les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
Logitech G635 Casque Gamer RVB Filaire
69.99 € 148.99 €
Voir le deal

 

 Latinus, Paul

Aller en bas 
+57
CQB241
Tahchak
abc123321cba
frederic lavachery
Human
falco
Mathieu
Etienne
Gaston de Bruxelles
NRB
Galahad
cobra
CS1958
arthur29923
sinope
capitaine buridan
ginlo
pierre
g.damseaux
pami75
Ben
Hubert Bonisseur de La Ba
bernarddeboussu
luanda
Hoho
Cheshire cat
Et In Arcadia Ego
Claude Sunain
aurore
larquin
Shadow
dislairelucien
Willy-Nilly
dim
alain
HERVE
VicarInAspic
Marlair Jean-Claude
jc1243401
IMduM
Cusmenne Claude
romain gary
K
michel-j
Kranz
wil
B.R.
EVE
Henry
james007
raygil
undercover
billbalantines
lucetluc
Private
nobody
michel
61 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyJeu 11 Juil 2019 - 8:59

.
Paul Latinus affirmait avoir milité à la World union of national-socialists (WUNS).

Sur la WUNS :

Les plastiqueurs - Une histoire secrète de l'extrême-droite violente
Frédéric Charpier
(2018)


Latinus, Paul - Page 25 Fd110
Latinus, Paul - Page 25 Fd210

Latinus, Paul - Page 25 Fd310

Interview de Françoise Dior :

https://www.dailymotion.com/video/xhxngj

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyMar 17 Sep 2019 - 15:32

.
Les plastiqueurs
Frédéric Charpier 
(2018)


Latinus, Paul - Page 25 Asp10


Ce passage est intéressant car il suggère un lien entre Paul Latinus et le binôme Delle Chiaie - Spaggiari (dont nous savons déjà qu'ils se connaissaient bien, via Jean-Jacques Susini de l'OAS). Et la Comtesse de Liedekerke ?

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyMar 12 Nov 2019 - 9:16

.
Sur la WUNS ...

American Fuehrer: George Lincoln Rockwell and the American Nazi Party
Frederick James Simonelli


Latinus, Paul - Page 25 Wu110
Latinus, Paul - Page 25 Wu210
Latinus, Paul - Page 25 Wu310

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyMar 12 Nov 2019 - 11:40

.
Il est intéressant de noter que Paul Latinus et Jean-Robert Debbaudt ont été membres de la WUNS... Se sont-ils connus ? Il faudrait établir une ligne du temps.  

Pour information sur la WUNS vers 1965, voir les articles suivants (1974-1975) où on cite aussi Herman Wachtelaer. 

https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-1975-9-page-1.htm

4. La Vlaamse Nationaal-Socialistische Unie (V.N.S.U.).

Début 1965, des personnes qui avaient des liens avec la World Union of National Socialists (WUNS), décidèrent de créer une section belge de la WUNS [84]

. Elle fut fondée à Anvers le 18.4.1965 et comprit trois branches fédérales selon les trois régions linguistiques en Belgique [85]

. Le dirigeant général de l’Union était Roger (Rudiger) Van Sande, ancien NSKK et ancien membre d’Europafront. Des difficultés internes menèrent à l’exclusion d’un des co-fondateurs flamands, Herman Wachtelaer. Fin 1965, Van Sande cessa toute activité, de sorte que seule la VNSU subsista. Elle était dirigée par Edward Verlinden et publia le périodique Zeis. Fin 1967, après avoir commémoré Hitler à Anvers, la VNSU cessa également ses activités.

5. Signalons finalement qu’au début des années 60 a existé à Anvers une Teutoonse Orde, dont firent partie entre autres l’ancien SS Marc De Leeuw, Luc Pauwels et Fred Rossaert. Les deux derniers appartenaient également à Jong Europa.

(…)
_ _

·         [84]

La WUNS fut créée en 1962 en Grande-Bretagne à l’initiative de Colin Jordan et Lincoln Rockwell. Elle comprit des groupes nationaux socialistes américains, anglais, chiliens, australiens, français, belges, danois, argentins et canadiens, mais il ne faut pas pour autant surestimer son importance.

·         [85]

La section francophone de l’Union a été présentée dans la première partie de notre étude.

_ _ _ 

Voir aussi : 

https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-1974-16-page-1.htm
 
1 – L’Union Nationale-Socialiste belge (U.N.S.N.)
 
Début 1965, des personnes qui avaient des liens avec la World Union of National-Socialists (créée en 1962 à l’initiative de Lincoln Rockwell et de Colin Jordan), décidèrent de créer une section belge de la WUNS. Elle fut fondée à Anvers le 18 avril 1965, et comprenait trois branches fédérales : la Vlaams-Nationaal Socialistische Unie (V.N.S.U.), l’Union Nationale-Socialiste Wallone et la National-Sozialistische Volks Union. En mai 1965, le groupe essaya d’établir des contacts avec le groupe Debbaudt, mais il échoua. Le dirigeant national de l’U.N.S.B. était Roger (Rudiger) Van Sande, ex-N.S.K.K. et ex-membre de l’Europafront, qui avait déjà cessé toute activité fin 1965 (il est décédé il y a quelques années). C’est ainsi que vers la fin de cette année, seule la section flamande subsista.


.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyMar 24 Mar 2020 - 19:58


Un message de Michel Libert sur la "garde rapprochée" de Paul Latinus

_ _ _

Monsieur, le bonsoir.


Voici par item.

Pouvez-vous confirmer que Paul Latinus avait une sorte de garde rapprochée ?

>>> Je confirme.

Plusieurs individus,

autant de sexe féminin que masculin,
belges et étrangers,
au nombre de 18, au moins (*)
groupe équipé d'un ou de plusieurs scanners et d'émetteurs-récepteurs

(*) je vous rappelle l'épisode des 20 cartes vierges établies sur base des éléments alphanumériques communiqués, réclamées par Paul Latinus. <20-1 (pour PL) - 1 (non réclamée ou non attribuée) = 18 >


En savez-vous plus sur ses contacts avec Michel Cocu ?

>>> Non.

Le nom était revenu souvent lors de nos entretiens.

Voilà pourquoi, ce nom se retrouve dans le shéma que j'ai adressé au juge Coppieters t'Wallant.


Ce dernier a-t-il fait partie de cette garde rapprochée ?

>>> Je ne peux l'affirmer mais en suis personnellement persuadé.


Note: connaître la ou les personnes qui accompagnait/aient Paul Latinus à Paris (ou le "réceptionnait/aient) lorsqu'il rencontrait de Grossouvre offrirait, je crois, un tremplin pour comprendre bien des revers des dossiers qui le concerne.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyMar 26 Jan 2021 - 13:29


Dans les documents de Walter De Bock :


Latinus, Paul - Page 25 Coc110

(...)

Latinus, Paul - Page 25 Coc210

(...)

Latinus, Paul - Page 25 Coc310

(...)

Latinus, Paul - Page 25 Coc410



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyJeu 15 Juil 2021 - 18:52



Latinus, Paul - Page 25 Latinu10


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyJeu 15 Juil 2021 - 19:57



Latinus, Paul - Page 25 Chili10


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyJeu 15 Juil 2021 - 20:01


https://www.apache.be/2021/07/13/markies-maarschalk-en-gravin

ONDERZOEK

De markies, de maarschalk en de gravin

15 juli 2021

Georges Timmerman

(traduction)

Le marquis, le maréchal et la comtesse

Pendant la dictature militaire d'Augusto Pinochet (1974-1990), un agent de la DINA, la sinistre police secrète, était posté dans chaque ambassade du Chili. En coopération avec des groupes d'extrême-droite, ils ont traqué les opposants politiques à l'étranger. L'ambassade de Bruxelles n'a pas fait exception.

Excentrique, flamboyant, turbulent, mégalomane. Le marquis George de Cuevas était tout cela. Né à Santiago du Chili sous le nom de Jorge Cuevas Bartholin, il s'est installé en Europe dans les années 1920. À Paris, il trouve un emploi dans la maison de couture du prince russe Felix Yusufov, à Londres, il travaille comme secrétaire à l'ambassade du Chili. Bien qu'homosexuel, il épouse en 1927 la riche Margaret Rockefeller Strong, petite-fille et héritière de John D. Rockefeller. Le jour de son mariage, il a reçu (ou acheté) le titre de "Marquis de Piedrablanca y Guana de Cuevas" du roi d'Espagne Alfonso XIII.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, De Cuevas s'installe à New York et acquiert la nationalité américaine. Quelques années plus tard, il entre au Grand Ballet du Marquis de Cuevas, également connu sous le nom de Grand Ballet de Monte Carlo. Avec cette célèbre compagnie de ballet, il a fait le tour du monde dans les années 40 et 50. Le Marquis savait comment s'occuper de ses relations publiques. En 1953, par exemple, il donne un bal masqué à Biarritz pour deux mille célébrités habillées en costumes d'époque. Et à 72 ans, après un désaccord artistique, il décide de se battre en duel au sabre avec un chorégraphe français en présence de cinquante photographes de presse.

Un infiltré fuit au Chili

Personne n'avait jamais entendu parler de Paul Latinus, jusqu'à ce que l'hebdomadaire belge de gauche Pour le démasque en janvier 1981 comme un militant d'extrême droite et un infiltré dans les milieux progressistes. Latinus, un protégé du politicien Paul Vanden Boeynants (CVP), travaillait à l'époque au cabinet de la secrétaire d'État bruxelloise Cécile Goor (cdH). L'ingénieur nucléaire Latinus s'est avéré être l'un des chefs du service de renseignement du Front de la Jeunesse (extrême droite) et un informateur de la Sûreté de l'État. Après l'article de Pour, Latinus a paniqué : il a décidé de quitter le pays immédiatement et de se cacher au Chili avec sa petite amie espagnole.

"Il a disparu sans laisser de trace et a littéralement fui comme si sa vie était en danger", écrit De Morgen. "Latinus a demandé au commissaire à la sécurité de l'État Christian Smets de l'aider à sortir clandestinement du pays. Smets a refusé. C'est finalement un vieil ami, Jean-Francis Calmette, qui l'a fait venir en France." Le Français Calmette, qui a agi comme instructeur d'arts martiaux pour des militants d'extrême droite et des gendarmes du groupe Dyane, a amené Latinus et sa petite amie Elena en voiture à l'aéroport de Paris, où ils ont pris un avion pour Santiago.

Au Chili, ils ont été reçus par la "famille du danseur", comme l'a expliqué le juge d'instruction Jean-Michel Schlicker à la première commission d'enquête parlementaire sur les tueurs du Brabant, sans savoir exactement quels étaient les liens familiaux. George de Cuevas lui-même était mort depuis longtemps. Latinus est resté au Chili pendant environ cinq semaines, de fin janvier à début mars 1981. Selon Schlicker, les De Cuevas "n'étaient pas contents des invités belges, qui restaient au lit pendant des siècles le matin". Ce que confirme l'hebdomadaire Le Vif/L'Express : "Latinus était mythomane et alcoolique, et se comportait comme un rustre. Ce qui ne l'a pas empêché d'être protégé par la DINA, la police secrète chilienne."

La Dirección de Inteligencia Nacional (DINA), rebaptisée Central Nacional de Informaciones (CNI) à partir de 1977, était connue comme la Gestapo chilienne. Elle a été responsable de plusieurs milliers de tortures, d'enlèvements, de meurtres, de disparitions et d'autres violations des droits de l'homme.

Red team

Au commissaire Georges Marnette de la police judiciaire de Bruxelles, Latinus a déclaré après coup qu'il avait été en contact avec ses supérieurs au Chili. Selon ses propres dires, Latinus avait déjà été recruté à 17 ans par "une organisation étrangère, dont le but était de combattre le communisme russo-soviétique par tous les moyens disponibles". Latinus a précisé au tribunal qu'il "recevait ses ordres depuis des années de la Defense Intelligence Agency", le service secret militaire américain.

Ses patrons lui ont demandé de choisir entre rester au Chili ou retourner en Belgique pour discréditer et "faire sauter" le sommet de la Sécurité d'État. "Il a choisi cette dernière à condition que les démocrates-chrétiens francophones le soutiennent s'il attaque Pour", a déclaré De Morgen.

"Finalement, il n'a pas porté plainte contre Pour, sa mission politique était plus importante. On lui a donné des précisions sur sa mission. Il devait créer un nouveau groupe, un mélange de nazis nostalgiques et d'éléments purs et durs de l'extrême droite, qui devait faire une telle impression sur la Sécurité d'État que les dirigeants seraient mis au défi de commettre des erreurs qui s'avéreraient fatales. Au stade final, l'opération devrait susciter une telle répulsion qu'il serait impossible de la dissimuler."

De retour dans notre pays, Latinus a accompli sa mission. Il a fondé le Westland New Post (WNP), un groupe clandestin d'extrême droite composé des figures les plus radicales du défunt Front de la Jeunesse et d'un certain nombre de soldats professionnels, complété par quelques néonazis plus anciens. WNP, qui a pu rester sous le radar pendant quatre ans, a appliqué des tactiques qui ressemblaient à celles d'une "équipe rouge". Le terme vient des États-Unis et est utilisé pour les exercices dans l'armée et dans les services de renseignement. Une équipe rouge effectue des simulations pour tester sa propre organisation et sa sécurité ou sa défense. Il joue alors le rôle de l'ennemi, qui attaque l'organisation. L'objectif de la WNP était soi-disant de lutter contre l'infiltration communiste, plus précisément du KGB soviétique, au sein de l'armée, de la gendarmerie et de la sécurité de l'État. Dans la nouvelle organisation, Latinus se donne le titre de maréchal.

Westland New Post

La WNP a participé au vol de télex secrets de l'OTAN, à la collecte de renseignements sur les partisans et les opposants, à des exercices de filature et d'observation de personnes, à des entraînements paramilitaires et à la contrebande d'armes, de munitions et d'explosifs. Il était également prévu d'enlever des hommes politiques et des militants de gauche, de bombarder des bâtiments officiels et d'envoyer des mercenaires dans la Libye du colonel Kadhafi. Lors d'un exercice, des membres du WNP ont tué deux innocents dans la rue de la Pastorale à Bruxelles.

L'existence du WNP a été découverte par hasard en 1983, après l'arrestation d'un militant pour une banale querelle de rue. Après qu'une fuite ait révélé que le commissaire Christian Smets de la Sûreté de l'État avait donné quelques leçons de techniques de l'ombre à des membres du WNP, la consternation et la confusion sont montées d'un cran. En raison de cette agitation, Albert Raes a finalement dû démissionner de son poste de chef de la sûreté de l'État. Raes est l'homme qui a fait en sorte que les services de renseignements belges se distancient de la CIA et qui, pour la première fois, a également fait surveiller le phénomène de l'extrême droite. Il n'en a pas été remercié : l'extrême droite l'a constamment dépeint comme un patron du KGB. Le suicide contestable du maréchal Latinus en 1984 a signifié la fin de WNP. À l'exception du double meurtre, la plupart des membres du WNP n'ont pas été punis par les tribunaux : la plupart des cas se sont révélés être des cas de prescription.

Kika

Pour le lien entre le WNP et les services secrets chiliens DINA, nous faisons un nouveau zoom sur le séjour de Paul Latinus au Chili. Cette opération a été organisée par Marie-Thérèse de Cuevas, un agent de la DINA qui opérait sous couverture diplomatique à l'ambassade du Chili à Bruxelles. Depuis son mariage avec le comte Philibert de Liedekerke de Pailhe de Merillon, un cadre du groupe d'assurance AG, elle est autorisée à se faire appeler comtesse. La mère de Latinus a déclaré à la cour que son fils avait reçu de la comtesse De Liedekerke l'adresse de son frère jumeau au Chili, Carlos de Cuevas. Au WNP, elle était connue sous son nom de code Kika.

"A Santiago, écrit le journaliste Guy Bouten, Latinus était en contact avec des représentants de la Fondation Rockefeller, connue pour son anticommunisme radical. Sa protectrice, Kika de Liedekerke, était comme chez elle au palais présidentiel de la Moneda et la meilleure amie de la fille du président Pinochet. Elle avait des sympathies d'extrême droite, était membre de l'Opus Dei et payait un abonnement annuel au Nouvel Europe magazine. L'entreprenante et aventureuse Kika fréquentait non seulement Latinus, mais aussi les membres du WNP Marcel Barbier et Eric Lammers, qui faisaient parfois des petits boulots pour elle. Albert Raes et Jean Gol lui rendaient régulièrement visite, mais n'ont jamais signalé le caractère dangereux de cette organisation néo-nazie. J'ai contacté la comtesse pour l'interroger sur la nature de ces contacts, mais elle a explicitement refusé de me parler et a mis fin à la conversation en coupant le téléphone."

À propos de la  DINA

Le 11 septembre 1973, avec le soutien de la CIA, la junte militaire du général Pinochet (à l'époque) a mené un coup d'État brutal et sanglant contre le président de gauche Salvador Allende, élu démocratiquement. Depuis lors, la junte a fait régner la terreur contre les opposants réels ou supposés et a placé des agents de la DINA dans toutes les ambassades chiliennes, y compris à Bruxelles.

Le premier ambassadeur envoyé par le régime Pinochet à Bruxelles est le général Sergio Nuno Bawden, un employé des services de renseignement militaire impliqué dans la préparation et l'exécution du coup d'État. "Ses antécédents montrent que ce général n'est pas apte à remplir la fonction d'ambassadeur dans un pays comme le nôtre, dont la tradition peut se prévaloir de siècles de fidélité au respect des droits de l'homme et des libertés constitutionnelles", ont fait valoir Jean-Maurice Dehousse et quelques autres députés PS. En 1974, ils demandent en vain que l'ambassadeur soit démis de ses fonctions et déclaré persona non grata. Deux ans plus tard seulement, il est remplacé par Augusto Marambio Cabrera, le patron de la comtesse de Cuevas au moment de l'évasion de Latinus.

Des recherches internationales ont montré que, sous couvert diplomatique, les agents de la DINA n'étaient pas seulement employés pour diffuser de la propagande en faveur du régime Pinochet, mais qu'ils jouaient parfois un rôle actif dans la traque, l'intimidation, l'enlèvement et le meurtre d'opposants politiques vivant en exil à l'étranger. Le commandant en second de la DINA, le colonel de l'armée de l'air Mario Jahn Barrera, s'est rendu en Europe en tant qu'"ambassadeur itinérant" et a été aperçu à Bruxelles, entre autres. Pedro Ewing Hodar, qui avait été secrétaire général du gouvernement Pinochet, est devenu attaché militaire à Madrid en 1975. Depuis l'Espagne, en tant que chef des opérations étrangères de la DINA, il a organisé la coopération avec des groupes néofascistes en Europe. Un exemple de cette coopération a été la tentative de meurtre du politicien chrétien-démocrate Bernardo Leighton. Avec sa femme, il a été fauché par des mitraillettes dans les rues de Rome le 6 octobre 1975. Tous deux ont survécu à l'attaque, mais sa femme est restée paralysée à vie. L'attentat est l'œuvre de Michael Townley, un tueur à gages américain qui travaillait pour la DINA, et de quelques néofascistes italiens.

L'assassinat de Leighton et d'autres opérations similaires faisaient partie de l'opération Condor, une collaboration entre les services de renseignement des dictatures militaires d'Argentine, de Bolivie, du Brésil, du Chili, du Paraguay et de l'Uruguay. Le Chili a servi de centre de collecte et d'échange de renseignements sur des cibles communes, dans le but "d'éliminer les terroristes marxistes", écrit l'attaché du FBI Robert Scherrer dans un câblogramme de 1976.

https://nsarchive.gwu.edu/document/21760-document-07

La phase la plus secrète de l'opération Condor consistait en "la formation d'équipes spéciales d'États membres qui se rendent dans des pays tiers dans n'importe quelle partie du monde pour y appliquer des sanctions, pouvant aller jusqu'à l'assassinat de terroristes ou de sympathisants d'organisations terroristes". Le fonctionnement pratique a été décrit dans un rapport du Sénat américain : dans un premier temps, une cible est identifiée par une équipe présente dans le pays en question. Puis une équipe spéciale a été envoyée pour observer la cible. Enfin, une troisième équipe a été envoyée, munie de faux passeports, pour exécuter la sanction contre la cible.

Après la chute du régime Pinochet, le chef de la DINA, le général Manuel Contreras Selpulveda, a été condamné à 529 ans de prison par un tribunal chilien en 1993 pour une série d'enlèvements et de meurtres.


Sources

The Rockefeller and the Ballet Boys, Vanity Fair, 1987

Geens, H., Beetgenomen: Zestien manieren om de bende van Nijvel nooit te vinden, Uitgeverij Manteau, 2013

Haquin, R., Operatie Staatsveiligheid. De Staatsveiligheid en de WNP, Uitgeverij EPO, 1984

Bouten, G., De Bende van Nijvel: verraad, manipulatie, geheime diensten, Uitgeverij Van Halewyck, 2015

US Senate, A staff report concerning activities of certain foreign intelligence agencies in the United States, 18 januari 1979

CounterSpy, Death on Embassy Row. CIA covers up murder web of Chilean Gestapo with false stories and terrorist operations, 1977

Scherre, R., Operation Condor Cable, FBI-attaché in Buenos Aires, 28 september 1976


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 19046
Date d'inscription : 08/12/2009

Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 EmptyLun 4 Oct 2021 - 18:34


Il est très probable que Paul Latinus ait rencontré Maurice-Eugène André


Latinus, Paul - Page 25 Ecoo10


Latinus, Paul - Page 25 Mea10


Maurice-Eugène André, Commandant d’Aviation En Retraite, scientifique certifié spécialisé en protection Nucléaire, Biologique, Chimique et Radiologique (NBCR), est entre autres le président de l’AIPRI (Association Internationale pour la Protection contre les Rayonnements Ionisants).

Maurice-Eugène ANDRE est également le fondateur du Parti Progressiste Belge (PPB) et le président du Parti des Européens Progressistes (PEP).

_ _ _


Latinus, Paul - Page 25 Mea110
Latinus, Paul - Page 25 Mea210

(...)

Latinus, Paul - Page 25 Mea310


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Latinus, Paul - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: Latinus, Paul   Latinus, Paul - Page 25 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Latinus, Paul
Revenir en haut 
Page 25 sur 25Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: