (9 janvier 2020), on se demande «pourquoi pendant sept lustres une personne attendait essentiellement son procès». En ce qui concerne les responsabilités de Cavallini, il est également fait référence à la façon dont «de manière tout à fait significative, en 2004, la cour d'assises d'appel de Bologne, dans sa sentence qui a définitivement sanctionné la culpabilité de Ciavardini, a supposé que la "base" du groupe était confiée exclusivement à Cavallini, qui connaissait les lieux et les gens de la région, il a écrit: «Étrangement, il n'a même pas été inculpé du crime de massacre».

Selon la Cour qui l'a aujourd'hui condamné, «face aux innombrables indices sérieux recueillis, qui se lient et se renforcent, tous orientés dans la même direction, de manière à intégrer un cadre de preuve univoque d'une profondeur considérable, l'arrêt de culpabilité de Cavallini est une conclusion à l'abri de tout doute raisonnable ", du moins pour l'hypothèse au sens de l'article 422 du code pénal, à savoir le crime de massacre, dans le cas où celui-ci serait commis sans avoir pour but d'attaquer la sécurité de l'Etat.

Une évaluation «technique» du type de crime, qui est expliquée ci-dessous. La Cour, en effet, se dit convaincue que Cavallini est responsable du crime de massacre conformément au code pénal 285, c'est-à-dire de «massacre politique». Mais il souligne également comment le parquet a réitéré une position «minimaliste» dans l'approche accusatoire, un choix «substantiel, malgré l'indication de l'article 285 dans l'accusation». Elle parle d'un crime commis "dans le cadre de bande armée néo-fasciste spontanée" Nar formée avec Fioravanti, Mambro, Ciavardini et Egidio Giuliani "à l'exclusion de toute hypothèse de participation au crime par des tiers à identifier". Selon la Cour, qui ne partage pas cette approche, la conséquence en est en tout état de cause l'impossibilité d'aller "ultra petita"', c'est-à-dire au-delà des demandes du parquet et de la nécessité de ne condamner Cavallini que pour l'hypothèse d'un massacre "non politique".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 18:58


https://www.ansa.it/emiliaromagna/notizie/2021/01/08/strage-bologna-per-la-corte-gilberto-cavallini-era-consapevole_eba87ecf-f4a8-4ac5-b746-a470f4f1ee54.html

Strage Bologna, per la Corte Gilberto Cavallini era 'consapevole'

Le motivazioni della sentenza all'ergastolo: 'Cavallini lo sapeva, voleva riaffermare uno Stato autoritario'

08 gennaio 2021

(traduction)

Attentat de Bologne  -  pour la Cour, Gilberto Cavallini était "au courant".

Les motivations de la condamnation à la prison à vie : "Cavallini le savait, il voulait réaffirmer un État autoritaire".

(...)

Gilberto Cavallini "savait parfaitement qu'un massacre tel que celui du 2 août faisait partie d'un projet déstabilisateur qui impliquait l'État démocratique à sa racines, en vue de la réaffirmation d'un État autoritaire qui pourrait être le premier pas vers la restauration d'une forme d'État de type "Reich", qu'il idolâtrait ouvertement". C'est ce que la Cour d'assises de Bologne a souligné dans un passage des 2 118 pages de motivation de la sentence.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 19:11


https://www.ticinonews.ch/estero/stazione-di-bologna-i-giudici-fu-strage-di-stato-NF3645935

Stazione di Bologna, i giudici: “Fu strage di Stato”

Lo dichiara il Presidente della Corte d’Assise nella sentenza di uno degli attentatori, con contatti anche in Svizzera. I gruppi di estrema destra avrebbero agito in collaborazione con i Servizi segreti per “destabilizzare l’ordine democratico”

(traduction)

Gare de Bologne - les juges : "C'était un massacre d'État".

C'est ce qu'affirme le président de la Cour d'assises dans la sentence d'un des agresseurs, qui a également des contacts en Suisse. Les groupes d'extrême droite auraient agi en collaboration avec les services secrets pour "déstabiliser l'ordre démocratique".

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyVen 8 Jan 2021 - 20:53


Une réaction du M5S ( Mouvement 5 étoiles  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_5_%C3%A9toiles )

http://www.askanews.it/politica/2021/01/08/m5s-sentenza-strage-di-bologna-tassello-di-verit%c3%a0-e-giustizia-pn_20210108_00255/

(traduction)

Vendredi 8 janvier 2021 - 18: 16  

"Le prononcé de la Cour d'assises de Bologne qui, dans les motivations de la condamnation à la réclusion à perpétuité de Gilberto Cavallini, définit le massacre de Bologne comme un massacre politique et un massacre d'État, marque une étape importante dans la recherche de la vérité sur ce qui s'est passé et met en lumière l'une des pages les plus sombres et les plus sérieuses de l'histoire républicaine de notre pays ». C'est ce que nous lisons dans une note du groupe du Mouvement 5 étoiles à la Chambre. Cette déclaration est attribuée de manière générique aux députés étoilés qui sont membres de la Commission de justice de Monetcitorio. "Il est également important de lire la confirmation judiciaire que les auteurs du massacre auraient été protégés par des parties déviantes de l'État. Cette phrase représente un pas qui s'ajoute aux précédentes, pour arriver à la pleine justice que les proches des victimes recherchent avec courage, persévérance et détermination et que tout le pays attend depuis plus de 40 ans », conclut la note.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 5:56


https://www.ilfattoquotidiano.it/2021/01/08/quella-di-bologna-fu-una-strage-di-stato-nar-compromessi-coi-servizi-segreti-i-depistaggi-sono-stati-la-regola-da-piazza-fontana-a-ustica/6059235/

“Quella di Bologna fu una strage di Stato. Nar compromessi coi servizi segreti. I depistaggi sono stati la regola da piazza Fontana a Ustica”

Nelle oltre duemila pagine con le quali motivano la condanna all'ergastolo di Cavallini i giudici della corte d'Assise ricostruiscono tutti i dettagli sulla bomba del 2 agosto del 1980: "Strage buona per tutte le piste pur di negare responsabilità dei neri, servizi e istituzioni. Nell'80 la P2 al massimo del suo fulgore, venuta meno la possibilità del compromesso storico le mancava solo il botto risolutivo. Depistaggi? Prova che esiste deep State". I giudici chiedono d'indagare per falsa testimonianza e reticenza gli ex Nar Fioravanti e Ciavardini e l'ex generale dei carabinieri Mario Mori

di Giovanna Trinchella | 8 GENNAIO 2021

(traduction)

"Celui de Bologne était un massacre d'État. Nar compromis avec les services secrets. De Piazza Fontana à Ustica, les manipulations ont été la règle".

Dans les plus de deux mille pages avec lesquelles ils motivent la condamnation de Cavallini à la prison à vie, les juges de la Cour d'assises reconstituent tous les détails de la bombe du 2 août 1980 : "Un massacre bon pour toutes les pistes afin de nier la responsabilité des "noirs", des services et des institutions. Dans les années 80, la P2 au sommet de sa splendeur, la possibilité d'un compromis historique ayant disparu, il ne manquait plus que le coup décisif. Manipulations ("Depistaggi") ? Preuve que l'État profond existe". Les juges demandent d'enquêter pour parjure et réticence sur les anciens NAR Fioravanti et Ciavardini et l'ancien général des Carabiniers Mario Mori.

La "terreur" "pour être vraiment totale, perturbatrice et incontrôlable doit venir d'une main invisible". La réflexion de Michele Leoni, président de la Cour d'assises de Bologne, qui a condamné il y a maintenant un an Gilberto Cavallini à la prison à vie, se trouve à la page 2073 des motifs de la sentence du procès de l'ancien Nar à la barre, accusé d'être le quatrième homme dans le massacre du 2 août 1980, lorsqu'une bombe a traversé la gare et laissé dans les décombres et la poussière 85 vies perdues et 200 blessés. Pour Leoni, juge du verdict, le "dilemme" de savoir si le "massacre de Bologne est un massacre "commun" ou "politique" "n'existe pas", à la base, "parce que c'était un massacre politique, ou, plus précisément, un massacre d'État". Et c'est une conclusion qui, pour le magistrat, arrive de manière fluide et presque spontanée avec ces mots : "On peut le comprendre, de manière déjà exhaustive et incontestable, à partir de la tromperie ("depistaggi") qui a eu lieu, surtout celle qui est consacrée dans les sentences définitives prononcées contre Gelli, Musumeci, Belmonte et Pazienza (c'est-à-dire des hommes au sommet des institutions, ou qui les métastasaient avec leurs associations, ou qui étaient des envoyés spéciaux de pays étrangers). Ces personnes - a raisonné le juge - n'auraient eu aucun intérêt à couvrir et à envoyer impunément quatre criminels qui ont pris plaisir à semer la panique dans la population et à perturber la coexistence sociale si leurs intérêts n'étaient pas en jeu. Aucune logique ne peut dire le contraire".

La «main invisible» de la terreur - Le parquet de Bologne - qui en reprenant un dossier destiné à l'archivage - poursuit le chemin qui a conduit à demander la mise en examen de l'éventuel cinquième homme de l'attentat, Paolo Bellini, pour ceux est considéré comme complice de la manipulation ("depistaggio"), l'ancien général de la Sisde Quintino Spella et l'ancien carabinier Piergiorgio Segatel, et pour Domenico Catracchia, administrateur de copropriété de propriétés en via Gradoli à Rome, accusé de fausses informations au procureur, il trouvera dans les mots black mis sur blanc une sorte d'indication de l'horizon à explorer dans le futur nouveau processus. «Ceux qui ont commis un massacre (comme tout autre crime) et ceux qui le protègent sont conscients des raisons pour lesquelles le massacre a été perpétré et devait l'être. Surtout - lit les raisons - tous deux veulent sauvegarder le but du massacre, c'est-à-dire la terreur, qui, pour être vraiment totale, perturbatrice et inattaquable, doit venir d'une main invisible. Ce n'est qu'ainsi que la population se sent exposée sur tous les fronts, à la merci de tout, sans coordonnées, références, abris sûrs, car personne ne peut identifier un ennemi contre lequel se défendre ».

Le «compromis historique» raté et le «coup décisif» - Un ennemi parfaitement inséré dans un contexte historique, celui des années de plomb, où la «perspective politique atlantiste» était maîtresse et où la possibilité du compromis historique a échoué, elle a fait apparaître "le bang". Il ne s'agit pas d'un nouveau cadre pour le même rédacteur mais il est décrit suivant une structure précise. Il peut être «représenté selon un schéma géométrique constitué de trois concentriques - écrit le juge - dans le mineur et dans le plus profond d’entre eux l’activité (idéationnelle et organisationnelle) des cellules opérée au niveau matériel, auquel parfois l’exécution de des massacres et des attaques ont été sous-traités. Immédiatement au-dessus, en tant que cercle intermédiaire, se trouvent l'activité et le mouvement mondial de subversion terroriste visant à renverser l'ordre institutionnel par une stratégie de terreur aveugle. Le troisième cercle, le plus extrême, est identifié dans le cadre piduiste, intimement intégré dans une perspective politique atlantiste qui a cultivé et exploité des activités subversives et terroristes à des fins de consolidation et d'occupation du pouvoir ». Et les preuves rassemblées lors du procès - qui a duré près de deux ans - toutes les «perspectives judiciaires» «témoignent d'une interprétation univoque des faits. En cet été 1980, la P2 était à son apogée. Avec la possibilité d'un compromis historique (qui à l'avenir aurait finalement ouvert la voie à une démocratie d'alternance, détestée même par le bloc soviétique), il ne lui manquait que le «bang» décisif, dans l'intérêt de soi et des autres ».

Toutes les pistes étrangères pour nier la responsabilité des terroristes "noirs"

Commence alors le tourbillon de tromperie ("depistaggi") et d'inclusion de pistes étrangères : l'allemande, la libanaise, l'espagnole, la monégasque (piste Ciolini), la libyenne et bien sûr la plus célèbre palestinienne (déposée en 2015 après 9 ans d'enquête, ndlr) que la défense de l'accusé Cavallini a tenté de ramener dans le processus. Le juge rappelle qu'il a été "jeté un crochet aussi pour une piste israélienne, trop exigeante cependant pour être acceptée par qui que ce soit. Il n'en reste pas moins que le massacre de Bologne a été un massacre bon pour toutes les pistes, diverses, hétérogènes, toutes fongibles comme des pièces détachées, pas du tout liées entre elles, sauf pour un but commun : nier la responsabilité des terroristes de droite italiens, des services secrets italiens et des institutions italiennes, et tout détourner au profit d'organisations étrangères non spécifiées, imaginaires et fantaisistes, ou de gouvernements étrangers qui à leur tour ont recruté des mercenaires non spécifiés et imaginaires. Cela aussi n'est pas sans importance. Mais elle est aussi dramatique parce qu'elle révèle comment, de plusieurs côtés, mais conjointement, il y a toujours eu un effort systématique pour cacher la vérité. Le massacre de Bologne est toujours une affaire marquée par une étonnante convergence de mensonges et de tromperies, qui se poursuit encore aujourd'hui".

La galaxie de droite "melting pot" avec "identité partagée"

Mais quel était le vrai visage de ces terroristes ? Selon la Cour d'assises, "la droite radicale et subversive n'était pas un groupe d'acronymes séparés et indépendants, mais un groupe d'éléments qui interagissaient et coopéraient par partage et osmose, sous la bannière d'un dessin commun. C'est ce qui caractérise tout d'abord les deux formations, la NRA et la Terza Posizione, qui ont la plus grande adhésion aux nouvelles générations, aux jeunes et aux très jeunes qui sont attirés par le mirage de combattre, même de façon sanglante, la société bourgeoise et de parvenir à une révolution contraire à celle poursuivie par les extrémistes de gauche". Une vision qui a conduit le parquet général de Bologne à émettre des hypothèses sur lui dans la tranche de l'enquête concernant les commanditaires du massacre.

"Nar et Terza Posizione n'étaient pas des entités aussi distinctes, divergentes, séparées, concurrentes également du point de vue idéologique, comme beaucoup l'ont prétendu. Au contraire, il y a eu des points de contact, des chevauchements, des interpénétrations, des synergies, qui, cependant, comme on le verra dans toutes les déclarations recueillies, ont été très amples et ont dépassé non seulement les cadres déclarés de ces deux entités, mais ont même été projetées sur l'ensemble de la droite subversive, qui pourrait bien être considérée comme une sorte de creuset dans lequel toutes les composantes se reconnaissent dans une identité commune", lit-on dans les motivations. Un panorama donc, varié dans certains mondes, mais uni dans l'identité et aussi dans les relations avec les services secrets, dont les NRA n'étaient certainement pas exclus. "On ne comprend pas pourquoi - lit-on dans un autre chapitre du verdict - dans le panorama bigarré du terrorisme de droite, Tuti, Concutelli, Delle Chiaie, Graziani, Massagrande, les différents chefs de l'Ordine Nuovo et de l'Avanguardia Nazionale, Fachini, ainsi que Fiore et Adinolfi, ont tous été compromis avec les Services et avec d'autres pouvoirs de l'État, et seul le NRA (y compris Cavallini) a fait exception. Les juges excluent donc que les Nar "étaient les seuls porteurs d'une virginité d'intention". "De nombreux éléments permettent d'affirmer que les Nar étaient mutuellement intégrés avec des personnages et des organisations de même extraction". De plus, "une myriade de déclarations dépeignent un compromis profondément enraciné entre le terrorisme, la P2 et les services secrets".

"Cavallini aurait pu être jugé 38 ans plus tôt"

Et Cavallini "était tout sauf un "spontanéiste" confiné dans une cellule terroriste autonome. Malgré son secret maniaque, son nom est apparu dans de nombreux scénarios, directement et/ou accessoirement. Il est clair que Cavallini, avec ses "relations", était pleinement conscient des desseins subversifs qui impliquaient le terrorisme et les institutions déviantes". La Cour rejette la partie de l'acte d'accusation comportant le terme "spontané" qui empêchait un verdict de culpabilité pour massacre politique. Une vision "qui ramène tout à la dimension autarcique de quatre amis au bar qui voulaient changer le monde (avec des bombes, mais aussi avec le défilé habituel de couvertures et de tromperies) laisse perplexe, car on ne sait pas par quel cheminement de l'enquête et/ou du procès on en est arrivé là. Sans oublier que Cavallini aurait pu être jugé beaucoup plus tôt. Le juge cite une lettre de Valerio Fioravanti (à la position et à la responsabilité duquel, avec Francesca Mambro, de nombreuses pages sont consacrées, ndlr) qui écrit : "Prenez, par exemple, le massacre de Bologne : pourquoi Francesca et moi y sommes et non les différents Cavallini, qui ont également vécu avec nous ? Ici, pour le président extendeur Leoni, "le fait que la contribution de facilitation ait été intégrée aussi par la simple hospitalité accordée à l'agresseur (dont on pourrait dire qu'il est pacifique même sur la base de cet échange confidentiel) a été immédiatement perçu même par le profane. Il y a bien trente-huit ans".

Du meurtre de Mario Amato à celui de Piersanti Mattarella. Le Testament de Falcone

Dans l'énorme quantité d'actes, de procès-verbaux et de sentences analysés et étudiés par les juges, il y a aussi ceux concernant l'assassinat du juge Mario Amato - abattu à Rome le 23 juin 1980 par le Nar - et celui du président de la région Piersanti Mattarella, tué à Palerme le 6 janvier 1980 par la mafia. Dans le cas du magistrat, le tribunal parle d'"un autre exemple clair de la stratégie, et de la nécessité, de supprimer toute personne qui s'approchait de vérités trop "gênantes". La toge était chargée des enquêtes sur le terrorisme noir et les juges ont vu dans cette intuition d'une unité criminelle une très forte proximité avec Giovanni Falcone. De Mattarella - à qui plus de 100 pages sont consacrées - on parle de comment, avec sa politique, il a été le "promoteur le plus accrédité d'un nouveau "compromis historique", dans le sillage tracé par Aldo Moro" et on avance l'hypothèse du "recours à des tueurs étrangers à la Cosa Nostra, provenant d'autres organisations criminelles, ce qui aurait ouvert la voie à une collaboration concrète avec l'anti-État".

Le tribunal a ensuite rendu compte de l'audition par Falcone de la session du 3 novembre 1988 de la Commission parlementaire anti-mafia: "Le problème d'une plus grande complexité concernant le meurtre de Mattarella découle de l'existence d'indices également contre des membres de la droite subversive tels que Valerio Fioravanti . Je peux le dire avec une extrême clarté car il résulte également de telles déclarations au procès de Cristiano Fioravanti qui a accusé son frère de lui avoir dit que lui-même, avec Gilberto Cavallini, était l'exécuteur testamentaire du meurtre de Piersanti Mattarella. Il s'agit donc d'une enquête extrêmement complexe car il s'agit de comprendre si et dans quelle mesure «la piste noire» est une alternative à la mafia, ou si elle s'interpénètre avec la mafia. Cela pourrait signifier des soudures et surtout la nécessité de refaire l'histoire de certains événements dans notre pays, même de temps très lointains. Il y a eu des problèmes majeurs de prudence en ce qui concerne les procédures en cours dans d'autres juridictions, comme le procès pour le massacre de Bologne mentionné ci-dessus, sur plusieurs points, l'affaire coïncide. Il y a aussi des connexions et des coïncidences avec le procès pour le massacre du train Naples-Florence-Bologne qui est actuellement en discussion, des connexions qui remontent à certains passages du `` coup d'État de Borghèse '', dont on peut parler car il a déjà été discuté dans le procès, dans laquelle la mafia sicilienne était certainement impliquée. Cela résulte des déclarations convergentes, même inconscientes, de Buscetta, Liggio di Calderone. Il existe également des liens avec la présence de Sindona, qui sont tous des faits connus. Ces éléments impliquent pour le meurtre de Mattarella, si nous ne voulons pas gérer ce processus bureaucratiquement, la nécessité d'une enquête très approfondie que nous menons également et dont nous pensons qu'elle ne pourra pas être épuisée en peu de temps ". Le tribunal rappelle que «le meurtre de Mattarella était la dernière grande enquête menée par Giovanni Falcone. Peu de temps après, il a été délégitimé. Puis il a été tué. Ses thèses se sont perdues. Son histoire rappelle l'Ulysse de Dante qui est venu en vue du Purgatoire ".

Les avocats des familles des victimes : "Un acte d'une importance monumentale"  

La condamnation de Gilberto Cavallini "représente un acte d'une importance monumentale qui rend justice aux victimes et donne des explications logiques et amples à de nombreuses questions de fait et de droit. Le massacre de Bologne du 2 août 1980 est un massacre fasciste et d'État - commentent les avocats Andrea Speranzoni et Roberto Nasci - La sentence nous montre le visage du terrorisme noir, au service de ces appareils d'État qui ont saboté la démocratie de l'intérieur, par l'adhésion à la loge P2. Il y a des pages importantes concernant la réunion confidentielle du 5 août 1980 à laquelle de nombreux ministres ont participé au sein du gouvernement de l'époque, concernant l'assassinat de Piersanti Mattarella et le cadrage du phénomène du terrorisme noir en Italie au cours de ces années et les pactes de pouvoir qui ont été à l'origine et qui se dessinent aujourd'hui. Pour les avocats, "les pistes internationales s'effondrent, et le juge écrit que "la vérité" est que la piste palestinienne est basée sur des éléments techniques de pauvreté absolue. Il n'y a rien de grave qui "la soutienne" et, dans le volet palestinien, rien qui puisse atteindre la dignité d'un procès technique, ne serait-ce qu'un indice. Enfin, "les pages qui expliquent l'affaire qui a frappé Maria Fresu et qui traitent des effets destructeurs et dévastateurs de l'attentat sont tout à fait convaincantes". Sur les plaintes figurant dans la dernière partie de la phrase, ils disent qu'ils en tiendront compte et en feront part à l'association des familles des victimes, "pour décider s'il y a lieu d'exercer l'action civile". Qui, à ce stade, ne peut être que l'État.

"Les manipulations ("depistaggi")  par les organes de l'État ont été la règle, preuve qu'il existe un État profond"

"La manipulation ("depistaggi") par des organes de l'État a été la règle qui a marqué tous les massacres les plus graves commis dans notre pays de 1969 à 1980 (Piazza Fontana, train Gioia Tauro, Direction de la police de Milan, Piazza della Loggia, train Italicus, gare d'Ustica et de Bologne), et cela prouve déjà, in re ipsa, que les auteurs devaient bénéficier de la protection de l'État lui-même - lit-on dans les motivations -. Il s'agissait donc d'une conception constante, unitaire, "bloquée" et prolongée dans le temps, signe sans équivoque d'une dépendance réciproque entre les formations criminelles et les appareils d'État, complices d'une stratégie conçue à un haut niveau. Très haut niveau. Aux massacres, il faut ajouter les différentes tentatives ou menaces de coup d'État (Piano Solo, coup d'État Borghèse, coup d'État Blanc), les nombreuses attaques de trains qui auraient pu entraîner autant de massacres (de ceux des trains du printemps et d'août 1969, à l'attaque d'avril 1973 du train Turin-Rome, les deux, presque oubliées, de Vaiano en 1974, de Terontola en 1975 et de Silvi Marina en 1974) ; l'existence d'une entité secrète comme la P2, qui avait déjà englobé une série de hauts postes de l'État et qui "métastasait" progressivement toutes les institutions du pays ; les relations entre terrorisme, mafia et "ndrangheta". Ce n'est certainement pas une coïncidence si des structures comme "Gladio" et "Anello" sont restées totalement cachées jusque dans les années 90, et n'ont émergé qu'après le "déblocage" de l'échiquier international. Le fait qu'il ne s'agissait pas d'une question de "spontanéité" peut également être compris à la lumière de ces presque quarante ans qui se sont écoulés. Rien n'a changé, mais tout survit. Il y a des raisons personnelles pour ne pas avouer un massacre, tout comme il y a des raisons "supérieures"". Le juge va plus loin et explique que "toutes les tromperies qui ont marqué les massacres et les excellents crimes qui ont eu lieu en Italie sont une autre preuve de l'existence en Italie de ce qu'on appelle l'État profond, c'est-à-dire un ensemble d'organismes militaires, économiques, politiques, associatifs, plus ou moins légaux, avec une contiguïté plus ou moins submergée et transversale, qui conditionnent les stratégies de pouvoir de manière cachée, en utilisant les organismes représentatifs comme écran".

"Fioravanti, Mambro et Mori devraient faire l'objet d'une enquête pour parjure"

Aucun des condamnés, ni ceux qui ont été définitivement condamnés - Fioravanti, Mambro et Ciavardini - ni Cavallini, n'a jamais admis la responsabilité de ce qui est encore une plaie ouverte, parmi tant d'autres, pour l'Italie. Mais il ne s'agit pas seulement d'une affaire destinée à occuper les bureaux judiciaires, non seulement parce que le 11 janvier, l'audience préliminaire reprendra pour Paolo Bellini et les autres accusés du volet des principaux, mais aussi parce que les Assises de Bologne ont envoyé les documents aux procureurs pour enquêter sur Fioravanti, Ciavardini, l'ancien compagnon de Cavallini, Flavia Sbrojavacca, le général Mario Mori et l'ancien militant du Nouvel Ordre, Vincenzo Vinciguerra. Et s'il est vrai pour les juges des protagonistes de ces histoires qu'ils sont de l'Histoire, "la dynamique et les raisons du passé doivent continuer à rester blindées", il n'est pas dit que tôt ou tard la vérité ne prendra pas le bon chemin.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 10:25


https://www.ansa.it/english/news/2021/01/08/bologna-bombing-was-state-massacre-says-court_bf6a3cdd-9b75-44b3-b2e7-66702088c6ea.html

Bologna bombing was 'State massacre' says court

Judges explain life term for 4th NAR member Cavallini


08 January 2021
15:48

The August 2 1980 bombing of Bologna train station that killed 85 people was a "State massacre," Bologna judges said Friday in explaining their life term for a fourth member of the neofascist militant NAR group, Gilberto Cavallini.

   "It was a political massacre, or more accurately a State massacre," said the Assize Court judges in their written explanation.

   They said that the view that the massacre had been carried out by a gang of four acting alone was incorrect.

   The Bologna massacre (Italian: strage di Bologna) was a terrorist bombing of the Bologna Centrale railway station in Bologna, Italy, on the morning of 2 August 1980, which killed 85 people and wounded over 200.

   It was Italy's deadliest terrorist attack of the 25-year 'Years of Lead' of rightist and leftist militant violence.

   Several members of the neo-fascist terrorist organization Nuclei Armati Rivoluzionari (NAR, Armed Revolutionary Nuclei) were sentenced for the bombing, although the group denied involvement.

   Investigations have uncovered alleged links to Italy's secret services.

   NAR founders Francesca Mambro and Valerio Fioravanti were sentenced to life imprisonment for the massacre, and Luigi Ciavardini got 30 years.

   Late subversive rightist para-Masonic Propaganda Due (P2) lodge chief Licio Gelli was recently convicted of being among those who commissioned the bombing.

   Historians have seen the atrocity as part of a string of rightist subversive bombings in the so-called strategy of tension aimed at keeping the Communists out of national power.

   Other rightist militants have been convicted in the case, as well as the NAR members.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 10:30


https://bologna.repubblica.it/cronaca/2021/01/09/news/due_agosto_i_giudici_strage_di_stato_bolognesi_avevamo_ragione_noi_-281780543/

Due agosto, i giudici: "strage di Stato". Bolognesi: "Avevamo ragione noi

Le motivazioni della sentenza Cavallini. Il presidente dei famigliari delle vittime: "Stop alle tesi alternative"

09 GENNAIO 2021

(traduction)

Deux août, les juges: "massacre d'Etat". Bolognesi: "Nous avions raison

Les motivations de l'arrêt Cavallini. Le président des familles des victimes: "Arrêtez les thèses alternatives"


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 15:06


https://www.famigliacristiana.it/articolo/paolo-bolognesi-e-ora-diteci-chi-ha-voluto-la-strage-di-bologna-e-chi-ha-cercato-di-intralciare-la-verita.aspx

PAOLO BOLOGNESI: "E ORA DITECI CHI HA VOLUTO LA STRAGE DI BOLOGNA E CHI HA CERCATO DI INTRALCIARE LA VERITÀ"

09/01/2021 A quarant'anni di distanza, il presidente dell'Associazione dei familiari delle vittime ricorda la più grave strage della storia repubblicana, avvenuta il 2 agosto 1980


(traduction)

PAOLO BOLOGNESI : "ET MAINTENANT DITES-NOUS QUI A VOULU LE MASSACRE DE BOLOGNE ET QUI A ESSAYÉ DE FAIRE OBSTRUCTION À LA VÉRITÉ".

09/01/2021 Quarante ans plus tard, le président de l'Association des familles de victimes rappelle le plus grave massacre de l'histoire de la République, qui a eu lieu le 2 août 1980

(...)

Mais pourquoi un massacre avec autant de morts ?

"Je crois que, dans l'esprit des instigateurs et des inspirateurs politiques qui, je l'espère, seront identifiés, ce fut le coup définitif porté à notre système démocratique. Ce fut le point de départ du plan de renaissance de la P2. Jusqu'en 1974, ils voulaient un autre renversement, militaire, sur le modèle des colonels en Grèce. Avec la chute de Nixon, tout a changé et ils ont donc essayé de subvertir les institutions démocratiques de l'intérieur. Bologne, je crois, est exactement cela. Beaucoup ont également proposé des pistes étrangères. A côté de certains canulars comme celui des Palestiniens ou la prétendue connexion avec Ustica, je pense qu'il y a une part de vérité dans les intérêts que certains services étrangers avaient. Mais essayons d'abord de comprendre ce qu'a fait l'Italie et ensuite, le cas échéant, cherchons d'autres liens. Même si le fait qu'aujourd'hui encore, en 2020, après 40 ans, il y ait encore des réticences n'est certainement pas un bon signe.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 15:11





Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 15:22


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/una-ragnatela-di-false-testimonianze-e-calunnie-1.5893263

Una ragnatela di false testimonianze e calunnie

Nomi e denunce formalizzate nelle motivazioni del giudice Leoni. Tra questi dodici, anche l’ex generale Mario Mori già direttore del Sisde

Pubblicato il 9 gennaio 2021

(traduction)

Un tissu de faux témoignages et de calomnies.

Noms et dénonciations formalisés dans les motivations du juge Leoni. Parmi ces douze personnes, on trouve également l'ancien général Mario Mori, ancien directeur de la Sisde.

Le massacre, lit-on dans les 2 118 pages de motivations, "ne se confesse pas". Giusva Fioravanti, sa compagne Francesca Mambro et Luigi Ciavardini, "n'ont jamais admis leur responsabilité pour" plusieurs raisons ". L'ancien TP et Nar Walter Sordi, écrit la Cour," a rapporté que Cavallini lui avait toujours dit qu'il ne savait pas rien du massacre ". Puis l'ajout:" Qui que ce soit, il ne l'aurait jamais dit. "Parce qu'un militant d'organisations terroristes," n'aurait jamais admis des relations de continuité avec des pouvoirs occultes, et si une personne avait commis quelque chose très grave comme un massacre, en étant empêtré dans des mondes liés aux Services, et l'aurait avoué, signifiait mourir." Vincenzo Vinciguerra, reconnu coupable du massacre de Peteano, entendu en 2019 en tant que témoin a déclaré que" le passé n'est pas passé. Nous vivons toujours le passé ici, dans le présent ". Et, la Cour souligne maintenant, au-delà des escarmouches verbales dans le procès Cavallini entre ce dernier et Fioravanti," la préoccupation prééminente pour les deux (et pour les autres) était, encore et toujours, la défense d'une compréhension ancienne ". Parce que la dynamique et les raisons du passé" doivent continuer à rester protégées ".

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 18:20


attentat de la gare de bologne - Page 3 Bol111


attentat de la gare de bologne - Page 3 Bol211
attentat de la gare de bologne - Page 3 Bol311


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptySam 9 Jan 2021 - 19:58


https://corrieredibologna.corriere.it/bologna/cronaca/21_gennaio_09/cavallini-soldi-svizzera-legami-servizi-fu-strage-stato-1db66374-5242-11eb-81f0-16651ec7540a.shtml

Cavallini, soldi in Svizzera e legami con i servizi: «Fu una strage di Stato»

Le motivazioni della condanna all’ergastolo per la bomba. I giudici: «Era consapevole del complessivo disegno eversivo che coinvolgeva terrorismo e istituzioni deviate»

9 gennaio 2021 (modifica il 9 gennaio 2021 | 08:11)

(traduction)

Cavallini, l'argent en Suisse et les liens avec les services : "C'était un massacre d'État".

Les motivations de la condamnation à la prison à vie pour la bombe. Les juges : "Il était conscient du plan subversif global qui impliquait le terrorisme et les institutions déviantes".

Il était tout sauf un spontanéiste. Gilberto Cavallini entretenait des liens avec des réalités subversives multiformes et avec des secteurs déviés des institutions. A partir de là, le juge Michele Leoni, président de la Cour d'assises et auteur de la sentence, commence à motiver la condamnation à la prison à vie de l'ex-NAR, aujourd'hui âgé de 68 ans, détenu au premier degré "au-delà de tout doute raisonnable", coupable de complicité dans le massacre du 2 août, ainsi que, avant lui, Francesca Mambro, Luigi Ciavardini et Valerio Fioravanti. Une sentence monumentale, prononcée un an après la condamnation : 2100 pages qui replacent ce massacre dans le contexte plus large des massacres subversifs qui, à partir des années 70, ont ensanglanté l'Italie. "Un massacre d'État", comme l'ont dit les juges.

La nouvelle sentence

La nouvelle sentence, comme le reconnaît Leoni lui-même, arrive quarante ans plus tard, mais elle aurait pu être prononcée il y a longtemps, car selon le tribunal, "Gilberto Cavallini est coupable même dans l'hypothèse "minimale" de la contribution logistique et facilitante de l'hospitalité qu'il a donnée" au duo Mambro-Fioravanti dans sa maison de Villorba, à Trévise. Les juges se demandent pourquoi "depuis sept lustres, une personne est, pour l'essentiel, en attente de son procès". Bien qu'aujourd'hui encore il n'y ait pas de preuve irréfutable, que même 40 ans de procès n'ont jamais trouvée, c'est-à-dire un élément ou un témoignage qui pourrait placer le groupe Nar dans la gare ce matin-là, selon la Cour, "face aux innombrables indices sérieux recueillis, qui se lient et se renforcent les uns les autres", le tableau probant contre Cavallini est "sans équivoque et d'une épaisseur notable", corroboré par de nouveaux indices.

Le faux alibi

La tentative de créer un alibi pour la matinée du 2 août, écrit le juge, a été résolue dans un "tourbillon de versions différentes, contradictoires, illogiques, presque paradoxales". Les quatre n'ont pas d'alibi : Mambro, Fioravanti et Ciavardini affirment avoir été accompagnés de Villorba à Padoue par Cavallini, qui se serait ensuite rendu au Lido de Venise pour apporter une arme à modifier par un personnage mystérieux. Mais en plus des temps de voyage incompatibles, Cavallini nie les autres en disant qu'il était plutôt resté à Padoue pour rencontrer le "Sub", dont il a refusé de révéler l'identité pendant le procès. Parce que pour le juge, "il n'y a pas de "Sub" à appeler comme témoin".

Contacts avec les services

L'accusé n'a donné aucune explication quant à la présence dans son journal de deux numéros Sip, qui se sont avérés appartenir à un bureau confidentiel, lié aux services secrets et à l'OTAN. Mais en possession du "nègre" de la Nar, on a également trouvé un demi-billet de 1 000 lires, qu'il a lui-même déclaré avoir gardé, peut-être, comme laissez-passer pour retirer des armes ou de l'argent à un complice. Pour le juge, ce n'est pas une coïncidence si le système même des demi billets a été étudié par le Sid puis utilisé par l'organisation paramilitaire clandestine Gladio. Toutes les déprédations qui ont caractérisé les massacres et les "excellents" crimes qui ont eu lieu en Italie, "ainsi que les "provocations" ad hoc, constituent une autre preuve de l'existence en Italie de l'"État profond" - lit-on dans la phrase -, c'est-à-dire d'un ensemble d'organismes militaires, économiques, politiques, associatifs, plus ou moins légaux, plus ou moins immergés et transversaux, qui conditionnent les stratégies de pouvoir de manière cachée, en utilisant les organismes représentatifs comme écran".

L'argent en Suisse

Cavallini "avait des revenus de l'ordre de millions de dollars", il manipulait des francs suisses, il avait des comptes "blindés" en Suisse, disent de lui beaucoup d'anciens camarades et les notes toujours dans son journal en témoignent. "Il allait et venait continuellement de Suisse, pouvant aussi compter sur le secret bancaire alors impénétrable. En Suisse, il y avait aussi le pidouiste Licio Gelli avec son argent : c'est lui, est-il supposé dans l'enquête sur les instigateurs du massacre, qui est encore en phase d'audition préliminaire, qui a financé le Nar. Mais cela fera probablement l'objet d'un autre procès. Entre-temps, le juge Leoni écrit que Cavallini, "même après 40 ans, alors que chaque crime de nature financière est largement prescrit, raconte encore des mensonges pitoyables" sur cette énorme disponibilité financière : "un sujet qui, évidemment, pour d'autres raisons, est encore brûlant". De cette "importante quantité de preuves - conclut la Cour - il est clair que Cavallini était pleinement conscient des desseins subversifs qui impliquaient le terrorisme et les institutions déviantes. Il a bénéficié d'une couverture pour avoir pris la fuite en Argentine ("à l'époque où Licio Gelli y était une autorité") et en Bolivie : il a tué des personnes qui menaient des enquêtes sur la collusion entre la subversion et les services, il a travaillé à la défense d'une omertà qui allait bien au-delà de sa position". "Il savait parfaitement qu'un massacre comme celui du 2 août aurait fait partie d'un projet de déstabilisation de l'État démocratique".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyDim 10 Jan 2021 - 7:04


https://www.famigliacristiana.it/articolo/misteri-d-italia-su-bologna-la-verita-giudiziaria-c-e-a-differenza-di-ustica.aspx

FAUSTO CARDELLA: "SU BOLOGNA LA VERITÀ GIUDIZIARIA C'È A DIFFERENZA DI USTICA"

09/01/2021  A quarant'anni dalla strage Fausto Cardella, che da giudice in Cassazione ha scritto la sentenza definitiva a carico di Ciavardini, ricostruisce quanto si sa sul caso e il contesto di quegli anni

(traduction)

FAUSTO CARDELLA : "IL Y A UNE VÉRITÉ JUDICIAIRE SUR BOLOGNE, CONTRAIREMENT À USTICA".

09/01/2021 Quarante ans après le massacre, Fausto Cardella, qui en tant que juge à la Cour suprême a rédigé la sentence finale contre Ciavardini, reconstruit ce que l'on sait de l'affaire et du contexte de ces années.

Francesca Mambro et Giusva Fioravanti ont été condamnées à la prison à vie (1995) et Luigi Ciavardini a été condamné à 30 ans de prison (2007) pour le massacre de Bologne, qui a fait 85 morts et plus de 200 blessés le 2 août 1980. En janvier 2020, Gilberto Cavallini a été condamné en première instance à la prison à vie. Nous avons demandé à Fausto Cardella, qui a rédigé la sentence contre Luigi Ciavardini à la Cour de cassation et qui en 43 ans de carrière judiciaire a traité plusieurs "mystères" italiens, de nous aider à comprendre pourquoi même cette vérité est perçue comme incomplète.

Est-ce qu'il manque vraiment quelque chose ou est-ce une perception déformée ?

"Je dirais les deux choses, en ce sens que dans notre pays il y a une "conspiration" profondément enracinée, il y a une tendance à ne pas croire aux vérités officielles ou à croire qu'il y a toujours quelque chose à découvrir, mais de cette façon nous ne sommes jamais satisfaits ; en revanche, nous ne pouvons pas dire que la vérité établie par ces trois-quatre phrases épuise toutes les questions sur le massacre de Bologne (la procédure sur les instigateurs est en cours). Mais nous pouvons dire une chose : nous savons que la dynamique de Bologne et les exécuteurs ont été condamnés, ce qui a été reconstitué dans la sentence contre les deux premiers, a été confirmé dans celles contre les deux autres et aussi dans les rejets qui ont exclu les pistes alternatives. Non seulement que, dans la vision déformée de ceux qui ont commis ces crimes graves et dans le contexte de ces années-là, les motifs semblaient "plausibles"".

Pouvez-vous essayer de donner une idée à ceux qui sont jeunes pour se souvenir ?

"Il est plausible qu'en temps de guerre froide, un peu comme dans la Grèce des colonels, il y ait eu des impulsions autoritaires visant à "stabiliser" la position atlantique de l'Italie dans une clé anticommuniste et qu'elles aient conduit à la collusion et à la convergence d'intérêts entre des parties déviantes de l'État et des franges subversives de l'extrême droite. Cela n'exclut pas que ces franges soient allées encore plus loin, en poursuivant des objectifs autonomes. Les déportations et les tentatives de dissimulation ont, en tout état de cause, été constatées par des jugements qui ont été rendus en droit".

En tant que procureur, vous avez également abordé certains aspects de l'enquête Ustica, vous nous dites qu'il y a du mystère et du mystère ?

"Oui, si, dans le cas de Bologne, on peut dire qu'entre les pistes qui ont été suivies et écartées et les preuves qui ont été prouvées, la loi et l'État ont rendu un bon service, même s'il ne peut être exclu qu'il y ait encore des choses à découvrir, dans le cas d'Ustica, l'État a échoué dans son ensemble, la vérité judiciaire est sortie incomplète et le fait qu'à un certain moment les parents des victimes ont été sollicités pour les frais de justice est "criant". En tant que citoyen, je me dis qu'il ne peut y avoir eu qu'une bombe ou un missile intentionnel".

Vous avez parlé de tromperie, d'un éternel fantôme italien ?

"Il est nécessaire de préciser qu'une chose est la désinformation pour ainsi dire "physiologique" du suspect qui, ayant commis un crime, tente de polluer les preuves afin de les dissimuler. Un autre est celui dont nous parlons, commis par des organes de l'État pour éloigner une vérité inconfortable qui les concerne, la mise en opposition de la pièce d'État avec l'autre pièce qui enquête. Dans le cas de Bologne, il y a eu des condamnations pour cela. Dans le cas d'Ustica, nous sommes au-delà de cela : l'absence absolue de toute collaboration, il suffit de penser au fait que la présence d'un porte-avions américain, toujours niée, n'a été constatée que grâce à son encadrement désinvolte dans une photo de mariage".

Les phrases de Bologne datent de 1995, 2007, 2020. La complexité est-elle suffisante pour expliquer cette époque ?

"Pour les deux premiers, étant donné la complexité des faits et leur ampleur, je ne dirais pas qu'il y a eu un réel retard ; dans l'affaire Ciavardini, il y a eu une complication technique également dans le fait qu'il avait commis le crime en tant que mineur et qu'il a été jugé comme adulte. Le timing de ces affaires complexes est similaire ailleurs, pensez au meurtre de Kennedy. La pathologie de la justice italienne est dans la lenteur de la réponse dans l'ordinaire".

Les vérités "historiques" et "procédurales" sont souvent contrastées, avons-nous tendance à demander au système de justice pénale des vérités qui vont au-delà de son rôle ?

"Je dirais plutôt que nous perdons de vue le fait que le code exige, à juste titre, une norme de preuve plus stricte pour prononcer une condamnation à vie que pour publier un essai historique. Le premier affecte la vie des gens ; le second peut être réfuté sans nuire aux tiers".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyDim 10 Jan 2021 - 18:06


https://m.famigliacristiana.it/articolo/bologna-su-strage-di-stato-lo-scrivono-i-giudici-.htm

"BOLOGNA FU STRAGE DI STATO", LO SCRIVONO I GIUDICI

Con le motivazioni della sentenza di primo grado della Corte d'Assise di Bologna, che danno conto della condanna all'ergastolo Gilberto Cavallini, si aggiungono altre tessere che compongono il mosaico della storia giudiziaria di un momento buio della Repubblica. E non è ancora finita

09/01/2021

(traduction)

"BOLOGNE ÉTAIT UN MASSACRE D'ÉTAT", ÉCRIVENT LES JUGES.

Aux motivations de la sentence de première instance de la Cour d'Assises de Bologne, qui rendent compte de la condamnation à la prison à vie de Gilberto Cavallini, s'ajoutent d'autres pièces qui constituent la mosaïque de l'histoire judiciaire d'un moment sombre de la République. Et ce n'est pas encore fini.

(...)

En reconstituant la personnalité et le "curriculum" de Cavallini, la Cour reconstruit un portrait qui souligne sa conscience : "il avait des contacts avec Fachini, Signorelli, Maggi, Soffiati (pour ne citer que les noms les plus importants) ; il était couvert en Argentine et en Bolivie ; il avait des comptes protégés en Suisse ; il a tué des gens comme Mario Amato et Francesco Straullu, qui menaient des enquêtes à 360 degrés sur la collusion entre la subversion et les services ; il a participé à des expéditions punitives ; il a travaillé à la défense d'une omertà (code du silence) qui dépassait largement sa position (apparente) ; il avait des numéros de téléphone très confidentiels qui renvoyaient aux services de renseignement".

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyDim 10 Jan 2021 - 19:22


https://www.ilgiornale.it/news/politica/lultima-verit-sulla-strage-bologna-strage-politica-e-1915233.html

L'ultima verità sulla strage di Bologna "Strage politica e terrorismo di Stato"

Per i giudici l'ombra del "Deep State" ha basi reali e Cavallini (l'ultimo terrorista condannato) "colpì in modo consapevole"

Sab, 09/01/2021 - 17:00

(traduction)

La dernière vérité sur le massacre de Bologne "Massacre politique et terrorisme d'État"

Pour les juges, l'ombre de «l'État profond» a de vraies bases et Cavallini (le dernier terroriste condamné) «a frappé de manière consciente»

Pour la première fois, après un demi-siècle de bombes et de massacres, l'expression "massacre d'État" est sortie des rassemblements et des articles de presse, et est devenue un élément de condamnation.

En effet : la pierre angulaire de la sentence par laquelle, il y a un an, la Cour d'appel de Bologne a clôturé le procès pour le massacre du 2 août 1980 en infligeant la prison à vie à Gilberto Cavallini, extrémiste noir comme les deux premiers condamnés, Giusva Fioravanti et Francesca Mambro. Sur la présence de Cavallini à Bologne et sur sa culpabilité, les juges - dans les motivations déposées hier - n'ont aucun doute. Mais la sentence va beaucoup plus loin, au prix de lourdes critiques à l'égard des autres magistrats qui ont traité du massacre dans le passé. Et il fait apparaître le fantôme de l'"État profond", celui qui a été au centre des théories du complot les plus audacieuses, "un groupe - écrivent-ils - de corps militaires, économiques, politiques et associatifs, plus ou moins légaux, à contiguïté plus ou moins submergée et transversale, qui conditionnent les stratégies de pouvoir de manière cachée, en utilisant les corps représentatifs comme écran". L'État profond existe vraiment, et c'est là que les responsabilités du massacre et de ses dissimulations doivent être recherchées, dit la Cour d'appel. Et de conclure : "Le dilemme de savoir si le massacre de Bologne était un soi-disant massacre commun ou un soi-disant massacre politique n'existe pas. Il n'existe pas à la racine parce qu'il s'agissait d'un massacre politique, ou plus précisément, d'un massacre de l'État".

La phrase écarte comme fantaisie ou vérité de complaisance toutes les autres hypothèses formulées jusqu'à présent, de la théorie de l'explosion accidentelle à celle de l'attentat palestinien, hypothèse de Francesco Cossiga. Les juges ne sont même pas impressionnés par le rapport d'expertise qui, au cours de la procédure d'appel, a semblé rouvrir le jeu, le cabinet de conseil qui a parlé d'un interrupteur pour les essuie-glaces trouvé parmi les débris, et qui a renforcé l'idée d'une explosion involontaire, et qui a indiqué dans le terroriste rouge Ilic Ramirez Sanchez alias Carlos le protagoniste d'actions menées avec la même technique. Ils élucident le mystère des restes de Maria Fresu, la jeune fille sarde dont il ne reste que quelques parties de son visage. Et ils sont convaincus que la présence à Bologne, à proximité du massacre, de l'extrémiste rouge allemand, Thomas Kram, n'a rien à voir avec l'attentat : sinon, il serait "illogique" qu'il se soit inscrit à l'hôtel sous son vrai nom. Toutes les pistes alternatives, selon les motifs, visaient à "nier la responsabilité des terroristes de droite italiens, des services secrets italiens et des institutions italiennes, et à tout détourner vers des organisations étrangères non spécifiées, imaginaires et fantaisistes".

D'autre part, "Cavallini avait conçu une véritable idolâtrie envers la figure d'Adolf Hitler", et le choix de la date n'était pas accidentel : "Le 2 août marque la fin de la République de Weimar et la naissance officielle contextuelle de l'État absolu et de la figure du Führer dans la tête d'Adolf Hitler". La bombe faisait partie d'un "projet déstabilisateur qui impliquait les racines de l'État démocratique, en vue de la réaffirmation d'un État autoritaire qui pourrait constituer le premier pas vers la restauration d'une forme d'État de type Reich". Comment et pourquoi certaines parties des institutions ont partagé le projet fou d'un Reich italien, les juges ne l'expliquent pas. Mais dans un autre passage, ils expliquent que tant Cavallini que Mambro et Fioravanti ont été l'instrument d'une "direction des autres" non mieux spécifiée. Et ils s'insurgent contre leurs collègues du parquet qui ont crédité "inopinément" Gilberto Cavallini d'un comportement "spontané" : alors que, selon eux, cette bombe d'il y a quarante ans était tout sauf "spontanée".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyLun 11 Jan 2021 - 17:18


https://www.ansa.it/emiliaromagna/notizie/2021/01/11/strage-bologna-difesa-vittimebellini-orchestro-falso-alibi_518a49e4-6d7e-4a24-875d-846a5cca411a.html

Strage Bologna: difesa vittime, Bellini orchestrò falso alibi

'Era in Avanguardia Nazionale, realtà eversiva legata a Servizi'

11 gennaio 2021  13:38

(traduction)

Massacre de Bologne : défense des victimes, Bellini a orchestré un faux alibi

Il était à l'Avanguardia Nazionale, réalité subversive liée aux Services

Les avocats de la défense, Andrea Speranzoni, Roberto Nasci et Lisa Baravelli, ont déposé un mémoire dans lequel ils abordent divers aspects de l'enquête sur l'ancien avant-gardiste national Paolo Bellini, dont l'audience préliminaire est en cours devant le tribunal de Bologne, accusé d'avoir commis le massacre de la gare du 2 août 1980.
   Selon les avocats qui assistent l'association des familles des victimes, le jour de l'attentat, Bellini "a préparé et orchestré un faux alibi à l'appui de sa propre ligne défensive d'extranéité au massacre, et était soutenu par son clan familial dans lequel la figure de son père, Aldo Bellini (lié au procureur de Bologne de l'époque, Ugo Sisti) se distingue dans la conduite du détournement des enquêtes".

En outre, l'image probante acquise dans l'enquête, pour les avocats, "situe Paolo Bellini dans la réalité subversive néo-fasciste de l'Avanguardia Nazionale (Avant-garde nationale), une réalité qui - lit-on dans le mémoire - de très nombreuses données déclaratives ont émergé au cours de divers procès en matière de subversion, la placent comme intégrée et dans les rapports avec les hommes et les structures des services de sécurité (en particulier, du ministère de l'Intérieur)".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyLun 11 Jan 2021 - 19:10


https://www.giustizianews24.it/2021/01/11/i-processi-di-oggi-in-pillole-il-crac-della-popolare-di-bari-la-strage-di-bologna-e-il-disastro-ambientale-imputato-allex-ilva/

(traduction)

Lundi 11 janvier 2021 - 16:55

Bologne - Il ne s'est rien passé aujourd'hui lors de l'audience préliminaire sur la dernière ligne d'enquête du massacre de Bologne du 2 août 1980, qui a fait 85 morts. Sur le banc des accusés se trouve Paolo Bellini, ancien membre de l'avant-garde nationale, considéré comme un exécuteur du massacre, en collaboration avec les condamnés du Nar et Licio Gelli, Umberto Ortolani, Federico Umberto D'Amato et Mario Tedeschi (tous décédés et considérés comme des commanditaires, des financiers ou des organisateurs de l'attentat) ; l'ancien général de la Sisde Quintino Spella et l'ancien carabinier Piergiorgio Segatel, accusés de tromperie ; Domenico Catracchia, administrateur d'un condominium de la Via Gradoli à Rome, accusé d'avoir donné de fausses informations au procureur afin de détourner l'enquête. Le ministère public a présenté les motivations de la condamnation qui, le 9 janvier de l'année dernière, a conduit à la condamnation à vie de Giliberto Cavallini, ex-terroriste du Nar, par les juges de la Cour d'Assises de Bologne ; le juge de la Cour d'Assises de Bologne a déposé la demande de mesures conservatoires contre Bellini et la mesure de rejet du Gip Francesca Zavaglia. En outre, l'avocat de Spella, Luisa Granata, âgée de 91 ans, a présenté un certificat médical attestant de la gravité de l'état de santé de son client, en demandant un empêchement légitime. Le juge d'instruction Alberto Gamberini a décidé d'attendre le 1er février pour décider, le cas échéant, de retirer la place de Spella si son état de santé ne s'améliore pas. Lors de la dernière audience, les membres des familles des victimes, la région d'Émilie-Romagne, la municipalité de Bologne et le ministère public se sont joints à la procédure en tant que demandeurs.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyLun 11 Jan 2021 - 23:18


https://www.leggilanotizia.it/2021/01/11/2-agosto-1980-ora-cerchiamo-chi-ha-protetto-i-mandanti/

2 agosto 1980, “Ora cerchiamo chi ha protetto i mandanti”

11 Gen 2021

(traduction)

2 août 1980, "Nous recherchons maintenant qui a protégé les commanditaires"

Bologne. Le 11 janvier, le procès des principaux responsables de l'attentat à la gare reprend, qui voit Licio Gelli, Umberto Ortolani et D'Amato parmi les accusés, tous liés à la loge maçonnique P2. Nous avons demandé au président de l'Association des victimes de l'attentat, Paolo Bolognesi, une réflexion sur les scénarios que cette procédure peut ouvrir.

"La situation est intéressante car ce qui a émergé confirme le travail que l'association a fait parce que nous avons rouvert le procès de Cavallini en tant qu'auteur matériel de l'attaque (et Cavallini a ensuite été condamné à la réclusion à perpétuité vu qu'il a été reconnu coupable) et nous avons ouvert la façon d'amener les principaux au banc des accusés."

Qui sont maintenant morts.

«C'est vrai, mais cela n'enlève rien au travail et à la recherche de la vérité car désormais les juges sont appelés à définir les responsabilités de l'accusé. Outre les commanditaires, un nouveau chapitre a alors été ouvert concernant les fausses déclarations de certains des sujets entendus lors de cette enquête, en plus des preuves de véritables erreurs d'orientation (depistaggi) qui même après 40 ans ont été mises en place pour protéger ceux qui ont organisé et exécuté l'attaque. "

Il rouvre donc la question de la connivence de certains secteurs de l'administration de l'État avec ceux qui ont tué des dizaines d'innocents.


"Je veux être plus précis. Il y a deux aspects sur lesquels réfléchir. D'une part, nous avons les accusés du "depistaggio" (rappelons qu'il s'agit d'un crime défini comme tel il y a seulement quelques années (2016) et qu'il est également le résultat de mon activité de parlementaire). Les "depistaggi" dont ils sont accusés se réfèrent à des événements de 2019, ils sont donc très récents et nous font comprendre que la protection politique et administrative sur la bombe de Bologne a toujours été active. Ensuite, il reste la tentative de faire suivre aux enquêteurs la soi-disant piste palestinienne, tant soutenue par la droite et amplifiée par le journal "il Borghese", très proche de la galaxie de l'extrême droite. Rappelons que cette piste insaisissable est née en 1979, c'est-à-dire un an avant le massacre de Bologne, elle a fait l'objet d'une enquête parlementaire mais elle s'est révélée si évanescente que même la majorité du centre-droit de l'époque n'a pas voté les conclusions des travaux".

Et pourtant, après 40 ans, les mécanismes de protection sont déclenchés ?

"Oui, et c'est l'élément sur lequel nous devons travailler et nous ne devons pas oublier qu'il y a des responsabilités politiques et même aujourd'hui, nous avons des gens qui pensent et travaillent avec la logique d'il y a 40 ans".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyMar 12 Jan 2021 - 3:18


https://www.reggionline.com/strage-bologna-rinviata-ludienza-preliminare-bellini-imputato/

Strage di Bologna, rinviata l’udienza preliminare con Bellini imputato

11 gennaio 2021

(traduction)

Attentat de Bologne - audience préliminaire reportée avec l'accusé Bellini

Le ministère public a présenté des documents récemment déposés pour lesquels les parties ont demandé des délais pour la défense. La nouvelle audition a été fixée au 1er février.

BOLOGNE - L'audience préliminaire dans le nouveau volet du procès sur le massacre de Bologne du 2 août 1980, qui vise à faire la lumière sur les instigateurs, se poursuit aujourd'hui et a été immédiatement reportée.

Parmi les accusés, il y a aussi Paolo Bellini, un ancien militant de l'avant-garde nationale, aux liens obscurs avec les services secrets et la mafia, accusé d'être l'un des exécuteurs matériels. Ce report est dû au fait que le ministère public a présenté des documents récemment déposés dont les parties ont demandé les termes de la défense. La nouvelle audition a été fixée au 1er février.

La défense des parties civiles, les avocats Andrea Speranzoni, Roberto Nasci et Lisa Baravelli ont déposé un mémoire dans lequel ils abordent différents aspects de l'enquête sur Bellini. Pour les avocats, qui assistent l'association des familles des victimes, le jour de l'attentat "l'ancienne 'primevère noire' a préparé et orchestré un faux alibi pour soutenir sa ligne de défense d'extranéité au massacre et a été soutenue par son clan familial dans lequel la figure de son père, Aldo Bellini (lié au procureur de Bologne de l'époque, Ugo Sisti) se distingue dans la conduite de la diversion des enquêtes".


attentat de la gare de bologne - Page 3 Bellin10


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyMar 12 Jan 2021 - 7:57


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-il-nome-di-bellini-nell-agenda-cavallini-e-l-ex-generale-del-sisde-ricoverato-in-ospedale-1.5904496

"Strage, il nome di Bellini nell’agenda Cavallini" E l’ex generale del Sisde ricoverato in ospedale

12 gennaio 2021

(traduction)

"Massacre, le nom de Bellini dans l'agenda Cavallini" Et l'ancien général de la Sisde hospitalisé

L'audience préliminaire du procès des instigateurs du massacre du 2 août 1980 se poursuit et est immédiatement reportée au 1er février. Les accusés sont Paolo Bellini (photo), accusé de complicité avec les condamnés de NAR et avec Gelli, Ortolani, D'Amato et Tedeschi, tous décédés et considérés comme "instigateurs, financiers ou organisateurs". Demande de jugement également pour l'ancien général de la Sisde Quintino Spella et l'ancien carabinier Piergiorgio Segatel (tromperie), et Domenico Catracchia (faux), administrateur d'un condominium de la Via Gradoli à Rome où passait le Nar. Le report de la procédure est dû au fait que le Parquet général a déposé les motifs de la condamnation de Cavallini, la demande de mesures conservatoires à l'encontre de Bellini et l'ordonnance de rejet du juge d'instruction Francesca Zavaglia, pour lesquels les parties ont demandé des conditions de défense. L'avocate de Spella, Luisa Granata, a présenté un certificat médical pour les graves problèmes de santé de son client, en demandant un empêchement légitime. Aucun accusé n'était présent dans la salle d'audience. Enfin, un mémorandum sur Bellini a été déposé par les parties civiles: «Sa figure - donc un passage -, notée par Cavallini dans son journal, se présente comme un indice sérieux à replacer dans le contexte circonstanciel de l'ordre nouveau vénitien et de l'anneau (anello) de lien entre ce dernier et le groupe Nar: Cavallini ".


attentat de la gare de bologne - Page 3 Bell11


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 EmptyMar 12 Jan 2021 - 11:28


https://corrieredibologna.corriere.it/bologna/cronaca/21_gennaio_12/strage-rivelazioni-dell-ex-complice-bellini-stazione-ebbe-100-milioni-lire-a79b6360-54b7-11eb-a4d7-7a31872cf18b.shtml

Strage di Bologna, le “rivelazioni” dell’ex complice: «Bellini in stazione, ebbe 100 milioni di lire»

Le dichiarazioni sono agli atti dell’inchiesta della Procura generale. Il giallo delle impronte digitali sparite

12 gennaio 2021

(traduction)

Le massacre de Bologne, les "révélations" de l'ancien complice : "Bellini à la gare, il avait 100 millions de lires".

Les déclarations font partie de l'enquête du ministère public. Le mystère des empreintes digitales manquantes

Il y a les déclarations du vieux complice qui dit avoir appris par le frère de Paolo Bellini, deux mois avant sa mort, qu'il avait reçu 100 millions de lires pour participer au massacre du 2 août. Tout comme il y a l'obscure histoire de la disparition de ses empreintes digitales en 1982 : d'anciens éléments que le ministère public et les avocats de la plaignante demandent aujourd'hui à être reconsidérés sous un jour nouveau dans le cadre de l'enquête sur les commanditaires du massacre de la gare, dans laquelle l'ancienne "primevère noire" est accusée d'avoir participé au massacre.

La nouvelle audition

Hier, la nouvelle audience devant le juge Alberto Gamberini a été reportée au mois de février pour donner à la défense le temps d'acquérir les nouveaux papiers déposés par le parquet général, mais aussi en raison de l'empêchement légitime à comparaître de l'accusé Quintino Spella, 91 ans, ancien directeur du centre Sisde de Padoue, accusé de tromperie. Son avocat a déposé un certificat prouvant son grave état de santé, et il est probable que son témoignage sera exclu.

Rejet de la demande d'arrestation

Parmi les nouveaux documents, il y a aussi une demande d'arrestation de Paolo Bellini, qui a été rejetée par la juge Francesca Zavaglia. Le bureau du procureur général avait demandé cette mesure de précaution il y a un an, en la motivant par de sérieux indices de culpabilité, le danger de fuite et la pollution des preuves. L'accusé est en fait marié à une Ukrainienne, un pays où il n'existe pas de traité d'extradition avec l'Italie, et après la nouvelle de la réouverture de l'enquête, il a contacté sa femme et son ancienne famille via Whatsapp, qui lui a alors fourni un alibi pour la matinée du 2 août et qui s'est maintenant rétracté. Mais pour le juge Zavaglia, après 40 ans, il n'y a plus de danger de fuite ni de pollution manifeste.

La révélation

Selon les avocats du plaignant, Andrea Speranzoni, Roberto Nasci et Lisa Bencivelli, les déclarations de Gianfranco Maggi, un criminel de droit commun qui avait commis plusieurs cambriolages avec Guido Bellini, le frère de Paolo, devraient également être reconsidérées. En 1983, Maggi s'est confié à son compagnon de cellule Dino Bartoli, et a confirmé par la suite aux magistrats instructeurs de Bologne, qu'il avait appris de Guido Bellini, deux mois avant sa mort, que le matin du massacre, son frère se trouvait à la gare avec Luciano Ugoletti (un sympathisant d'extrême droite qui, dans la nuit du 1er au 2 août, a séjourné dans une chambre louée dans la Via del Borgo, ndlr), et trois autres personnes dont Stefano Delle Chiaie et un Allemand, et que "lui et Ugoletti avaient reçu 100 millions de lires chacun pour participer à l'attentat". Maggi a également affirmé que "les explosifs étaient arrivés de Toscane et avaient été préparés dans une maison à Bologne". À l'époque, Maggi et Bartoli étaient considérés comme des vantards, mais aujourd'hui, également pour le parquet général, ces déclarations, même si elles se réfèrent à des faits non vécus personnellement, doivent être reconsidérées.

Détails "inquiétants

Parmi les nombreux détails "inquiétants", comme le juge Leoni les définit dans la condamnation à la prison à vie de l'ex-NAR, Gilberto Cavallini, du passé de Bellini, il y a la disparition de la feuille d'immatriculation avec ses empreintes digitales du district militaire de Modène en 1982. Alors qu'il était en prison sous le faux nom du Brésilien Roberto Da Silva, et même sa femme a nié le connaître, les enquêteurs ont demandé au district où il avait fait son service militaire la feuille d'immatriculation pour son identification. Mais le lieutenant-colonel Antonio Albonetti a caché le seul élément qui aurait permis son identification : la feuille avec ses empreintes digitales. Il est clair", a écrit le juge Leoni, "que l'officier supérieur savait qui était Bellini, ce qu'il avait fait, pourquoi il devait rester en liberté et non identifié, pourquoi il devait être protégé et gardé caché.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
attentat de la gare de bologne
Revenir en haut 
Page 3 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: