les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -50%
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil ...
Voir le deal
49.99 €

 

 Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 13:54


Stratégie de la tension, de l'extrême-droite latino-américaine à l'européenne

Voici la traduction d'un document de 2017 en espagnol (62 pages)


Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Entre10


Cet ouvrage est une version notablement élargie de l'article présenté au Colloque international "Conservateurs et contre-révolutionnaires dans l'espace euro-américain au XXe siècle", qui s'est tenu à la Casa de Velázquez (Madrid) le 7-11-2014.

RÉSUMÉ

Les activités violentes de Stefano Delle Chiaie dans plusieurs pays d'Europe et d'Amérique latine pendant plus d'un quart de siècle (1960-1987), qui a coïncidé avec la fin de la détente, la réapparition et la phase finale de la guerre froide, servent de fil conducteur pour comprendre les relations complexes qui ont été établies entre l'activisme anticommuniste d'idéologie majoritairement néofasciste, certains services secrets occidentaux et certains régimes autoritaires de chaque côté de l'Atlantique, obsédés par la surveillance de la subversion à travers le prisme d'une guerre contre-subversive basée sur la propagande, la provocation et la dissimulation.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:24


Une histoire italienne : les aventures de Stefano Delle Chiaie entre l'Europe et l'Amérique

Le 27 mars 1987, l'activiste néofasciste Stefano Delle Chiaie, alias Er Caccola, Topogigio, Alfa ou Alfredo di Stefano, a été arrêté à Caracas et extradé vers l'Italie pour sa participation à l'attentat perpétré le 12 décembre 1969 contre une succursale bancaire de la Piazza Fontana à Milan, qui a fait 17 morts et 88 blessés  1. Un événement violent qui n'a pas encore été complètement élucidé, mais qui peut être interprété comme la réponse des secteurs d'extrême droite aux mobilisations étudiantes et aux victoires syndicales de "l'automne chaud" de 1969. Cette attaque a marqué un jalon historique dans les "années de plomb", puisqu'elle a signifié la fin des relations de confiance entre l'État italien et une partie des citoyens, convaincus que certains des organes les plus sensibles de l'administration dissimulaient ou encourageaient ce type d'action qui favorisait la "stratégie de la tension "  2.   Un terme couramment utilisé en Italie pour désigner

_ _ _

1  Sur l'attentat de Piazza Fontana, voir Bettin, 1999 ; Boati (1993) et (1999) ; Calvi et Laurent (1997) ; Cucchiarelli (2009) ; Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 147-154 ; Dianese et Ferraresi (1995) : 173-215. Une disculpation, dans Delle Chiaie (2012) : 76-82 et 101-138. Sur les strates, Tamburino (1985). Sur le "terrorisme noir" dans son ensemble, Bocca, 1980 : 49-56 ou Rao (2009) : 214-226

2  Deux membres de l'ON, Franco Freda et Giovanni Ventura, se sont échappés en octobre 1978 et janvier 1979, alors que le quatrième procès pour le massacre de Piazza Fontana se déroulait à Catanzaro, où ils étaient accusés avec Guido Giannettini (spécialiste de la déstabilisation employé par la CIA en Italie) et deux membres du SID : Gian Adelio Maletti et Antonio Labruna. Freda et Ventura ont été arrêtés pour utilisation de faux documents en août 1979 : le premier au Costa Rica (d'où il a été extradé) et le second en Argentine (où il est resté emprisonné jusqu'à la fin août 1985) (Bertagna, s.d. : 15. En de nombreuses occasions, les gouvernements italiens ont opposé leur veto à la communication des nouvelles au Parlement


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:36


la réponse que le néo-fascisme italien a donnée aux protestations des étudiants et des travailleurs, lorsqu'avec le soutien direct ou indirect des services secrets et de certains secteurs de la classe politique, il a eu recours à l'infiltration au sein des groupes de gauche et à la violence provocatrice dans le but de créer un climat de désorientation sociale et de déstabilisation politique qui justifierait l'établissement d'un gouvernement autoritaire.

Les aventures de ce personnage singulier dans divers pays d'Europe et d'Amérique pendant plus d'un quart de siècle (1960-1987), qui a coïncidé avec la fin de la détente, la résurgence et la phase finale de la guerre froide, peuvent nous aider à comprendre les relations complexes et pas encore totalement clarifiées qui se sont établies entre l'activisme anticommuniste d'idéologie majoritairement néofasciste, certains services secrets occidentaux et certains régimes autoritaires des deux côtés de l'Atlantique obsédés par la surveillance de la subversion à travers le prisme d'une guerre secrète basée sur la propagande et la provocation.

Le point de départ : la solidarité transnationale du néofascisme et du néonazisme

D'un point de vue académique, le néofascisme a été considéré comme intellectuellement peu attrayant et même indigne d'attention par les chercheurs. Il s'agit sans aucun doute d'une lacune historiographique (surtout en ce qui concerne son internationalisation et ses implications pour les actes de violence politique très visibles) qui doit être comblée sans dérives paranoïaques liées aux théories du complot si chères à ce secteur idéologique. La confrontation des témoignages de l'époque avec des travaux de recherche de valeur différente, provenant surtout de l'abondante production italienne à cet égard, peut nous permettre de faire une première approche de la question, qui doit être dûment contextualisée dans la résurgence de la guerre froide à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix.

Comme grand mouvement politique et idéologique vaincu lors de la Seconde Guerre mondiale, le fascisme a souffert dans l'après-guerre d'un processus global de stigmatisation lié aux tâches de dénazification et de dé-fascification, ce qui a rendu sa renaissance difficile dans les pays de l'ancienne Europe occupée. Sa réorganisation s'est faite discrètement sous la forme d'organisations,

_ _ _

concernant le financement de groupes soupçonnés d'être impliqués dans le terrorisme de droite (Smith, 1998 : 616). Sur le blocage par le Servizio Informazione della Difesa (SID), dirigé par l'amiral Henke et le général Miceli, des enquêtes judiciaires sur le domaine de Piazza Fontana, voir Flamini (1985) : 222-223.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:43


des transnationales qui ont agi loin de leur espace historique d'origine. Les premières tentatives d'internationalisation du fascisme d'après-guerre ont eu à voir avec les complicités qui ont permis l'établissement des réseaux d'évasion pionniers ODESSA et Spinne, qui avaient des branches en Amérique latine, à Lisbonne et à Madrid. Cette dernière ville a servi de refuge à son principal chef, l'ancien colonel SS Otto Skorzeny, qui, avec l'ancien "as" de la Luftwaffe, le général Hans Ulrich Rudel, a créé l'ODESSA (organisation particulièrement active pendant trois ans, 1949 et 1952, et qui aurait été dissoute vers 1956) pour évacuer les nazis d'Autriche et d'Allemagne par la voie d'évacuation Brême-Bari vers l'Argentine, qui est devenue une terre de refuge pour environ 100 000 Hitlériens, en particulier dans la ville de Cordoba  3. Plusieurs milliers d'autres ont touché terre au Brésil, au Venezuela, au Chili, au Pérou, au Paraguay, à Cuba et en Colombie.

Les groupes d'aide aux anciens combattants tels que le Front Noir International et le Secours Noir, créés à la fin des années 1940, ont été les précurseurs des premières rencontres clandestines de survivants de groupes fascistes à Rome en 1950, et de l'organisation créée à Malmö en mai 1951 sous le nom de Mouvement social européen (MSE), la première internationale néo-nazie fondée sur des bases clairement racistes et xénophobes, qui a officiellement vu le jour à Zurich le 28 septembre 1951 sous le nom de Nouvel Ordre Européen et la présidence de René Binet (trotskiste français passé au néofascisme) et du négationniste suisse Gaston-Armand Armaudruz. Le MSE a rassemblé une quarantaine de groupes néofascistes d'une douzaine de pays  4, et est entré en contact avec des groupes philonazis comme l'Association Europe-Argentine présidée par Rudel, qui a connu un certain développement de 1955 à 1961  5

De 1960 à 1963, plusieurs réseaux internationaux à caractère raciste et antisémite sont apparus en Europe, qui partageaient le projet de former une troisième force à contenu européiste : la Jeune Europe fondée par le collaborateur belge Jean Thiriart (partisan du racisme nordique et lié à l'OEA) en 1960, la Ligue nord-européenne en 1960, le Parti national européen en 1962 et l'Union mondiale des national-socialistes (WUNS) en 1962, qui avait des sections

_ _ _

3 Bale, (1994 : 52-90 ; Del. Boca et Giovana, (1965) : 125-128 et 426-427 et Goñi (1998). De son côté, Corréa Da Costa (2008) : 342 estime l'entrée légale entre 1945-1955 de quelque 80 000 Allemands et Autrichiens (dont 800 nazis et une cinquantaine de criminels de guerre), dont 18 à 20 000 sont restés en Argentine, protégés par Perón jusqu'à sa chute en 1952. Figura-ban, entre autres, Adolf Eichmann, Josef Mengele et Franz Novak (l'assistant d'Eichmann), responsable des expériences médicales dans les camps de concentration et d'extermination. La ville de Córdoba comme Nuremberg argentin" à la fin des années 1940, dans Eisenberg (1964) : 137. Sur ODESSA, voir Rodríguez Jiménez, (1994) : 244-245.
4 Bale (1994) : 90-106 et Milza (2003) : 52.
5 Del Boca et Giovana (1965) : 128-131.



Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:48


au Chili et en Argentine. Au printemps 1961, une réunion s'est tenue à Madrid (qui, vers 1951, était le siège d'une prétendue organisation étrangère SS), à laquelle ont participé Otto Skorzeny, Léon Degrelle, Hans Rudel et d'autres anciens militaires nazis, qui ont décidé de transférer le siège de leurs opérations de l'Argentine en Irlande 6 . En avril 1969, Barcelone a été le théâtre de l'assemblée constitutive du Nouvel Ordre International. Ces mouvements néo-fascistes d'après-guerre partageaient une vision paneuropéenne, nationaliste et anticommuniste qui les a conduits presque naturellement vers l'atlantisme.

Ces tentatives d'internationalisation ont eu lieu au moment où un révisionnisme fasciste se répandait dans certains pays européens, dans le but d'intervenir légalement en politique. Par exemple, la création du Mouvement social italien (MSI) à Rome le 26 décembre 1946 est pleine de contradictions, car le parti est composé d'anciens fascistes qui s'étaient opposés à Mussolini durant l'été 1943 et d'anciens "repubblichini" [militants de la République sociale italienne basés à Saló] qui ont profité de l'amnistie de 1946 et ont obtenu six sièges et un demi-million de voix aux élections d'avril 1948 7. L'évolution tortueuse du MSI jusqu'à sa conversion tardive à la démocratie en 1994 peut être interprétée comme un compte-rendu des tensions entre le soft et le hard, entre les praticiens et les possibilistes, où des militants comme Delle Chiaie ont joué un rôle important.

En 1951, le MSI effectue un important tournant stratégique, car jusqu'alors la tendance radicale et violente encouragée par le secrétaire général Giorgio Almirante, fidèle au fascisme "sansepolcrista" original, révolutionnaire et socialiste, prévalait. Hostile à l'atlantisme et aux États-Unis jusqu'à cette date, la guerre de Corée les a incités à changer d'attitude : sous le secrétariat modéré d'Augusto De Marsanich, le MSI a tenté de s'intégrer dans le système politique italien et d'approcher la culture politique de la DC hégémonique dans son anticommunisme, son occidentalisme et son soutien à la foi catholique et aux valeurs de la famille, de l'ordre et de la propriété. Cependant, lors du congrès de Viareggio en janvier 1954, une troisième voie fut tracée (encouragée par Pino Rauti et Enzo Erra) entre le fascisme conservateur de De Marsanich et le fascisme "movementiste" des Milanais représenté par l'amiral. Cette faction "tierce", soutenue par les jeunes militants du parti, a été la carrière du terrorisme "noir" des années 1970 et 1980.

_ _ _

6 Eisenberg (1964) : 13.
7 L'évolution du MSI, Del Boca et Giovana (1965)1 73-221, Ferraresi (1995) : 43-58 et Laqueur (1966) : 100-103


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:51


En octobre 1954, De Marsanich laisse son poste entre les mains du secrétaire adjoint Arturo Michelini, qui adhère sans réserve au pacte de défense occidental établi en 1949. Les tensions au sein du mouvement ont conduit à la création du Centro Studi Ordine Nuovo (ON) en 1956 en tant que groupe dissident du MSI, plus proche du néonazisme que du néofascisme, qui s'est développé à partir d'expériences clandestines et violentes dans l'immédiat après-guerre, comme les Fasci d'Azione Rivoluzionaria (FAR), qui en 1945-1946 ont mené des attaques contre d'anciens partisans avant que 36 de ses membres ne soient poursuivis en 1951  8. Cette tendance, menée par des jeunes radicalisés tels que Pino Rauti, Paolo Signorelli, Clemente Graziani et Stefano Delle Chiaie, et qui compte environ dix mille adhérents (principalement à Venise, en Campanie, en Sicile et à Rome), vise à reconstituer un nouvel ordre européen en marge du capitalisme et du socialisme, était nettement raciste et antisémite (ses membres ont attaqué le British Council à Rome en novembre 1953 et ont tenté de piller le ghetto de la ville en juillet 1960 en réponse à la capture d'Eichmann par le Mossad à Buenos Aires le 11 mai) et professait un extrémisme ultra-nationaliste et néo-païen qui s'inscrivait dans la ligne anti-moderniste et réactionnaire de Julius Evola.

À partir de l'été 1960, le MSI prend un nouveau tournant stratégique : face aux résultats politiques parcimonieux obtenus, il renonce aux relations avec la DC et suit une tactique gradualiste. Les nouveaux fidèles de l'équilibre du parti oscillaient autour de la tendance de la gauche sociale guidée par Almirante et les national-révolutionnaires de l'ON, proche de la Jeune Europe et du Nouvel Ordre Européen.

Au début des années 1960, les altercations entre les partisans du MSI et les militants de la gauche radicale sont devenues monnaie courante. L'opinion selon laquelle la "subversion internationale" était en hausse et qu'il était nécessaire de s'aligner sur le "moindre mal" représenté par le capitalisme libéral, a commencé à prendre racine dans le néofascisme italien. C'est dans ce contexte que Stefano Delle Chiaie a commencé à être évoqué. Né à Caserta le 13 septembre 1936, il avait quitté le MSI en 1958 pour offrir sa fidélité à l'ON. En même temps, en accord avec cette psychose de révolution imminente qui a saisi les groupes radicaux de droite à la fin de la décennie, il semble qu'il ait été recruté par les services secrets italiens comme agent auxiliaire pendant la période de crise du début de l'été 1960, lorsque de graves affrontements se sont produits à Gênes et dans d'autres villes italiennes entre les groupes antifascistes et néofascistes. Le 25 avril de cette année-là, quelques dizaines de militants dirigés par Delle Chiaie, qui avait promu les Gruppi di

_ _ _

8  Delle Chiaie, 2012 : 8 places la création de l'ON à la fin de 1953. Sur cette organisation et l'Avanguardia Nazionale, voir Battaglini (1986) : 28-41 ; Ferraresi, (1984a) : 240-269 ; (1984b) : 62-71 et (1995) : 110-135 et Minna (1984) : 32-39.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 14:56


Azione Rivoluzionaria, organisation dissidente de l'ON, a incubé la scission appelée Avanguardia Nazionale Giovanile en tant que groupe d'"autodéfense" contre les "provocations des subversifs", qui a dépassé ses rivaux d'ultra-droite en termes d'extrémisme idéologique et de tendance violente. Les deux groupes se sont comportés comme de véritables organisations paramilitaires qui ont utilisé des méthodes d'intimidation contre les étudiants et les travailleurs de gauche similaires à celles employées par la squadre d'azione fasciste au début des années 1920. De plus, leur idéologie ne dépassait pas l'exaltation évolutive de la violence et une vision de "guerre totale" contre le communisme caractéristique de la guerre froide.

En 1961, Delle Chiaie gagne en notoriété lorsqu'il est arrêté sous l'accusation d'avoir enlevé le drapeau de la résistance partisane de la tombe du soldat inconnu sur l'autel de la patrie à Rome. En 1962-1964, il a été utilisé par le Servizio Informazioni Forze Armate (SIFAR, service secret militaire italien) pour infiltrer et disperser les manifestations de gauche. En février 1966, d'anciens militants de l'Avanguardia Nazionale Giovanile ont été impliqués dans l'"affaire des cartels chinois", qui consistait en la distribution et l'affichage illégaux de tracts et d'affiches antisoviétiques contre le révisionnisme soviétique signées par de prétendus groupes maoïstes et prostaliniens, qui ont en fait été préparées par le journaliste Giuseppe Bonanni dans le cadre d'une opération liée au ministère de l'intérieur, à la CIA et à certains milieux anticommunistes italiens 9. Comme l'organisation n'a apparemment pas réussi à pénétrer la structure rigide de l'organisation communiste officielle, elle s'est tournée vers les groupes marxistes-léninistes les plus volatiles - en particulier les maoïstes - et le mouvement anarchiste. Le retour de l'aile rautienne de l'ON au MSI en 1969, dicté par la nécessité d'unifier les groupes nationalistes face à la perspective d'un bouillon autonome de mobilisations ouvrières et étudiantes, a radicalisé les postulats anti-système de son aile la plus intransigeante : Le Mouvement politique Ordine Nuovo (MPON), qui a survécu de 1969 à 1973, a fait l'objet d'une procédure judiciaire à Rome qui a abouti à la dissolution officielle de l'organisation le 21 novembre et à trente condamnations de cinq ans à six mois de prison pour 39 accusés.

Les expéditions punitives contre des sections du PCI et contre des organisations étudiantes ont conduit à l'accusation d'apologie du fascisme en 1962 et à l'auto-dissolution de l'AN en 1965. Bien que l'organisation néo-fasciste réapparaisse dans le maggio strisciante (étape du conflit social et politique de 1968-1969), elle a été refondée en 1970 par Adriano Tilgher et d'autres (avec Delle Chiaie comme président honoraire) en tant que groupe armé proche du Front national du Prince

_ _ _

9  Cipriani (2002) : 10-11 et 304-306 et Rao (2007) : 57 et (2008) : 53-60 Voir aussi Delle Chiaie (2012) : 49-54. Battaglini (1986) : 27-28 et Flamini (1981-19841 : 3/2, 441-444.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 15:00


Borghese et fut de nouveau dissous en novembre 1973 et définitivement par le ministre de l'intérieur Francesco Cossiga le 8 juin 1976, à la suite du procès suivi en 1975-1976 (sentence du 5 juin) contre l'AN pour reconstitution du parti fasciste. L'Avanguardia Nazionale Giovanile sera réorganisée le 12 août 1982 en Amérique latine.

Pendant cette période de semi-clandestinité forcée par le harcèlement gouvernemental, il semble que Delle Chiaie ait fui l'Italie vers 1970 et ait beaucoup voyagé en France, en Autriche, en Suisse, en Allemagne et en Espagne, où il avait déjà participé dans les années 60 à des congrès internationaux et à des activités parrainées par le Front de la jeunesse espagnole, bien qu'il ait ensuite quitté cette organisation falangiste en raison de sa futilité militante et après avoir subi une purge de ses cadres.

Elaboration et développement de la "stratégie de la tension" en Italie

La seconde moitié des années 1960 a vu une recrudescence de la guerre froide, avec la guerre du Vietnam qui s'intensifie et le processus de "révolution culturelle" en Chine. En Italie, la multiplication des actions de guérilla urbaine de l'extrême gauche et l'avancée électorale du PCI (considéré par les néo-fascistes et par une grande partie de la DC comme le nouveau "cheval de Troie" de l'Union soviétique) ont accentué les appréhensions anti-révolutionnaires de l'ancienne droite, qui a commencé à s'aligner sur les doctrines anti-subversives promues par les Etats-Unis, dans lesquelles l'Italie était considérée comme un élément crucial pour l'équilibre de la Méditerranée. La lutte anti-subversive a été le lien entre ces militants néo-fascistes et les anciens combattants des guerres coloniales françaises ou belges. En fait, la situation en Algérie en 1962 a été comparée par ces néo-fascistes à celle de l'Espagne au printemps 1936  12. Lors des guerres de décolonisation en Indochine et en Algérie, les militaires français avaient eu une grande révélation : la nécessité de mener une guerre idéologique qui lierait l'action militaire à l'environnement social du pays dans le cadre d'un vaste programme de lutte anti-subversive. Au cours du conflit en Indochine, les Français ont découvert les méthodes intenses d'endoctrinement et de cadrage des populations mises en œuvre par le Viétminh. Un arsenal conceptuel a alors émergé, qui a été progressivement formalisé avec des termes tels que "guerre révolutionnaire", définie comme la conjonction de la technique des hiérarchies parallèles et des procédures de guerre psychologique. La psychose de la progression de la "subversion marxiste" s'est accentuée dans les médias de droite avec l'indépendance de l'Algérie et les événements de mai 1968. Pour

_ _ _

11  Delle Chiaie (2012) : 161.
12  Del Boca y Giovana (1965) : 134. Le développement de cette doctrine contre-insurrectionnelle, dans Bale (1994) : 126-139.
13  Vallatoux (2009) : 70.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 15:03


les militaires français, obsédés par la défaite de 1940, le communisme restait la "cinquième colonne", et la guerre froide était comme le drôle de guerre de 1939-1940 : une étape intermédiaire entre la guerre et la paix où les puissances étrangères encourageaient les troubles internes.

La forme de guerre psychologique est rapidement passée de l'idéologie de l'extrémisme colonialiste ex-militaire à la culture anticommuniste du néofascisme international  14 , et de là aux thèses géopolitiques de la défense globale américaine. Le début de la "guerre psychologique" des Yankees contre le communisme remonte à un mémo du 3 juin 1948 du Conseil national de sécurité qui donnait le feu vert à des actions secrètes de la CIA. Avec le déclenchement de la guerre de Corée, les États-Unis ont vu la nécessité de créer un organisme de coordination pour toutes les agences impliquées dans la guerre psychologique. Ainsi, le 4 avril 1951, le Conseil de stratégie psychologique (PSB) est né, composé du sous-secrétaire d'État, du secrétaire adjoint à la Défense et du directeur de la CIA. Ses premiers plans ("Cloven" et "Demagnetize") se sont concentrés sur la France et l'Italie à partir du 21 février 1951, dans le but de réduire le pouvoir des PC indigènes au niveau de l'Union et de mettre en œuvre une législation ouvertement anticommuniste, avec en bout de ligne les agences de sécurité des pays concernés  15. L'entrée de l'Italie dans l'OTAN en août 1949 a renforcé cette collaboration transnationale, d'autant plus que le SIFAR a été créé le 1er septembre de cette année-là. L'atlantisme est donc à l'origine d'une grande partie des services d'information militaires italiens qui, dans les circonstances clés des "années de plomb", ont fait preuve d'une attitude équivoque de double loyauté.

En 1970, la doctrine de l'état-major américain reflétée dans le Field Manual préparé par le général William Westmoreland, chef d'état-major de l'armée, prescrit des interventions clandestines dans les pays étrangers, par des attaques qui devaient être attribuées à des groupes de gauche ("fausses bannières") dans le but de "déstabiliser pour stabiliser" (selon la définition du néo-fasciste repenti Vincenzo Vinciguerra), selon la tactique de "l'action psychologique" utilisée par les militaires français dans la guerre d'Algérie 16. Le manuel de terrain 3.031, élaboré par la CIA le 8 janvier 1970, prévoyait des actions de déstabilisation dans les pays alliés qui auraient montré peu de réaction face au danger communiste " 17. L'un de ces pays semble être l'Italie, où

_ _ _

14  Anti-communisme et défense de l'empire colonial dans le mouvement national-révolutionnaire Jeune Nation, dans Olivier Dard, -Subversion, anti-subversion et contre-subversion dans les discours des droites radicaux francais: des années 30 aux années 70-, à Cochet et Dard (coords.) (2009): 33-35.
15  De Lutiis (2010): 42-43 et Guasconi (1994-1995) et (1999)
16  Rayner (2010): 41.
17  Cucchiarelli et Giannuli (1997): 59 et Tassinari (2001): 54.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyLun 18 Mai 2020 - 15:06


les élections d'avril 1963 avaient vu un affaiblissement alarmant de la DC et du PSI et un renforcement des positions du PCI. Dans une tentative d'isoler les communistes, un gouvernement de centre-gauche dirigé par Aldo Moro a été formé en décembre avec la participation des socialistes. Les politiques modérées et collaboratives du leader communiste Enrico Berlinguer déplaisaient à Moscou, mais n'inspiraient pas confiance à Washington. Un rapport ultérieur du Congrès américain a révélé que quelque 100 millions de dollars avaient été envoyés en Italie pour soutenir la cause anticommuniste, non seulement à la DC mais aussi aux services secrets, dont les chefs avaient des liens avec le mouvement néo-fasciste. Une partie de ces fonds est allée à l'organisation clandestine atlantiste Gladio, officiellement créée le 28 novembre 1956 sous le double patronage de l'OTAN et de la CIA pour l'information et l'action militaire, et qui a été découverte à l'automne 1990 après quarante ans d'opération cachée  18 , mais dont l'origine semble être liée à la création même de l'Alliance atlantique. En même temps, en juin 1948, la CIA a créé un Bureau de coordination politique dont le but était de combattre le communisme en Europe. Ce bureau a été chargé de mettre en place un groupe de travail clandestin au sein de l'OTAN, spécialisé dans les activités anticommunistes en temps de paix. En 1956, au plus fort de la guerre froide et du contrôle parlementaire des démocraties occidentales, le réseau Gladio a été définitivement créé. Il était dirigé par le Comité de coordination allié de l'OTAN (ACC), avec des liens directs avec les armées d'Italie, de Belgique, de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, du Luxembourg, de Grande-Bretagne, du Danemark, de la Norvège et du Portugal. Gladio avait également des succursales ou des "réseaux amicaux" en Grèce, en Espagne, en Suisse et en Autriche  19. En particulier, la structure anticommuniste a été mise en place en Italie à la suite d'un accord signé en novembre 1956 entre le SIFAR et la CIA pour créer un complexe clandestin post-occupation, communément appelé "Stay Behind", qui prévoyait la constitution de réseaux de résistance face à l'occupation ennemie, dans les domaines de la collecte d'informations, du sabotage, de la guérilla, de la propagande et de l'infiltration, opérations qui, ensemble, étaient indiquées par le nom de code Gladio  20. Son chef local de 1974 à 1986 était le général Paolo Inzerilli, chef du bureau de la SAD (Studi e Addestramento) et de la VIIe division de l'armée transalpine. Cette structure secrète a été déployée avec le soutien de la CIA, de l'OTAN et des services secrets des gouvernements concernés pour faire face à une éventuelle invasion soviétique, mais avec la stabilisation de la guerre froide dans les années 1960, elle a détourné ses objectifs pour entraver l'activité politique légale des partis communistes et soutenir les complots du

_ _ _

18  De Lutiis (2010): 51-53. La découverte et l'enquête du réseau Gladio, dans De Lutiis, (2010): 352-379.
19  Sur Gladio, voir Bettini (1996); Brozzu-Gentile (1994): Casals (1998): 173-185; Cucchiarelli et Giannuli (1997): 65-124; De Lutiis (1996): Ferraresi (1992): Ganser (2005); Inzerilli (1995) et Pannocchia et Tosolini (2009)
20  Pannocchia et Tosolini (2009): 41.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMar 19 Mai 2020 - 14:37


terrorisme néo-fasciste avec l'accord ou la tolérance de certaines agences de sécurité de l'État. Le réseau a été dissous le 23 novembre 1990 après la chute du communisme.

C'est pendant cette période d'instabilité politique que les néofascistes italiens de l'ON ont établi des contacts avec les services d'information italiens, les dirigeants militaires du pays et certains représentants de l'OTAN. Après la réunion sur la "guerre révolutionnaire des Soviétiques" organisée à Rome du 18 au 22 novembre 1961, l'expression la plus haute de cette convergence stratégique a été le colloque sur "La guerre révolutionnaire, instrument de l'expansion communiste mondiale" qui s'est tenu du 3 au 5 mai 1965 à l'hôtel Parco dei Principi à Rome, à l'initiative du Centro di Studi Storici e Militad Alberto Pollio, un groupe de réflexion de droite ayant des liens étroits avec l'état-major général, et auquel ont participé de hauts responsables militaires et judiciaires, des universitaires, des journalistes, des intellectuels de droite, des étudiants et des dirigeants de l'ON, dont Pino Rauti. La réunion a examiné les moyens de "résistance" contre les communistes, y compris la violence de rue et la suspension de l'État de droit. La conférence a abordé "la préparation d'un instrument militaire capable de faire face aux techniques et à l'expansion de la guerre révolutionnaire... un instrument qui comprend la création de groupes capables de résister à la pénétration clandestine par la guerre révolutionnaire et qui combattront sans hésitation et avec toute l'énergie et la cruauté nécessaires, même dans les circonstances les moins orthodoxes. Pour l'un des intervenants, Pio Filippani Ronconi (né à Madrid en 1920, journaliste de l'Ufficio Stampa fasciste pour les transmissions en espagnol en 1939, cryptographe des services secrets militaires et ancien officier de la SS pendant la guerre mondiale), l'action anti-subversive devait impliquer trois types de personnes : la classe moyenne (hommes d'affaires, professionnels libéraux et éducateurs) est impliquée dans le boycott de l'infiltration philocommuniste ; les organisations nationalistes ou irrédentistes qui pourraient renforcer l'État par le biais de manifestations légales et d'actions de pression, et certains éléments armés, capables de déclencher "une guerre totale contre l'appareil subversif communiste et ses alliés". Il s'agirait de les former aux tâches de lutte contre le terrorisme et de rompre l'équilibre politique.  21 Les groupes d'autodéfense irréguliers (civils) seraient composés uniquement d'anticommunistes connus et de confiance, ce qui les rapprocherait des objectifs et de la composition de l'ancienne squadre d'azione fasciste. Au sommet de la structure, un Conseil ayant des fonctions générales de coordination agirait. La conférence du Parco dei Principi a établi les qualifications des néofascistes en tant qu'"experts" dans la théorie et la pratique de la

_ _ _

21  Pio Filippani Ronconi, "Hypothèse pour une contre-révolution, Beltrametti (ed.) (1965) : 243.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMar 19 Mai 2020 - 14:50


"contre-révolution globale" 22, qui impliquait la transformation de chaque citoyen en "soldat contre-révolutionnaire" (un contrepoids adapté aux temps nouveaux des "soldats révolutionnaires" de la Waffen-SS), prêt à tout moment à affronter le "bolchevisme". Même l'inculcation à la jeunesse d'une éthique de l'héroïsme et du sacrifice comparable à l'éthique mystique nazie et fasciste a été acceptée. Une stratégie de contre-mobilisation globale et la formation d'un combattant politique - surtout parmi les jeunes imprégnés de la "mystique de la guerre" totalitaire - ont été jugées nécessaires dans la lutte totale contre le communisme  23.

Suite au succès de cette conférence, les représentants de l'OTAN ont approuvé un rapport secret sur les plans civils d'urgence. Selon les termes de l'accord secret constituant le "Stay Behind", tous les pays de l'Alliance devaient mettre en place une organisation composée de personnes capables et dignes de confiance, qui devaient être dotées des moyens nécessaires et être en mesure d'intervenir efficacement en cas d'invasion. En Italie, comme dans les autres pays impliqués dans le Gladio, cette force auxiliaire était composée de spécialistes recrutés en réponse à leur militantisme anticommuniste. En mai 1976, l'hebdomadaire romain L'Europeo a révélé l'existence d'un camp d'entraînement spécial (pour le maniement d'armes et d'explosifs et l'apprentissage de la guerre psychologique) qui avait été créé, vraisemblablement par l'état-major général italien à Alghero (Sardaigne) en 1968, où la formation était dispensée aux membres de l'organisation néo-fasciste de Delle Chiaie. Il a également été vérifié l'existence d'un réseau de complotistes composé de militaires de haut rang, de représentants de l'establishment politique et économique et de militants d'extrême-droite prêts à lutter par tous les moyens contre la "subversion communiste" si l'État libéral ne couvrait pas efficacement cette tâche.

L'ouverture du régime aux socialistes a été très mal accueillie par le peuple américain : l'attaché militaire Vernon Walters a soutenu que si le PSI entrait au gouvernement, les États-Unis devraient envahir militairement l'Italie, mais en 1962, Kennedy a approuvé cette prudente évolution vers la gauche  24 .

À ce moment de grande effervescence politique, lorsque des mouvements spontanés contre la guerre du Vietnam et en faveur de la Chine maoïste ont commencé à se former dans la gauche italienne, plusieurs tentatives de putsch ont eu lieu, telles que

_ _ _

22  Christie (1984) : 59. Sur cette importante réunion, voir aussi Brozzu-Gentile, (1994) : 86-91 ; Casals (1998) : 183-184 ; Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 66-68 ; De Lutiis, (2010) : 77-78 ; Ferraresi, (1984b) : 57-60 et (1995) : 140-144 ; Flamini (1981-1984) : 1, 84-93 ; Laurent (1978) : 205-208 et Rao (2008) : 50-52.
23  Milza (2003) : 102.
24  De Lutiis (2010) : 68.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMar 19 Mai 2020 - 15:16


celui préparé par l'ancien chef d'état-major Giovanni De Lorenzo (chef du SIFAR depuis 1956 et des Carabiniers depuis octobre 1962 25) en juin-juillet 1964 : le "Piano Solo" prévoyait l'occupation par les Carabiniers des principaux sièges du gouvernement, des centres de communication, des sièges politiques et des journaux, et la déportation en Sardaigne de 800 "éléments dangereux". La conspiration, qui a été révélée par L'Espresso en 1967 après l'arrivée du nouveau chef de SIFAR, l'amiral Eugenio Henke, avait pour toile de fond les initiatives d'intervention politique et militaire pour arrêter la conquête du pouvoir par le PCI, élaborées depuis 1948 par le Conseil national de sécurité et les chefs de l'état-major américain, comme le "Plan Demagnetize" élaboré par l'État-major interarmées en 1952 comme base de l'"Opération Gladio" qui a été lancée officieusement la même année dans le but de réduire le pouvoir communiste en France et en Italie  26.

Le coup d'État militaire grec du 21 avril 1967, que l'OTAN a soutenu avec l'exécution du "Plan Prométhée" de défense anti-subversive contre une victoire électorale de la gauche anti-Atlantique, est devenu le modèle de référence pour la future "stratégie de la tension italienne" et les tentatives de coup d'État de 1970 et 1973. Le 16 avril 1968, à l'occasion du premier anniversaire du coup d'État grec, 52 étudiants affiliés à l'Ordine Nuovo, à l'Avanguardia Nazionale, à Nuova Caravella et au mouvement néo-païen Europa Civiltá sont arrivés à Athènes pour recevoir une formation aux techniques d'infiltration de l'extrême gauche et de préparation aux attentats. Parmi eux se trouvaient Pino Rauti, Stefano Delle Chiaie, Franco Freda, Giovanni Ventura et Guido Giannettini. Bien qu'officiellement décrits comme des échanges culturels, ces voyages ont été parrainés conjointement par Enzo Viola, de l'état-major général italien, et le service de renseignement de l'État grec Kratiki Ypiresia Pliroforion (KYP)  27. Dans la mise en œuvre de ces cours anti-subversifs, les néofascistes ont déployé une véritable stratégie de provocation, d'infiltration et de déstabilisation en Italie  28. Selon l'historien Mimmo Franzinelli, il est probable que certains des attentats du printemps-été 1969 ont résulté de la synergie entre les agents grecs et les néofascistes italiens  29. Après les événements étudiants de 1968, Pino Rauti (un collaborateur possible du SID) et Delle Chiaie étaient venus rendre visite aux colonels grecs avant la

_ _ _

25  Sur l'exécution de De Lorenzo à la tête du SIFAR, voir De Lutiis (2010) : 61-90.
26  Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 36-44 et 229-247 et Ferraresi (1995) : 144-159.
27  Bale (1994 : 156-158 ; Cubero (2006) : 49 ; Franzinelli (2008) : 19-20 et Laurent (1978) : 174-176. Delle Chiaie a effectué au moins trois voyages en Grèce en 1971, accompagné d'Yves Guérin-Serac. La connexion grecque des néo-fascistes italiens après le coup d'État du 21-IV-1967, dans Christie (1984) : 21-22.
28  Ferraresi (1996) : 87 et González Mata (1978) : 27.
29  Franzinelli (2008) : 31.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMar 19 Mai 2020 - 16:57


vague de violence qui a commencé à Rome avec l'attentat à la bombe de la fin de cette année-là. 30

Avec la défaite de la direction conservatrice du MSI après la mort de Michelini en juin 1969, et le retour d'Almirante au secrétariat général du parti, une radicalisation a eu lieu qui a coïncidé avec l'impact de la crise économique, l'émigration massive du sud vers le nord industriel, l'échec du réformisme centriste démocrate-chrétien, l'instabilité croissante des gouvernements, l'immobilité des anciennes formations politiques et l'émergence d'un extrémisme de gauche de plus en plus belliqueux. Certains observateurs ont considéré que les circonstances étaient similaires à celles qui ont conduit à la montée en puissance du fascisme dans les années 1920. Le MSI a pris part aux émeutes de rue aux côtés des militants d'extrême gauche, remplaçant les forces de l'ordre par ses bandes armées, introduisant des agents provocateurs dans les mouvements de protestation et multipliant les attaques. L'augmentation des conflits sociaux a conduit à l'émergence du mouvement autocratique en 1969, lorsque le mouvement étudiant a convergé avec la protestation des travailleurs. En juin de cette année-là, Enrico Berlinguer, alors secrétaire général du PCI, avait prononcé un discours dans lequel il avait exposé l'attitude de son parti vis-à-vis de l'OTAN : "Nous nous battons pour que l'Italie ne participe à aucun bloc militaire ou potentiel, pour sa sortie de l'OTAN et pour l'élimination des bases de l'OTAN en Italie. Nous nous battons pour la neutralité [...] et pour la transformation de la Méditerranée en une mer de paix. Selon les planificateurs de l'OTAN, l'entrée du PCI au gouvernement, qui a été demandée par Aldo Moro, aurait de profondes répercussions et modifierait sérieusement l'équilibre des relations "entre l'Est et l'Ouest". Pour la droite la plus intransigeante, la perspective d'une participation communiste au pouvoir de l'État signifiait, purement et simplement, la fin de l'OTAN.

Une partie de la classe politique, comme Giolitti au début des années 1920, a été tentée de profiter de la violence croissante imposée par l'extrême droite dans les rues pour contrer l'opposition de l'extrême gauche et imposer au pays, grâce à l'atmosphère de guerre civile, une réforme non démocratique des institutions. C'est la stratégie utilisée par certains employeurs, tels que les magnats du sucre et du ciment qui ont financé les groupes néo-fascistes Ordine Nuovo et Avanguardia Nazionale, à qui, avec des membres de l'appareil d'État, nous devons le travail pour parvenir à un tournant autoritaire du pays.  31 L'hypothèse suivie par le juge milanais Guido Salvini, qui a interrogé 564 témoins, saisi 47 dossiers de documents du Servizio per le Informazioni e la Sicurezza Militare (SISMI) et écrit des milliers de pages sur la question, est

_ _ _

30  Duranton-Crabol (19911: 175.
31 Cingolani (1996): 13.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMer 20 Mai 2020 - 18:13


que l'Ordine Nuevo a fini par devenir le centre de recrutement des structures parallèles de l'OTAN et la base organisationnelle pour l'exécution d'actes violents liés à la "stratégie de tension". En novembre 1969, une série de dépêches envoyées à Lisbonne par les correspondants italiens de l'Aginter Press aboutit au document "Notre action politique", qui explique la stratégie d'infiltration et de provocation :


"Notre conviction est que la première phase de l'activité politique doit être de créer les conditions qui favorisent l'installation du chaos dans toutes les structures de la région. Cela doit nécessairement commencer par l'affaiblissement de l'économie de l'État afin de confondre l'ensemble de l'appareil juridique. Cela conduit à une situation de forte tension politique, de peur dans le monde de l'industrie et d'hostilité envers le gouvernement et les partis politiques [...] À notre avis, le premier pas que nous devons faire est de détruire la structure de l'État démocratique, sous le couvert d'activités communistes et pro-chinoises. D'autre part, nous avons des gens qui ont infiltré ces groupes et il est évident que nous devrons adapter nos actions à l'éthique du média : la propagande et l'action d'une espèce qui semble avoir émergé de nos adversaires communistes et la pression sur les personnes qui détiennent le pouvoir à tous les niveaux. Cela créera un sentiment d'hostilité envers ceux qui menacent la paix de chaque partie de la nation, et en même temps nous devons nous présenter comme les défenseurs des citoyens [sic] contre la désintégration causée par le terrorisme et la subversion."  32


L'objectif était de mener des opérations sous faux pavillon afin d'impliquer l'opposition dans la violence politique, de discréditer la gauche parlementaire et de préparer l'opinion publique à l'adoption de solutions atlantistes de "maintien de l'ordre "  33 . La tactique a été immédiatement mise en pratique : un bilan de 200 morts et 1 500 blessés fait de l'Italie le théâtre de l'une des campagnes terroristes les plus sanglantes et les plus étendues de l'après-guerre européen, après l'Irlande, le Pays basque et la Turquie.  34 La plupart des études sur les attaques terroristes entre 1969 et 1975 attribuent pas moins de 80% d'entre elles aux branches clandestines des groupes néofascistes, qui ont causé 63 morts et des centaines de blessés.  35 Les événements les plus marquants sont les bombes qui ont explosé place Fontana à Milan le 12 décembre 1969, celles placées les 8 et 9 août de la même année dans dix wagons de train dans différentes villes, l'attentat contre une manifestation

_ _ _

32  Cit. par Bale (1994): 186-187; Christie (1984): 17 ans; Cipriani (2002): 7-8; De Lutiis (2010): 185; Ferraresi (1995): 170-171; Laurent (1978): 169-170 et Van Dogen (2009): 291-292. Sur la participation néo-fasciste à cette agence, voir Corrado Incerti et Sandro Ottolenghi et Piero Raffaelli, "Giornalisti italiani al servizio dell'agenzia terroristica", L'Europeo, 28-XI-1974 [http://www.ecn.org/ponte/doss12/novita/agint2.html].
33  Bale (1994): 4-5.
34  Ibid: 2.
35  Milza (2003); 107.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyMer 20 Mai 2020 - 18:37


anti-fasciste de la Piazza della Loggia de Brescia le 28 mai 1974 (8 morts et 101 blessés) et le déraillement du train Italicus sur la ligne Florence-Bologne (12 morts et 105 blessés) le 4 août 1974.  36 Il s'agissait d'une escalade terroriste soigneusement préparée par les néofascistes pour attirer les anarchistes et justifier une involution autoritaire comme celle qui avait eu lieu à la fin du XIXe siècle  37. L'homme qui était apparemment au centre de ces attaques, et certainement de toutes celles qui ont suivi jusqu'à la fin de 1969, était Stefano Delle Chiaie, un véritable professionnel de la subversion et de la provocation  38.

Dans ce contexte de tension croissante, lors de la "Notte della Madonna" des 7 et 8 décembre 1970, le "prince noir" Junio Valerio Borghese (combattant fasciste de la Seconde Guerre mondiale, président honoraire du MSI et fondateur de l'Association des anciens combattants de la République de Salo), a organisé une autre tentative "à l'italienne" - dénommée "notte de Tora Tora" - sous le sigle du Fronte Nazionale créé le 13 septembre 1968, et en contact étroit avec des jeunes de l'Avanguardia Nazionale tels que Delle Chiaie et un secteur de la franc-maçonnerie dirigé par Licio Gelli. Le plan séditieux consistait à rassembler une petite force de néo-fascistes, d'ex-combattants du RSI et de réservistes des corps d'élite de l'armée, à prendre le contrôle du Ministero dell'Interno et à capturer ou tuer le chef de la police. Un commando de cinquante néofascistes dirigé par Sandro Saccucci et Stefano Delle Chiaie est entré au ministère de l'Intérieur au petit matin du 7, déguisé en ouvriers, et y est resté en attendant que Borghese donne l'ordre final du coup d'État. A 23h15, le groupe a attaqué l'armurerie du ministère, tandis que 197 gardes forestiers de la Cittaducale entraient à Rome avant que Borghese, peut-être découragé par la défection de plusieurs conspirateurs, n'ordonne inopinément l'annulation des opérations  39 . En fait, quelques minutes après 1 heure du matin le 8, Borghese a reçu un appel mystérieux - un appel dissuasif d'un inconnu que de nombreux auteurs identifient

_ _ _

36  Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 189-206.
37  Rao (2008) : 87-102. Les différentes interprétations de la "stratégie de tension" (subversion de l'extrême gauche pour les néofascistes les plus radicaux, provocation orchestrée par les services secrets pour le MSI, déviations occasionnelles des services de sécurité infiltrés par l'extrême droite pour la DC, complot à grande échelle du pouvoir étatique caché - incluant tout ou partie de la DC - pour la gauche), dans Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 373-383. Une notion plus générale, dans Rodríguez Jiménez, (1994) : 270-271
38  Franzinelli (2008) : 55-57
39 Rao, (2008) : 357-382. Cette information provient d'une déclaration fournie par Delle Chiaie à Michael Vernon Townley, un agent des services secrets chiliens d'origine américaine, citée dans Dinges et Landau, (1980). Déclarations de Stefano delle Chiaie, également dans Mayorga (2003) : 73 ff.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 9:53


comme étant le général Vito Miceli, successeur de l'amiral Hencke à la tête des services secrets et commandant de l'organisation secrète Rosa dei Venti - Giunta Executiva di Riscossa Sociale Italiana (GERSI), un réseau de coup d'État créé au début des années 1970 par le général De Lorenzo avec le soutien de 150 officiers de la région de Vénétie. L'une des fonctions de la Rosa dei Venti était de créer une armée parallèle au sein des forces armées (à l'exception des Carabiniers) pour assurer une neutralisation rapide des groupes "subversifs"  40. À cet égard, en 1967, on a découvert que le SIFAR/SID avait illégalement constitué quelque 157 000 dossiers sur des Italiens "suspects" qui pourraient être purgés dans une éventuelle tentative d'involution. Le complot consistait à expulser l'opposition parlementaire et à changer le gouvernement de Giovanni Colombo en un gouvernement provisoire dirigé par un homme politique démocrate-chrétien - on parlait de Giulio Andreotti - qui organiserait de nouvelles élections dans un an sans listes communistes ou d'extrême gauche. Il ne s'agissait donc pas de changer le régime républicain, mais d'"orienter" le gouvernement vers la droite sous la menace d'un coup "dur" au sens fasciste  41. Un plan similaire à celui promu par le général Alfonso Armada le 23-F. L'une des clés de l'intrigue était le virage atlantiste prévu : par l'intermédiaire du docteur Adriano Monti, Borghese avait entretenu des contacts à Madrid avec Otto Skorzeny, alors membre du réseau établi par les services secrets allemands BND du général Reinhard Gehlen (ancien officier de renseignement de la Wehrmacht sur le front de l'Est, qui après la guerre mondiale a recyclé son organisation Gehlen dans l'embryon du futur Bundesnachrichtendienst  42 ) dans la zone méditerranéenne, et par son intermédiaire il voulait faire pression sur l'attitude de la CIA à l'égard du mouvement séditieux qu'il complotait. Les Américains étaient parfaitement informés de toute l'affaire, mais il ne semble pas qu'ils aient promis de soutenir les conspirations, mais qu'ils aient maintenu une attitude d'attente prudente, comme ils l'ont également fait en Espagne en février 1981  43. Borghese était en contact avec l'ambassade américaine à Rome par l'intermédiaire de Hugh Hammond Fenwich (officier de liaison présumé avec Nixon), et Delle Chaie appartenait à l'organisation subversive Rosa dei Venti (dont l'emblème coïncidait avec ceux de l'OTAN et de la CIA), qui a organisé un nouveau coup d'État "blanc" en Italie le 10 août 1974, soit six

_ _ _

40 Sur cette organisation secrète, voir De Lutiis (2010): 123-138.
41 Sur le coup d'État de Borghese, chef du Fronte Nazionale, voir Arcuri (2004): 5-67; Bale (1994): 250 à 511; Cipriani (2002): 371 à 378; Cucchiarelli et Giannuli (1997): 247-272; De Lutiis (2010): 106-122; Delle Chiaie (2012): 139-160; Ferraresi (1995): 219-232; Flamini (1981-1984): II, 176-179 et 218-231 et (2007), et Laurent, (1978): 244-257. Après la guerre mondiale, Borghese avait été sauvé de la punition partisane par l'OSS américain.
42 Bale, (1994): 73-74. Skorzeny aurait aidé à la formation de la police secrète péroniste à Buenos Aires avant la chute du gouvernement justicialiste en 1955 - il serait revenu dans les années 1970 - puis serait allé chez la police égyptienne sous la direction de Gehlen. Vid.: Bale, (1994): 75-76.
43 De Lutiis (2010): 116-117.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 10:33


jours après le massacre du train Italicus, et dans le sillage de celui perpétré par Pinochet l'année précédente. Cette nouvelle tentative a apparemment été soutenue par le chef du parti libéral italien, Edgardo Sogno, qui a cherché à limiter la liberté du président de la République, Giovanni Leone, afin de le contraindre à dissoudre le Parlement et à nommer un gouvernement provisoire composé de techniciens et de militaires. L'objectif était d'établir une république présidentialiste afin d'éviter une dérive "à la tchécoslovaque" du système italien. Le ministre de la défense Andreotti s'est attribué le mérite d'avoir fait obstruction au coup d'Etat en transférant les commandants militaires impliqués à d'autres postes  44.

Le "coup d'État de Borghèse" n'a jamais été puni : en 1978, 145 personnes ont été accusées de tentative de coup d'État de 1970 à 1974, dont 78 ont été jugées pour conspiration. La Cour d'appel a prononcé sa sentence le 14 juillet 1978, après quatorze mois de procès : 32 accusés ont été acquittés (les plus importants, comme le général Vito Miceli, mais aussi Clemente Graziani, Elio Massagrande et d'autres dirigeants de l'ON), et 46 condamnés, dont Delle Chiaie, qui risquait une peine de cinq ans, mais le 29 novembre 1984, la Cour de cassation de Rome a prononcé un acquittement général parce que la prescription était arrivée à expiration  45 .


Aginter Presse et l'internationalisation de l'activité déstabilisatrice de l'extrême droite

Après la tentative ratée du "comandante" Borghese (qui, après avoir été arrêté en mars 1971, réussit à s'enfuir en Espagne et meurt dans d'étranges circonstances à Cadix le 26 août 1974, après s'être rendu au Chili pour offrir ses "servicios" à Pinochet), Un groupe de néo-fascistes est arrivé en Espagne en 1970 via Barcelona, soutenu par l'"ultra" local Alberto Royuela Fernández et par des membres de la Guardia de Franco, une entité paramilitaire créée en juillet 1944 comme organisation du Mouvement dépendant directement du ministre-secrétaire général. À sa tête se trouve Delle Chaie, qui, selon son propre témoignage, est arrivé le 23 juillet 1970 de Lyon, et a travaillé sous la couverture d'une société d'import-export utilisée par le Falangiste Luis Antonio García Rodríguez. Lors de sa résidence ultérieure à Madrid, Delle Chiaie est entré en contact avec Aginter Presse, une structure couvrant l'"Internationale noire" qui avait été fondée en 1965 à la Rua das Pracas, n° 13 à Lisbonne par d'anciens membres

_ _ _

44 Cucchiarelli et Giannuli (1997) : 335-345 et Laurent (1978) : 258-271. Selon Wilkinson, (1981) : 73, l'organisation clandestine avait établi une liste noire de 1 617 personnes à exécuter après le succès du coup d'État, parmi lesquelles le dirigeant communiste Enrico Berlinguer et le misino Giorgio Almirante.
45 Nunziata (1985) : 251-252 et (1986) : 71-86, et Flamini (1981-1984) : 4/2, 571.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 10:56


de l'OAS, en étroite collaboration avec le ministère portugais de la défense et la Polícia Internacional e de Defesa do Estado (PIDE), et qui était dirigée par Yves Guérin-Serac, ancien membre de l'OAS (alias Yves Guillou ou François Yves Herlou, un catholique traditionaliste et ancien SS, alors proche de la CIA) en tant qu'agence au service de l'OTAN avec des branches en Amérique du Sud". Selon Danielle Ganser, bien que le réseau Gladio soit présent au Portugal depuis les années 1950, c'est en 1962 qu'il a créé un réseau stable à Lisbonne, en utilisant la façade de l'agence Aginter Presse  47.

Après la fin de la guerre d'Algérie, Guérin-Serac entre dans la clandestinité en 1962 et rejoint l'empire-nation portugais. Il forme la Légion portugaise et entraîne les troupes régulières aux techniques de la contre-guérilla. L'agence a commencé ses activités à la fin de 1965, immédiatement après le colloque Alberto Pollio, et le catalyseur de son action semble avoir été la préparation de la Conférence tricontinentale prévue à La Havane du 3 au 10 janvier 1966.  48 Depuis lors, Aginter Presse a mis en place un important réseau de journalistes, d'éditeurs et de correspondants. Avec Philippe Ploncard d'Assac et d'autres membres de l'OAS qui avaient fui la France, elle a signé un contrat avec le gouvernement portugais en septembre 1966 pour créer une organisation dont la mission préférentielle était d'infiltrer les mouvements d'indépendance africains sous le couvert d'une agence de presse. Elle a publié le bulletin bimestriel Veritas Ubique, qui avait pour but de combattre le communisme et de défendre la civilisation occidentale, et a maintenu une organisation internationale néofasciste appelée Ordre et Tradition, alimentée par les chrétiens maronites libanais, traditionalistes espagnols de Sixto de Bourbon, les ustashis croates et les membres de l'organisation Europa e Civiltà de Loris Fachinetti, qui a organisé à Lisbonne des réunions impliquant des néofascistes d'Europe et d'Amérique du Sud, pour créer un réseau de correspondants et un groupe paramilitaire clandestin appelé Organisation Armée contre le Communisme International (OACI) avec sa propre doctrine anti-subversive.  49 Elle comprenait Guérin-Serac, Juan María Lafitte, Guy d'Avezac de Castera, André Fontaine, Zarco Moniz Ferreira, José de Barcellos, José Valle de Figueiredo et Antonio Marques de Carvalho, et avait des correspondants en France, en Espagne, en Allemagne, en Autriche, en Italie,

_ _ _

46  Leroy, numéro deux de l'agence, a également recueilli des informations pour l'OTAN entre 1958 et 1966. Vid.: De Lutiis (2010): 188-189. Sur Aginter Presse, voir Bale (1994): 125-141; Christie (1984): 14-16; Cipriani (2002): 5-8; Cucchiarelli y Giannuli (1997): 154-158; De Lutiis (2010): 183-190; Delle Chiaie (2012): 133-138; Duranton-Crabol (1991): 172; Franzinelli (2008): 18-19; González Mata (1978): 152-164; Laurent (1978): 117-165; Tassinari (2001): 26 y Mayorga (2003): 146-150.
47  Ganser (2005), cap. IX.
48  Christie (1984): 16.
49  Van Dongen (2009): 290-291.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 11:21


en Angleterre, en Belgique, en Suisse, en Suède, aux États-Unis et en Amérique latine.  50 Au cours de la période 1966-1969, les dirigeants néo-fascistes italiens (en particulier Pino Rauti et Ordine Nuevo) ont tenu de nombreuses réunions avec des membres de Aginter Presse.

L'organisation est passée de la préhistoire (1962-1966) à la tutelle portugaise (1966-1969), puis à la domination mercenaire en Amérique du Sud (1969-1974). Aginter Presse était une agence d'espionnage dirigée par la police secrète portugaise (PIDE), mais aussi un bureau de propagande pour mener un combat idéologique contre les mouvements de décolonisation du Tiers Monde, et un centre de recrutement et d'entraînement de mercenaires et de terroristes spécialisés dans le sabotage et l'assassinat. C'est par ce biais que les vétérans intransigeants de l'OAS et leurs partisans néo-fascistes ont lancé des opérations contre-révolutionnaires et de contre-guérilla inspirées de la doctrine française de la guerre révolutionnaire comme guerre totale sur tous les fronts, en particulier la guerre psychologique. Elle a également servi de centre logistique pour les opérations des groupes néofascistes et d'extrême droite, et de porte-parole pour l'endoctrinement politique anticommuniste en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et en Europe, en collaboration avec un certain nombre de régimes dictatoriaux, des personnalités d'extrême droite bien connues et des groupes néofascistes actifs au niveau international.

L'agence dépendait directement du PIDE, qui la finançait, et était soutenue par l'ON, l'AN, l'OAS, le GCR et la CEDADE en Espagne, Kinema tes 4 Augoustou en Grèce, Joven Portugal, Orden Nuevo au Portugal, Jeune Europe et ses successeurs en Belgique, World Union of National Socialists, des mouvements anti-Castro aux États-Unis et des personnalités de droite du Parti républicain américain comme le sénateur de l'Arizona Barry Goldwater, ainsi que des contacts avec la CIA, le FBI, le BND allemand, le SDECE français, l'Ufficio Affari Riservati italien et d'autres organismes de sécurité des dictatures comme le DGS espagnol, le KYP grec ou le BOSS sud-africain.  51

Les années 1965-1968 ont été consacrées à l'Afrique, et depuis 1968 à l'Europe, par le biais du bras droit de Sérac, Robert Leroy, membre de l'Action française, ancien cagoulard, requeté, agent de renseignement de Vichy et ancien membre de la division Waffen-SS Charlemagne. Après sa libération à la fin de la guerre mondiale, il a travaillé pour l'OTAN et le BND entre 1958 et 1968, puis avec Guérin-Serac

_ _ _

50 Rapports de la Direzione Generale della Pubblica Sicurezza du 23-VI-1967 et 14-V-1969, fac-similés insérés dans Delle Chiaie et Tilgher (1995) : 247-249.
51 Bale (1994) : 136 et Laurent (1978) : 119.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 13:08


de 1968 à 1970, il a participé à plusieurs "actions spéciales" au Mozambique  52. Connaissant le monde africain, il a tenté d'annuler les mouvements de libération anti-portugais tels que le FRELIMO et le MPLA, ainsi que l'UNAR et même l'OUA, avec le soutien du gouvernement français. À la fin des années 1960, Aginter Presse a déplacé son attention de l'Afrique vers l'Amérique latine. Son organisation de mercenaires opérait au Guatemala, en Bolivie (Sérac et l'Américain Jon Jay Salby, alias "Castor" et "Sablosky"), en Colombie (Sérac), au Venezuela (Sérac et Salby), au Nicaragua (Jean Denis), au Pérou (Gérard Paul Chany, alias "Technique"), au Brésil et en Argentine  53. On estime qu'environ 60% de son personnel était recruté dans les rangs de l'ancienne OAS, et que le reste faisait partie d'organisations néo-nazies basées en Europe occidentale  54.

A l'automne 1969, le SDECE français a demandé à la PIDE de rompre les liens avec Aginter Presse, dont le rôle dans les attentats italiens inquiétait les autorités françaises.  55 Le réseau de mercenaires s'est ensuite déplacé en Espagne et en Amérique du Sud, servant l'appareil de sécurité des dictatures du Guatemala, du Chili, de la Bolivie, de la Colombie, du Pérou, du Nicaragua, du Brésil et de l'Argentine.  56 Au début des années 1970, Aginter Presse a continué à opérer en Afrique par l'intermédiaire d'un groupe armé apparenté, appelé Western Presence, basé à Johannesburg, où il a recruté de jeunes combattants d'extrême droite et les a envoyés dans des camps d'entraînement en Algarve portugais et à Windoek (Afrique du Sud) en direction des guérillas angolaises de l'UNITA.

L'une des personnes clés de Aginter Presse et de l'OACI, en tant qu'agent chargé de coordonner l'infiltration des forces de gauche, était Stefano Delle Chiaie, qui a longtemps été l'homme de confiance de l'infrastructure italienne des exilés de l'OAS, et qui portait une carte de Aginter Presse au nom de Giovanni Martelli. Après s'être entretenu avec Perón à Madrid au début des années 1970 pour discuter de la transmission du militantisme néofasciste violent aux mouvements révolutionnaires nationaux d'Amérique latine, puis en janvier et juin 1973 pour infiltrer les militants néofascistes dans les syndicats péronistes radicalisés, Delle Chiaie s'est portée volontaire avec Borghese pour créer un nouveau réseau international néo-fasciste, dont le présidium était formé par Otto Skorzeny, Léon Degrelle, Leo Negrelli (ancien attaché de presse de l'ISI et rédacteur en chef du bulletin Voce dell'Occidente) et Radu Ghenea

_ _ _

52  Sur l'activité de l'agent Robert Leroy (impliqué dans l'attentat de Piazza Fontana) dans Aginter Presse, voir Van Dongen (2009) : 284-288.
53  Laurent (1978) : 163.
54  Sur l'OAS et ses connexions néo-fascistes, voir Laurent (1978) : 85-114.
55  Laurent (1978) : 156-157.
56  Ibid : 157-165.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 13:40


assistant de Codreanu), et qui se sont rencontrés à Madrid à la fin de l'année 1973.  57 C'est alors qu'un groupe de mercenaires italiens, espagnols et français a été envoyé par la CIA au Costa Rica pour détruire les bases des guérillas sandinistes nicaraguayennes et communistes guatémaltèques avec le soutien du groupe d'extrême droite Costa Rica Libre, de la Garde républicaine Somoza et du Mouvement de libération nationale guatémaltèque dirigé par Mario Sandoval Alarcón. Mais l'action a été contrariée et le groupe de mercenaires a dû fuir au Panama. 58

En Espagne, après l'assassinat de l'amiral Carrero Blanco, le Service spécial d'information et de sécurité [SEIS] lié à la DGS a maintenu le contact avec la CIA, Aginter Presse et le réseau de mercenaires Paladin  59. Mais avec la chute de la dictature portugaise à la "révolution des oeillets", le Mouvement des forces armées (MFA) a occupé le siège de la PIDE le 26 avril, et le lendemain le siège et les archives de Aginter Presse. Le successeur du PIDE, le Servico de Deteccáo e Coordenacáo de Informacáo (SDCI), a entamé une enquête sur ses activités. Menacé par la nouvelle situation portugaise, Guérin-Serac s'est installé dans l'Espagne de Franco en tant qu'invité de Delle Chaie, et avec le début de la transition démocratique, il s'est installé en Amérique latine. Les liens de Aginter Presse avec les services secrets occidentaux sont indéniables : l'homme qui assurait la liaison entre les quartiers généraux franco-portugais et italien était l'agent américain John Jay "Castor" Salby, propriétaire de la mitrailleuse qui a tué le juge Vittorio Occorsio le 10 juillet 1976. Le néo-fasciste repenti Vincenzo Vinciguerra a assuré que "l'organisation, camouflée sous le nom Aginter Presse au Portugal et de Rosa de los Vientos en Italie, et celle qui répand la terreur en France avec l'acronyme OAS, n'est rien d'autre que l'Organisation par excellence : l'OTAN" 60. Selon Vincinguerra, Aginter Presse était le lien entre le "Stay Behind" (Gladio) et l'"internationale" noire pour faire le sale boulot par l'intermédiaire de l'agent de la CIA John Jay Salby.

Après sa dissolution officielle en 1974, Aginter Presse s'est installée à Paris et a offert son savoir-faire à des régimes dictatoriaux comme ceux du Guatemala et du Chili. Lorsque des enquêteurs du MFA portugais ont fait une descente au siège de Lisbonne d'Aginter Presse et de son bras politique Ordre et Tradition, ils ont découvert que la dernière destination connue d'Yves Guérin-Serac était la section 1.682 du Salvador.

Si le "terrorisme noir" a eu un impact important en France (l'OAS créée à l'hiver 1960-1961) ou en Autriche (Nationaldemokratische Partei

_ _ _

57  Dette Chiaie (2012) : 163-164 et 180-181.
58  lbíd (2012) : 164-171 et Mayorga (2003) : 148-149.
59  Sartorius et Sabio (2007) : 267,
60  cité par Mayorga (2003) : 146.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 15:20


dans le Tyrol du Sud italien) dans les années 60, en Italie dans les années 70, puis en Allemagne et en Belgique (Vlaamse Militantenorde : VMO et Volkssozialistische Bewegung Deutschlands/Partei der Arbeit : VBSB/PdA), l'existence d'une prétendue "internationale noire" de terrorisme néofasciste coordonnée depuis l'Espagne et liée à des groupes terroristes tels que l'OAS  61 doit être sérieusement remise en question. S'il ne fait aucun doute que des relations ont été établies entre les extrémistes de droite, l'appareil d'État et certaines agences mercenaires internationales  62, seuls des mécanismes spécifiques d'entraide en matière de formation, d'armes, de ressources financières et de protection et d'accueil des agents "grillés" ont été mis en place  63. Les néo-fascistes italiens étaient liés au Nouvel Ordre européen, au Portugal salazariste, à l'Espagne de Franco, à l'Afrique du Sud de l'apartheid et aux dictatures de l'Amérique du Sud, mais ils ont entretenu des réseaux qui étaient en grande partie le résultat de l'improvisation induite par la situation politique instable de l'Europe du Sud et du Cône Sud de l'Amérique latine. De nombreux militants de la "guérilla noire" ont participé à des expériences de mercenariat qui se sont poursuivies en Espagne au début des années 70 et en Amérique latine dans les années 80, au service de régimes ou d'institutions anticommunistes, et au nom d'une révolution populaire (trans)nationale purement éventuelle  64.

Diffusion et limites de la "stratégie de tension" en Espagne


Les liens du néofascisme italien avec les différentes tendances extrémistes du régime de Franco peuvent être datés de bien avant la crise finale du régime. Selon certains rapports des services secrets italiens, Pino Rauti et Clemente Graziani se seraient rendus au Portugal et en Espagne en mars 1963 afin d'obtenir un soutien politique pour la création de centres d'"information" à Rome et dans d'autres villes. En Espagne, ils ont rencontré des membres de la PIDE portugaise et de la Brigade politico-sociale franquiste, et même le vice-premier ministre de l'époque, le général Agustín Muñoz Grandes, a promis un soutien économique à l'ON, grâce auquel une société d'import-export dédiée au trafic d'armes 65 a été créée. Lorsque Delle Chiaie est rentré en Espagne à l'automne 1970 avec un faux passeport, il a obtenu la protection d'Otto Skorzeny, qui avait créé en 1968 le groupe de sécurité privée Paladin en Espagne avec les agents nazis Gerhard Hartmut von Schubert et le professeur Johannes von Leers, pour aider la DGS à neutraliser les actions de l'opposition antifranquiste et à recruter des mercenaires et des spécialistes de la contre-guérilla avec

_ _ _

61 Así lo señala Sánchez Soler (1996): 147.
62 Tassinari (2001): 5.
63 Duranton-Crabol (1991): 174.
64 Tassinari (2001): 158.
65 Bale (1994): 154.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 15:43


l'objectif d'affronter les mouvements de libération nationale du tiers monde  66. L'agence, dont le siège était situé au 9, rue Albufereta à Alicante et qui avait des succursales à Zurich, Genève, Paris, Bruxelles, Rome et Londres  67, recrutait d'anciens nazis et d'anciens membres de l'OAS, dont les membres, harcelés par les "barbouzes-gaullistes", se réfugiaient en Espagne sous la protection du gouvernement franquiste ou en Italie avec le soutien de chefs militaires tels que Filippo Anfuso et Giorgio Almirante.

Les relations de Delle Chiaie (qui retournait souvent clandestinement en Italie) avec les services secrets franquistes datent de cette période : en mars 1971, le prince Borghèse était arrivé à Madrid, suivi de Delle Chiaie. Comme on l'a dit, l'activiste italien s'était lié d'amitié avec d'anciens combattants nazis tels que Degrelle et Skorzeny, et avait également établi des relations cordiales avec des représentants qualifiés du "bunker" franquiste naissant comme José Antonio Girón de Velasco et Mariano Sánchez-Covisa, chef des Guérillas du Christ Roi (GCR), un groupe violent à caractère ultracatholique, anti-libéral et anticommuniste qui avait été créé vers 1968.  68 En 1972, il a été autorisé à publier le magazine Confidencial dans la presse militaire espagnole, la version espagnole du magazine français Confidentiel, l'organe d'expression des néonazis européens. Selon son propre témoignage, Delle Chiaie a rencontré l'amiral Carrero Blanco entre la fin de 1972 et le début de 1973, pour organiser une audience avec Franco, qui a autorisé les Italiens à effectuer un travail politique dans le pays 69. Le 12 septembre 1973 - c'est-à-dire le lendemain du coup d'État de Pinochet -, Carrero rencontre Borghese et Delle Chaie, qui s'engagent à collaborer avec le Service central de documentation de la présidence du gouvernement (SECED), récemment créé et dirigé par le colonel José Ignacio San Martín, qui leur fournit des fonds et des infrastructures pour leurs activités politiques internationales  70. L'"ultra" Luis Antonio García Rodríguez a également mis Delle Chiaie en contact avec le Parti national-socialiste espagnol (PENS), créé fin 1969 sous les auspices des services secrets de la présidence du gouvernement. C'est ainsi que Mario Ricci, Pier Luigi Concutelli, Mario Tuti, Elio Massagrande, Carlo Cicuttini et d'autres néofascistes sont devenus des confidents et des collaborateurs des services de sécurité espagnols, par le biais de l'énigmatique Service de coordination, d'organisation et de liaison (SCOE), un groupe de police parallèle basé à la DGS qui a survécu jusqu'en 1977 sous la direction du commissaire Roberto Conesa, et qui, avec le soutien du président Arias et du directeur général de la sécurité, le colonel

_ _ _

66  Bale (1994): 77 à 78; Christie (1984): 33 et González Mata (1978): 164-167.
67  Laurent (1978): 326-329 et González-Mata (1978): 164-167
68  Bale (1994): 146. Sur le GCR, voir Rodríguez Jiménez (1994): 221-222.
69  Delle Chiaie (2012): 181-182
70  Sur SECED, voir les mémoires de San Martín (1983), qui évite néanmoins soigneusement toute allusion à ces contacts.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19201
Date d'inscription : 08/12/2009

Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie EmptyJeu 21 Mai 2020 - 16:09


Eduardo Blanco a utilisé des groupes d'extrême droite nationaux et étrangers pour simuler des attaques terroristes avec une signature présumée de gauche  71. Selon la déclaration faite par le néofasciste repenti Marco Pozzan devant la cour d'appel de Catanzaro, Delle Chiaie a engagé des mercenaires pour l'Angola et le Chili, mais surtout pour mener des opérations de provocation en Espagne au service de diverses factions extrémistes du régime, et a affirmé avoir de bonnes relations avec le Ministero dell'Interno et la Divisione Affari Riservati. Ses liens présumés avec certains secteurs de la sécurité de l'État italien semblent être confirmés lorsque, malgré l'ordre de perquisition et de capture qui lui pesait sur la tête depuis le "coup d'État Borghese'' de 1970, il est allé et est venu en Italie sans problème. 72

La réponse répressive progressive déployée par l'État italien depuis le début des années 1970 a conduit à la détention ou à la fuite de terroristes "noirs" de la période 1969-1974, plongeant leurs organisations dans une crise profonde. Alors que l'enquête des magistrats progressait, sont arrivés en Espagne Marco Pozzan (impliqué dans les attentats de Milan), le millionnaire Gianni Nardo (accusé du meurtre du commissaire Calabresi), les dirigeants de ON Clemente Graziani, Salvatore France, Giancarlo Rognoni, Elio Massagrande (accusé des attaques de la Rosa dei Venti et de Brescia), l'ingénieur atomiste Eliodoro Pomar (successeur de Borghese à la tête de la Fronte Nazionale), Flavio Campo (lieutenant de Delle Chiaie), etc.  Plus d'une centaine de personnes ont trouvé asile à Barcelone, où un groupe de liaison et d'assistance du fascisme européen fonctionnait depuis une décennie, dirigé par Alberto Royuela, secrétaire général de la confrérie de la garde franquiste, et Luis García Rodríguez, ancien secrétaire provincial de l'Action Falangiste et agent du contre-espionage espagnol  73

Le 23 novembre 1973, le Ministero dell'Interno a ordonné par décret la dissolution d'Ordine Nuovo et, au début de 1975, le procès a commencé contre certains militants d'Avanguardia Nazionale. Alors qu'à l'intérieur le néo-fascisme extrême a opté pour le spontanéisme armé (un terrorisme sans projet politique, sauf pour le purement réactif)  74, un petit groupe de militants a fait son apparition dans la politique espagnole, main dans la main avec les services de renseignement nombreux et variés de l'appareil répressif franquiste tardif (SECED, services d'information de l'état-major général et des ministères militaires - 2a Section bis de l'état-major -, SIGC, DGS, etc.), qui était disposé à utiliser

_ _ _

71  Catalan (2015) : 461 et González Mata, 1978 : 165
72  Flamini (1981-1984) : 4/2, 326
73  Laurent (1978) : 308-309. Sur les exils italiens en Espagne et les actions qui leur ont été attribuées, ainsi que les dénégations de celles-ci par Della Chiae et Milá, voir Sánchez Soler (1996) : 157-203 et 296-308, et Miralles et Arqués (1989) : 121-135
74  Véase González Calleja (2012) 1 : 454-455

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty
MessageSujet: Re: Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie   Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Stratégie de la tension - Stefano Delle Chiaie
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: La piste terroriste/Gladio-
Sauter vers: