les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -8%
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
1099 €

 

 attentat de la gare de bologne

Aller en bas 
+4
michel-j
frederic lavachery
Limir
michel
8 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMar 17 Aoû 2021 - 15:38


Ombre nere
SANDRA RIZZA, GIUSEPPE LO BIANCO
(2018)


attentat de la gare de bologne - Page 14 Delfin10


(traduction)

Dans le mémoire des parties civiles, remis pour la première fois au parquet de Bologne, se dessine une coupole subversive avec plus de cinquante noms de marionnettes et marionnettistes présumés, accusés de crimes tels que la conspiration en vue de commettre une insurrection armée contre les pouvoirs de l'État, la guerre civile et la haute trahison, pour avoir agi "afin de poursuivre l'objectif d'altérer le système démocratique et constitutionnel, en recourant à la violence". Et à côté des noms immuables du chef P2 Licio Gelli et de Flavio Carboni, des généraux Sismi déviants Pietro Musumeci et Giuseppe Belmonte, de Francesco Pazienzal et de Mario Ortolani (fils d'Umberto), Giuseppe Mandalari (considéré comme le "comptable de Totò Riina"), Valerio Fioravanti et Francesca Mambro, les extrémistes Mario Tuti et Gilberto Cavallini, l'Association du 2 août 1980 énumère ceux des présumés complices, politiques, militaires et terroristes non moins excellents : "Giulio Andreotti et son bras droit Franco Evangelisti, l'ancien chef du bureau des affaires confidentielles du Viminale, Federico Umberto D'Amato, le général des carabiniers Francesco Delfino, le directeur des Sismi de 1978 à 1981, Giuseppe Santovito, Adalberto Titta, chef du "Anello", la structure cachée au service d'Andreotti. Et puis Massimiliano Fachini, Pietro Gunnella, Adriano Magi Braschi, Federico Marzollo, Elio Massagrande, Giovanni Melioli, Umberto Ortolani, Pino Rauti, Giangastone Romani, Pietro Rossi, Marcello Soffiati, Edgardo Sogno, Bruno Tassan Din, Mario Tedeschi, Amos Spiazzi et d'autres encore, décédés".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMer 18 Aoû 2021 - 8:17


Le procès en appel de Gilberto Cavallini (Nar) commencera le 12 janvier 2022 à Bologne.

Il a été condamné en première instance pour l'attentat du 2 août 1980.

https://www.ansa.it/emiliaromagna/notizie/2021/08/17/strage-bologna-il-12-gennaio-parte-lappello-per-cavallini_433e883c-8ac4-446c-8e9e-8f9d49141adb.html


attentat de la gare de bologne - Page 14 Cava11


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMer 18 Aoû 2021 - 19:47


Extrait du mémoire rédigé par les familles des victimes pour le procureur de Bologne.

_ _ _

attentat de la gare de bologne - Page 14 Ris10

(traduction)

Une confirmation réside dans le fait que des preuves ont été acquises que des officiers américains de la base de Vérone - dans les années 1970 et à nouveau en 1980 - ont entretenu des relations directes, même sans médiation par l'OTAN, avec des membres du groupe vénitien ordinovista, responsable des massacres des années 70. Et plus précisément, on trouve des traces de contacts possibles de l'auteur du massacre de Bologne, Valerio Fioravanti, avec Amos Spiazzi et avec un général de l'OTAN, ainsi que des preuves documentaires des relations de Spiazzi avec les unités de défense de l'État reconstituées dirigées par les FF.AA . et avec des officiers américains de la base Ftase à Vérone.

De plus, les responsables et les administrateurs de la CIA entretenaient des relations directes avec le Dr. Federico Umberto D'Amato, qui, bien qu'expulsé de la Division des affaires réservées, avait continué à diriger le Bureau spécial de l'OTAN au sein du ministère de l'Intérieur. Et, enfin, il est important que la gestion du dispositif militaire qui s'inspirait des principes de la guerre non-orthodoxe, l'ACC, en 1980 ait été confiée aux Italiens. Et au centre CS à Bruxelles en juin 1980 prestait aussi gén. Francesco Delfino, accusé du massacre de Brescia en 1974.

Il semble clair que ce que craignaient Kissinger et son homologue anglais n'était pas un coup d'État du PCI, ni la résurgence du terrorisme des B.R. , mais l'accès au gouvernement par les voies démocratiques des partis de gauche et l'évaluation unanime était qu'il y avait des composantes militaires italiennes disponibles pour s'opposer à cette éventualité.

Il y a une confirmation de ce débat dans l'autobiographie du chef de Gladio Gen. Inzerilli :

« A partir de 1974, la politique n'apparaissait plus dans l'organisation, à l'exception de 1976. C'était l'année des élections et en Italie on parlait beaucoup de l'hypothèse d'un « dépassement » par le PCI. Berlinguer n'aurait un parapluie de l'OTAN que deux ans plus tard. Beaucoup d'étrangers étaient inquiets et m'ont posé une question précise : « Si les communistes vont au gouvernement après les élections, qu'arrivera-t-il, qu'arrivera-t-il à nous ? La réponse était sans ambiguïté ».



Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyJeu 26 Aoû 2021 - 11:12


Dans le livre de Sergio Flamigni sur la loge P2 et les services secrets.

Trame atlantiche
Storia della Loggia massonica segreta P2


(traduction)

En conséquence de l'effondrement de l'empire sindonien, le Saint-Siège enregistrera une perte officielle de plus de 60 milliards de lires : mais selon d'autres estimations, le passif sera d'environ 200 milliards.

Au début des années soixante-dix, Michele Sindona est en effet le banquier privé italien le plus puissant, à la fois pour ses propriétés désormais énormes (21), et surtout pour ses liens : avec le Vatican et personnellement avec Paul VI, avec la DC et personnellement avec Giulio Andreotti, avec le gouvernement américain et personnellement avec le président Nixon et le secrétaire au Trésor David Kennedy (qui plus tard, devenu ambassadeur auprès de l'OTAN à Bruxelles, sera également le consultant de Sindona à Fasco), et même avec le Shah de Perse Reza Mohammed Pahlavi. Sindona a également des contacts et des connexions avec la CIA, avec les services secrets atlantiques et avec la franc-maçonnerie internationale.

Mais le banquier de Patti est également lié à Cosa Nostra, notamment à la mafia italo-américaine. "Sindona a de nombreux et puissants amis aux États-Unis, même dans le cercle opaque d'un certain milieu italo-américain qui alimente sa puissance financière en aspirant l'argent d'activités [illégales], dont le trafic de drogue", et ces contacts "Sindona les entretient par l'intermédiaire d'un personnage mystérieux, un italo-américain, M. Daniel Porco". En outre, par l'intermédiaire de sa banque financière privée, Sindona est en relation d'affaires avec "Gulf & Western, qui administre le capital de la mafia américaine, à savoir Cosa Nostra".


(21)  Un mémo de Sid, daté de septembre 1971 et classé "hautement confidentiel", montre que Sindona, en Italie, en plus de posséder trois banques (Bpf, Banca Unione, Banca di Messina), est président du comité exécutif de la Centrale finanziaria spa, président de la société d'édition du "Rome Daily American" et de 8 autres sociétés par actions ; il occupe le poste de directeur unique ou de vice-président ou d'auditeur ou d'associé général ou de directeur dans 31 autres sociétés. En Italie, Sindona contrôle un total de 58 sociétés, dont la Società Generale Immobiliare (multinationale, Sgi possède, entre autres, l'immeuble du Watergate à Washington, les studios Paramount à Hollywood et l'immeuble de la Bourse de Montréal). La note de Sid est limitée aux propriétés de Sindona en Italie.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyLun 30 Aoû 2021 - 20:13


https://www.lanazione.it/firenze/cronaca/strage-di-bologna-attesa-ludienza-storia-ancora-tutta-da-scrivere-1.6746437

Strage di Bologna, attesa l’udienza "Storia ancora tutta da scrivere"

30 agosto 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, l'audience est attendue "L'histoire reste à écrire".

Le procès des instigateurs présumés de l'attentat dans lequel trois jeunes de Valdelsa ont trouvé la mort reprendra en septembre

En septembre, le procès des instigateurs présumés du massacre de Bologne du 2 août 1980 reprendra. Parmi les 85 victimes et plus de 200 blessés figuraient Maria Fresu (23 ans) de Montespertola, sa petite fille Angela (3 ans) et son amie Verdiana Bivona (22 ans) de Castelfiorentino. La position de l'expert du parquet de Bologne, le professeur Aldo Sabino Giannuli, jouera certainement un rôle important : "La piste est bonne.

Cette ligne d'investigation a des fondements réels", a déclaré l'expert Ferruccio Pinotti, qui a recueilli les déclarations dans le dossier volumineux "Potere Massonico" (Chiarelettere). "Je peux cependant affirmer, ajoute Giannuli, que Gelli a été impliqué dans le massacre, c'est certain.

L'expert fait référence à Licio Gelli, l'ancien chef de la P2, qui a disparu et qui a été désigné par l'accusation comme l'un des instigateurs. Mais avant de conclure, l'expert a également déclaré que "le massacre de Bologne est une histoire qui reste à écrire, et il serait précieux de découvrir les auteurs et les commanditaires". Et l'on attend beaucoup de la reprise des audiences en septembre : la Cour, d'après ce qui est apparu à la fin du mois de juillet dernier, voudrait clôturer d'ici janvier.

_ _ _

https://www.corriere.it/cronache/21_giugno_06/potere-massonico-nell-inchiesta-pinotti-promesse-non-mantenute-democrazia-59b243c8-c602-11eb-8929-1e7e5315cef2.shtml

attentat de la gare de bologne - Page 14 Pot10

«Potere Massonico», nell’inchiesta di Pinotti le promesse non mantenute della democrazia

(traduction)

"Le pouvoir maçonnique", dans l'enquête de Pinotti les promesses non tenues de la démocratie.

Publié par Chiarelettere, le dernier essai du journaliste du Corriere. Un voyage dans la "fraternité" qui compte encore dans le pays

"Si la présence d'un pouvoir invisible corrompt la démocratie, l'existence de groupes de pouvoir qui se relaient à travers des élections libres reste, du moins jusqu'à présent, la seule forme dans laquelle la démocratie a trouvé sa mise en œuvre concrète". C'est ce qu'écrivait Norberto Bobbio en 1984, et il n'y a pas d'autre lieu d'atterrissage où s'abandonner, après avoir lu les 750 pages du dernier et impressionnant essai-enquête de Ferruccio Pinotti sur la franc-maçonnerie en Italie (précisément : Potere massonico. La fratellanza che comanda l'Italia : politica, finanza, industria, mass media, magistratura, crimine organizzata, publié par Chiarelettere avec une préface d'Aldo Cazzullo). Car malheureusement, l'impression est que le pouvoir invisible - le "crypto gouvernement", comme l'a toujours appelé Bobbio - dont la franc-maçonnerie continue à incarner, de manière plus ou moins intense, une manifestation concrète, est loin d'avoir disparu.

D'un autre côté, Pinotti - qui, au fil des ans, avec ses livres, a sondé les profondeurs de l'arrière-boutique italienne - nous dit combien les loges et les loggias, les cercles magiques et les confréries plus ou moins occultes comptent encore. Et ce n'est pas seulement une question de chiffres, qui sont de toute façon en augmentation (les trois principales "communions" du pays - le Grand Orient d'Italie, la Grande Loge Nationale d'Italie et la Grande Loge Régulière d'Italie - sont en effet toutes en croissance, pour un total d'environ 40 000 affiliés : le charme discret de la franc-maçonnerie, pourrait-on dire). Mais précisément de méthode.

Bien sûr, il faut faire une distinction : d'une part la "franc-maçonnerie-couvent", celle du club, où l'adhésion favorise - ou voudrait favoriser - les parcours et les carrières professionnelles, les protections, les échanges d'intérêts (et où parfois, surtout dans certaines zones du pays, la matière dérape vers des questions purement criminelles, voir par exemple en Calabre) ; et d'autre part, la "franc-maçonnerie - pouvoir fort" ou "parti" ("La franc-maçonnerie est le parti de la bourgeoisie", disait Gramsci dans un discours historique à la Chambre des députés en 1925, rappelé dans le livre), qui est capable de jouer sur la plus haute table de la finance et de la politique, comme "garant" d'alliances, de pactes, d'équilibres (les pages de l'enquête sont pleines de noms et de prénoms, de témoignages, de manœuvres).

Mais le résultat ne change pas. Partout où cette "méthode" - dans le micro ou le macro - subvertit les règles du mérite, de la loi et du marché, nous sommes toujours confrontés à ce pouvoir invisible qui ne rend pas notre démocratie complète. Au contraire, elle constitue une promesse non tenue. C'est donc avec une certaine surprise que l'on se retrouve dans le livre face au questionnaire que, en 1913, les rédacteurs de L'Idea Nazionale, une revue proche des positions du parti nationaliste, ont soumis à quelques éminents représentants du monde politique et intellectuel de l'époque, tels que Benedetto Croce, Pasquale Villari, Giovanni Amendola et Ivanoe Bonomi. Sous un titre qui peut paraître naïf ("L'influence de la franc-maçonnerie sur la société italienne"), deux questions sont posées : 1) la survie d'une association secrète est-elle considérée comme compatible avec les conditions de la vie publique moderne ; 2) l'action ouverte et secrète de la franc-maçonnerie dans la vie italienne, et en particulier dans les institutions militaires, le système judiciaire, les écoles et les administrations publiques, a-t-elle été bénéfique ou néfaste pour le pays ?

Ce sont des questions qui sont encore extraordinairement d'actualité aujourd'hui. Comme l'écrit Cazzullo lui-même dans la préface, l'enquête les aborde "sans préjugés, mais aussi sans rabais".

https://www.toscanatoday.it/chiarelettere-ferruccio-pinotti-potere-massonico/


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 3 Sep 2021 - 18:38


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-cosi-sparirono-le-impronte-di-bellini-1.6755353

IL PROCESSO PER I MANDANTI DELL’ATTENTATO DEL 2 AGOSTO 1980

2 settembre 2021

Strage di Bologna: "Così sparirono le impronte di Bellini"

L’ex dirigente Digos: "Omissioni nelle prime indagini". E nell’hotel del padre spuntò il procuratore Sisti

(traduction)

Massacre de Bologne : "C'est ainsi que les empreintes de Bellini ont disparu".

L'ancien cadre de Digos : "Des omissions dans les premières enquêtes". Et dans l'hôtel de son père, le procureur général, Sisti, apparaît.

Pressions, omissions dans les dossiers, empreintes manquantes et réunions suspectes dans des hôtels. Le récit que l'ancien chef des Digos de Reggio, Raffaele Ponzetta, a fait hier, devant la Cour d'Assises - à la reprise du procès sur les instigateurs du massacre de la gare - sur ses enquêtes sur la figure de Paolo Bellini (photo) ouvre de nouvelles questions.   (...)


attentat de la gare de bologne - Page 14 Pb110

_ _ _

https://www.antimafiaduemila.com/home/mafie-news/306-giustizia/85575-strage-di-bologna-il-teste-ponzetta-racconta-le-omissioni-nelle-indagini-su-bellini.html

Strage di Bologna, il teste Ponzetta racconta le omissioni nelle indagini su Bellini

2 Settembre 2021

In aula testimonianza choc dell’ex dirigente Digos di Reggio Emilia

(traduction)

Massacre de Bologne, le témoin Ponzetta raconte les omissions dans les enquêtes sur Bellini

Témoignage choc de l'ancien cadre de Digos de Reggio Emilia dans la salle d'audience

Le procès sur le massacre du 2 août 1980, à la gare de Bologne, qui voit l'ex-Avanguardia Nazionale comme accusé, a repris devant la cour d'assises de Bologne, avec l'interrogatoire de Raffaele Ponzetta, un ancien officier des Digos de Reggio -Emilia.

Un témoignage choquant dans lequel une série d'omissions dans les premières enquêtes ont été mises en évidence, complétées par des rapports de policiers qui ont disparu dans les airs et des empreintes digitales qui ont disparu des dossiers. Il y aurait même eu un plan pour faire évader Bellini lorsqu'il a été détenu à la prison de Sciacca, sous le nom de Roberto Da Silva, pour un vol de meubles anciens.

Selon l'histoire de Ponzetta, qui dans ces années traquait le fugitif recherché pour tentative de meurtre et déjà condamné à 4 ans d'emprisonnement, il y avait un conflit au sein des services secrets, avec une partie qui avait identifié la fausse identité de Bellini et une autre qui essayait de le faire sortir.

C'est du moins ce que lui aurait dit le responsable national de l'UCIGOS de l'époque (comme on appelait les Digos à l'époque) Gaspare De Francisci : "Il m'a dit 'dépêchez-vous, parce qu'ils veulent nous enlever ça sous prétexte que la détention provisoire est terminée'. Je ne sais pas exactement à qui De Francisci faisait référence".

Les empreintes digitales disparues

La Sisde, a souligné M. Ponzetta, soupçonnait Bellini d'attendre la fin de sa détention provisoire pour reprendre la fuite. Le service secret civil avait envoyé un télégramme codé à Ucigos, qui a ensuite été transmis à Ponzetta, où l'on a appris d'une source confidentielle que Roberto Da Silva était en fait Paolo Bellini

Lorsque l'ancienne "Primevère noire" de Avanguardia Nazionale a été transférée à la prison de Parme, " nous avons commencé les procédures d'identification ", dit Ponzetta, " mais elles ont été longues, car il niait être Bellini, nous n'avions pas d'empreintes digitales et il n'y avait qu'une vieille photo ". Ponzetta a alors pensé à obtenir les empreintes digitales en se tournant vers le district militaire où Bellini avait fait son service militaire. "Avant de faire cette demande, explique-t-il, j'ai contacté le district de manière informelle, mais ils m'ont dit que les empreintes digitales de Bellini ne figuraient pas dans son dossier.

Ponzetta, faisant toujours référence aux nombreuses omissions qui ont caractérisé les enquêtes Bellini, a également reconstitué la perquisition effectuée à l'hôtel Mucciatella, propriété d'Aldo Bellini (père de Paolo), le 4 août 1980. A ce sujet, en juillet dernier, le maréchal de la sécurité publique, Salvatore Bocchino, avait déjà été entendu. Lors de la perquisition dans l'hôtel, on a trouvé Ugo Sisti, à l'époque procureur en chef de Bologne et en relation étroite avec Aldo Bellini, qui était également présent dans l'hôtel. En outre, il y avait une troisième personne, jamais identifiée avec certitude. Le rapport de 1980 sur cette recherche, selon le témoin, "n'a pas été versé au dossier parce qu'il n'a pas été considéré comme pertinent, puis il a disparu". Il a ensuite été réécrit à nouveau en 1982 par Bocchino à la demande du parquet de Reggio Emilia.

Dans cette deuxième version, toujours selon Ponzetta, il n'y avait aucune référence à l'avocat Luigi Corradi, qui avait accompagné Sisti à l'hôtel d'Aldo Bellini la veille de la perquisition et qui, selon Bocchino, était présent le matin du contrôle de police. Mais il y a une contradiction, qui n'est toujours pas éclaircie, car Ponzetta a souligné que le nom de Corradi lui a été mentionné par Bocchino, mais ce dernier, lors de son témoignage, a non seulement déclaré ne pas savoir qui était la troisième personne qui se trouvait à Mucciatella, mais a également ajouté qu'il ne connaissait pas l'avocat Corradi.

Bellini demande la parole

Dans la dernière partie de l'audition, Bellini a demandé à faire des déclarations spontanées.

Dans son discours, l'accusé a retracé les années d'inaction entre le Brésil et l'Italie, de 76 à 81, précisant que grâce aux documents de la phase brésilienne, tous les autres documents italiens avaient été acquis régulièrement « et sans aucun besoin de couverture ou de protection ». Bellini a également reconstitué une rencontre avec le procureur de Reggio Emilia, Elio Bevilacqua, qualifiée d'amicale par sa femme, mais en la plaçant dans une période ultérieure (vers 86).

"Moi, Dr Elio Bevilacqua, je savais qu'il avait été franc-maçon toute une vie, depuis les années 1980 - a déclaré Bellini - la rencontre avec le procureur de Reggio Emilia Bevilacqua n'était pas une rencontre fraternelle, au contraire. Je suis allé à sa rencontre, c'était en 1986, dans l'un des permis que j'avais de la prison de Forlì. Il est vrai que je me suis approché fraternellement avec un sourire pour rassurer le procureur, mais ensuite je l'ai serré et lui ai chuchoté à l'oreille : 'Je vous apporte les salutations de frère Calvi', alors moi je suis parti". Selon l'accusé, il s'agirait donc « seulement » d'intimidation, car à l'époque personne ne savait que Bevilacqua était un franc-maçon. Enfin, parlant du massacre, Bellini a dit qu'il lui était étranger : « Si j'avais été coupable, lors de ma collaboration avec l'État, j'aurais demandé des millions et ils me les auraient donnés. Mais je n'ai rien à voir avec ça."

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyDim 5 Sep 2021 - 11:40


https://www.ilfattoquotidiano.it/2021/09/03/strage-di-bologna-malore-per-limputato-bellini-in-aula-portato-in-ospedale-con-lambulanza/6309277/

Strage di Bologna, malore per l’imputato Bellini in aula: portato in ospedale con l’ambulanza

3 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, l'accusé Bellini tombe malade au tribunal : il est transporté à l'hôpital en ambulance.

L'ancien extrémiste noir - accusé de complicité dans le massacre du 2 août 1980 - est tombé malade pendant l'audience d'aujourd'hui et a été emmené en ambulance à l'hôpital pour des contrôles. Le procès a été suspendu pendant une vingtaine de minutes, puis a repris avec une communication du président de la Cour d'assises de Bologne.


attentat de la gare de bologne - Page 14 Bellin14


Maladie de Paolo Bellini, le dernier accusé du massacre de Bologne. L'ancien extrémiste noir - accusé de complicité dans le massacre du 2 août 1980 - est tombé malade pendant l'audience d'aujourd'hui et a été emmené en ambulance à l'hôpital pour des contrôles. Le procès a été suspendu pendant une vingtaine de minutes, puis a repris avec une communication du président de la Cour d'assises de Bologne, Grancesco Maria Caruso. "'Nous reconnaissons que l'accusé Bellini est hospitalisé à Sant'Orsola, mais il a dit à ses défenseurs de poursuivre l'audience', a expliqué Caruso.

Ancien membre de Avanguardia nazionale, protagoniste d'une vie insouciante, Bellini avait déjà fait l'objet d'une enquête et avait été acquitté pour le massacre de Bologne du 28 avril 1992 : il avait nié sa présence, indiquée par deux témoins, dans la ville le matin du 2 août et fourni un alibi, obtenant un acquittement, qui a été annulé il y a quelques mois seulement par la juge Francesca Zavaglia. Une révocation qui avait été demandée par le bureau du procureur général et liée à trois nouveaux éléments recueillis. Parmi ceux-ci, il y a une image qui apparaît dans un film amateur Super 8 tourné par un touriste allemand dans les moments précédant immédiatement le massacre. Il a été récupéré dans les archives de l'État par les défenseurs des familles des victimes, les avocats Andrea Speranzoni, Giuseppe Giampaolo, Nicola Brigida et Roberto Nasci, qui l'ont ensuite déposé auprès du parquet. Contrairement aux smartphones d'aujourd'hui, en 1980, le tournage amateur n'était pratiqué que par quelques passionnés munis de caméras vidéo. Le touriste a filmé l'arrivée du train en gare sur le premier quai à 10h13, soit 12 minutes avant l'explosion. Il a également filmé un homme avec une moustache et des cheveux bouclés qui ressemblait beaucoup à Bellini à l'époque. Son ex-femme, qui l'a identifié sur la vidéo, l'a également reconnu.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyDim 5 Sep 2021 - 11:54


https://gazzettadireggio.gelocal.it/reggio/cronaca/2021/09/05/news/strage-di-bologna-bellini-colto-da-infarto-dovra-riguardarsi-1.40667385

Strage di Bologna, Bellini colto da infarto: «Dovrà riguardarsi»

04 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, Bellini victime d'un infarctus : " Vous devrez prendre soin de vous ".

Capitella, l'avocat de la "Primevère noire" au procès des mandants : " Il restera en cardiologie quelques jours de plus ".

"Mon client a eu une crise cardiaque. Il se trouve actuellement dans le service de cardiologie de Sant'Orsola à Bologne, où je suppose qu'il sera gardé quelques jours pour subir les examens nécessaires. Il faut avoir un cœur fort pour affronter une telle épreuve. C'est ainsi qu'Antonio Capitella, l'avocat de Paolo Bellini, a fait le point sur l'état de santé de la primevère noire et de l'ancien d' Avanguardia Nazionale Paolo Bellini, 68 ans, tombé malade vendredi dernier dans la salle d'audience de la Cour d'assises de Bologne, où il est accusé de complicité de massacre dans le procès des commanditaires de l'attentat de la gare du 2 août 1980.

(...)

attentat de la gare de bologne - Page 14 Ambu10

(...)

Au moment de la maladie, le témoignage de Dino Bartoli était en cours (...) Il est l'auteur, en prison à Reggio, en 1983, d'un mémoire sur les confidences reçues de son compagnon de cellule, Gianfranco Maggi, concernant l'implication de Paolo Bellini et d'autres personnalités de droite dans la préparation et l'exécution du massacre de la gare de Bologne. Ce mémoire avait déjà fait l'objet d'une enquête à l'époque, sur un récit qui, selon Maggi, provenait de Guido Bellini, le frère de Paolo, qui avait fait ces confidences quelque temps avant sa mort. C'est à ce moment-là que la "primevère noire" est tombée malade.

Dans de nombreux procès dans lesquels il a témoigné au fil des ans, la "primevère noire" a souvent parlé de sa santé, montrant des certificats attestant qu'il souffrait de thrombocytémie essentielle, une maladie qui entraîne une production excessive de plaquettes dans le sang et se caractérise par un risque accru de thrombose, affectant - selon Bellini - même sa capacité à se souvenir avec précision de dates très éloignées dans le temps.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMar 7 Sep 2021 - 20:37


https://gazzettadireggio.gelocal.it/reggio/cronaca/2021/09/06/news/strage-di-bologna-a-rischio-il-processo-a-bellini-e-in-ospedale-i-difensori-chiedono-uno-stop-1.40674213

Strage di Bologna, a rischio il processo a Bellini: è in ospedale, i difensori chiedono uno stop

6 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, le procès de Bellini en danger : il est à l'hôpital, les avocats de la défense demandent l'arrêt du procès

Le pronostic sur la crise cardiaque sera présenté à l'audience de demain. Risque de retard : le président Caruso prend sa retraite en avril.


attentat de la gare de bologne - Page 14 Bebe10


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMer 8 Sep 2021 - 8:12


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/09/06/news/bologna_2_agosto_paolo_bellini_strage_nar_servizi_segreti-316714762/

Bologna 2 Agosto. Malore in aula per Paolo Bellini, ricoverato al Sant'Orsola

06 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Bologne, 2 août. Paolo Bellini tombe malade au tribunal et est admis à l'hôpital Sant'Orsola.

Problèmes cardiaques pour l'accusé lors de la déposition du témoin Dino Bartoli : "Ils m'ont dit qu'il était aussi à la station". La poursuite du procès est menacée.

Visage blanc, front perlé de sueur, respiration laborieuse. Lorsque Paolo Bellini s'est levé de son siège pour quitter la salle d'audience de la cour d'assises qui le juge pour le massacre du 2 août 1980, on a tout de suite compris qu'il était malade. Après confirmation, le président de la Cour Francesco Caruso a appelé le 118 et a suspendu l'audience. L'ancien militant de Avanguardia Nazionale a ensuite été hospitalisé à Sant'Orsola pour un grave problème cardiaque. Avec les sauveteurs, il prononçait des phrases décousues, répétait la liste des médicaments qu'il prenait depuis un certain temps et, même s'il est alerte, la nuit dernière à l'hôpital ils décidaient comment intervenir. L'audience s'est ensuite poursuivie, mais si ses conditions ne s'améliorent pas, il est possible que les défenseurs, Antonio Capitella et Manfredo Fiormonti, demandent la suspension du procès pour empêchement légitime dès mercredi prochain.

Bellini s'est senti mal lors du témoignage de Dino Bartoli, un criminel de droit commun qui, en mars 1983, dans la prison de Reggio Emilia, a recueilli les confidences de Gianfranco Maggi qui, à son tour, lui a fait part des propos de Guido Bellini, le frère de Paolo. : " Il m'a dit qu'il avait appris que Paolo avait participé au massacre de la gare avec Luciano Ugoletti (un sympathisant de droite, ndlr) et que pour cela ils ont reçu 100 millions chacun". Confessions que Bartoli transcrivit plus tard dans un mémoire.

En 83, l'accusateur Maggi (également un criminel de droit commun) a expliqué en résumé qu'il avait fait des déclarations sur le massacre au procureur de Reggio Emilia, Elio Mevilacqua, mais comme le magistrat avait des doutes, il a décidé de mettre Bartoli dans la cellule avec lui. Essayez d'en savoir plus. En fait, le nouveau codétenu a réussi à obtenir plus de détails, puis à tout mettre en noir et blanc pour Bevilacqua et le bureau de l'instruction de Bologne qui enquêtait sur le massacre. Des révélations que les enquêteurs de l'époque ne considéraient pas comme solides, étant des nouvelles de seconde main. Maintenant, cependant, dans l'enquête qui a conduit au procès contre Bellini, l'accusation les considère importantes.

Les deux autres témoins entendus hier après l'hospitalisation de Bellini, ont plutôt parlé d'Ugoletti (déjà décédé), personnage qui, avec Bellini, aurait été à la gare le jour de l'attentat. La première à être entendue était la veuve d'Ugoletti, Cristina Borghini, qui a déclaré qu'elle ne se souvient plus exactement de ce qui s'est passé.

D'après sa brève reconstitution, elle et son petit ami de l'époque sont allés camper la dernière semaine de juillet 1980 et sont rentrés à Reggio Emilia le 1er août. Lorsqu'ils se sont séparés, Ugoletti lui a dit qu'il allait peut-être se rendre à Bologne, où il avait une chambre louée, lui donnant rendez-vous pour le soir du 2 août. Mme Borghini a déclaré que lorsqu'elle a entendu parler de l'explosion à la gare, elle a appelé plusieurs fois le propriétaire, qui lui a répondu "impoliment" qu'Ugoletti n'était pas là et que le lit de sa chambre était intact, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il n'y avait pas dormi. Dans le passé, la position d'Ugoletti n'avait pas été correctement prise en compte car il semblait que dans la nuit du 1er au 2 août, Borghini et Ugoletti avaient été ensemble (il avait donc un alibi pour le massacre). Hier, cependant, le témoin a confirmé que ce n'était pas le cas et que l'homme qui allait devenir son mari ne l'a appelée que le 2e soir, lorsqu'elle l'a rejoint à Bologne depuis la pension de famille où ils séjournaient. Cette version a été confirmée par le dernier témoin, Sereno Vezzani. Il a eu une relation avec la femme avant qu'elle ne le quitte pour Ugoletti : "La nuit entre le 1er et le 2 et presque tout le jour suivant, Cristina était avec moi, seulement après elle est allée à Ugoletti". Par conséquent, au moment de l'agression, Ugoletti pouvait réellement se trouver à la gare avec Bellini, comme Maggi a dit l'avoir entendu, et il l'a confié à Bartoli.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyJeu 9 Sep 2021 - 10:24


https://www.quibrescia.it/strage-di-piazza-loggia/2021/09/09/brescia-e-svolta-sulla-desecretazione-degli-atti-delle-stragi/594217/

Strage di Bologna, tre periti per valutare le condizioni di Bellini

8 settembre 2021

Dovranno stabilire se la prossima settimana l'imputato potrà tornare regolarmente in aula e partecipare al processo

(traduction)

Massacre de Bologne, trois experts pour évaluer l'état de santé de Bellini

Ils devront déterminer si le défendeur sera en mesure de revenir au tribunal et de participer au procès la semaine prochaine.

C'est Roberto Chieppa, secrétaire général du Palazzo Chigi, qui présidera le comité pour la déclassification des documents sur les massacres, qui sera donc pris en charge directement par la présidence du Conseil.

Il s'agit d'une victoire pour les familles des victimes des massacres de Brescia, Milan, Bologne et Ustica, qui avaient demandé que la tâche ne soit pas confiée à Andrea De Pasquale, responsable des Archives centrales de l'État.

Mercredi 8 septembre, au Palazzo Chigi, le Premier ministre Mario Draghi a reçu les présidents des associations des familles des victimes des massacres de Piazza della Loggia à Brescia, Manlio Milani, de la gare de Bologne, Paolo Bolognesi, du massacre d'Ustica, Daria Bonfietti, la directrice des Archives historiques de Flamigni, qui a toujours aidé les associations avec les archives, Ilaria Moroni, et Carlo Arnoldi, de l'association des victimes du massacre de Piazza Fontana, qui était à Milan.

M. Draghi a annoncé que, afin de dynamiser les activités de déclassification, le Comité consultatif (créé pour permettre une confrontation entre les institutions concernées et les représentants de la société civile et des familles des victimes des massacres) sera coordonné directement par la Présidence du Conseil des ministres, en la personne du Secrétaire général Roberto Chieppa. Le président du Conseil des ministres a assuré "l'engagement maximal" pour répondre concrètement à la demande que les associations réitèrent depuis des années : "Clarté et justice, comme contribution importante à la reconstruction des événements dramatiques qui ont caractérisé l'histoire récente de notre pays".

Après la réunion, les représentants des associations se sont dits "très satisfaits", notamment parce que le comité ne sera plus dirigé par le président des Archives d'État, Andrea De Pasquale, qu'ils avaient sévèrement critiqué pour sa gestion du fonds Rauti.

L'exécutif a donc confirmé son intention de faire en sorte que les administrations donnent "une application intégrale et immédiate des directives du 22 avril 2014 et du 2 août 2021, qui prévoient la déclassification et le versement d'une avance extraordinaire aux Archives centrales de l'État par tous les ministères des documents en leur possession relatifs aux massacres perpétrés en Italie entre 1969 et 1984 et ceux concernant l'Organisation Gladio et la Loge maçonnique P2".

Les représentants des associations sont tous membres du Comité consultatif, qui a été créé pour permettre un débat entre les institutions concernées et les représentants de la société civile et des familles des victimes de massacres. Le Comité supervise l'activité de déclassification des administrations et le projet de numérisation des documents déclassifiés transférés aux Archives centrales de l'État, pour lequel un financement spécifique de 400 000 euros du ministère de la Culture a été prévu.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptySam 18 Sep 2021 - 14:42


https://voce.com.ve/2021/09/16/610889/strage-bologna-periti-bellini-deve-riposare-14-giorni/

Strage Bologna: periti, Bellini deve riposare 14 giorni

Settembre 16, 2021

(traduction)

Massacre de Bologne : les experts estiment que Bellini doit se reposer pendant 14 jours

L'ancien d' Avanguardia nazionale Paolo Bellini, accusé de complicité dans le massacre du 2 août 1980, ne pourra pas assister aux audiences du procès dans lequel il est impliqué à Bologne pendant 14 jours en raison de son état de santé et ne reviendra donc au tribunal qu'à partir de l'audience du 29 septembre.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyDim 19 Sep 2021 - 8:15


https://www.ilrestodelcarlino.it/reggio-emilia/cronaca/la-strage-di-bologna-41-anni-dopo-a-che-punto-siamo-1.6819777

La strage di Bologna, 41 anni dopo: a che punto siamo ?

19 settembre 2021

(traduction)

Le massacre de Bologne, 41 ans après : où en sommes-nous ?


(...)  Plus de quarante ans après, la vérité sur le massacre de Bologne n'a été que partiellement établie en raison des interférences et de la désinformation. Il faut maintenant espérer que l'ouverture du nouveau procès permettra de faire davantage la lumière sur l'attentat et sur les relations inquiétantes qui se sont établies entre les organisations subversives et les appareils d'État.  (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyJeu 23 Sep 2021 - 9:02


https://www.ansa.it/emiliaromagna/notizie/2021/09/22/strage-bologna-in-aula-i-conti-svizzeri-di-gelli-e-ortolani_75e96420-3f28-4574-b78a-3b3bceb5ae51.html

Strage Bologna: in aula i conti svizzeri di Gelli e Ortolani

22 settembre 2021

(traduction)

Massacre de Bologne : les comptes suisses de Gelli et Ortolani devant la justice

Un témoin de Genève confirme des chiffres "réguliers et considérables".

Les comptes suisses de Licio Gelli, Umberto Ortolani et Marco Ceruti, sur lesquels, selon le parquet général de Bologne, a transité l'argent utilisé pour financer l'attentat du 2 août 1980, ont de nouveau été au centre de l'audience d'aujourd'hui dans le nouveau procès sur le massacre du 2 août 1980, dans lequel l'ancien d'Avanguardia Nazionale, Paolo Bellini, est le principal accusé. Dans la salle d'audience, grâce à une liaison vidéo avec Genève, deux témoins ont été entendus, Michéle Agnolini, ancienne employée de la banque UBS à Genève, qui a connu Gelli, Ortolani et Ceruti, s'occupant de leurs comptes, puis Alixe Francotte Conus, ancienne administratrice de la société Oggicane (après le départ de l'avocat Michel De Gorsky), par l'intermédiaire de laquelle le chef du bureau des affaires réservées de Viminale, Federico Umberto D'Amato, a acheté et géré un appartement de luxe à Paris.

Selon les enquêteurs, il pourrait avoir été acheté avec l'argent reçu de Gelli et Ortolani pour organiser le massacre.

Agnolini, déjà entendue en 1984 par le juge de Genève puis en décembre 2018 par les magistrats du parquet général, malgré de nombreux "je ne me souviens pas" a substantiellement confirmé les déclarations faites dans les procès-verbaux précédents. Une nouveauté ressort aujourd'hui de ses propos, jugés " exceptionnels " par le procureur général, et que derrière le compte numéroté " Federico " se cache Arrigo Lugli, un changeur d'argent lié aux cercles Gelli, Ortolani et P2. La témoin a déclaré que c'est Ortolani qui l'a présentée à Gelli et que le leader P2 a ouvert un compte entre 1978 et 1979. "Il a ouvert son compte avec une somme d'argent importante et a ensuite continué à avoir des revenus de plus en plus réguliers et considérables". Interrogée par le procureur, elle a également confirmé qu'Ortolani lui avait dit de ne pas demander de passeport à Gelli, car il avait déjà eu une "relation bancaire avec l'UBS".

_ _ _

https://www.tvsvizzera.it/tvs/strage-di-bologna--due-testi-svizzere/46973868

Strage di Bologna, due testi svizzere


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMer 29 Sep 2021 - 15:35


https://voce.com.ve/2021/09/29/613592/strage-bologna-dopo-il-malore-torna-in-aula-paolo-bellini/

Strage Bologna: dopo il malore torna in aula Paolo Bellini

Settembre 29, 2021

(traduction)

Massacre de Bologne : Paolo Bellini de retour au tribunal après être tombé malade

(ANSA) - BOLOGNE, 29 septembre - Le nouveau procès sur le massacre du 2 août 1980, qui avait été suspendu pendant 14 jours suite aux résultats de l'expertise médicale ordonnée par le président de la Cour, Francesco Maria Caruso, pour évaluer l'état de santé du principal accusé, l'ex Avanguardia Nazionale Paolo Bellini, tombé malade le 3 septembre et admis ensuite à l'hôpital Sant'Orsola de Bologne, a repris devant la Cour d'Assises de Bologne. Après l'arrêt, dû au fait qu'une fois sorti de l'hôpital les médecins ont prescrit deux semaines de repos absolu pour Bellini, le procès a repris ce matin avec l'ancien extrémiste de droite de retour au tribunal, assis comme d'habitude à côté de ses deux avocats. Après quelques heures consacrées à la discussion sur certaines productions des parties civiles, le témoignage du chef des Digos de Bologne, Antonio Marotta, a commencé. Ce dernier a pour mission de reconstituer le parcours criminel de Bellini, accusé de complicité dans le massacre du 2 août, à partir des années 1970. Le témoignage de Marotta se poursuivra la semaine prochaine, tandis que dans l'après-midi, l'ancien chef de la police de Rome, Giorgio Minozzi, sera entendu. (ANSA).


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 1 Oct 2021 - 8:34


https://bologna.repubblica.it/cronaca/2021/09/30/news/due_agosto_processo_ai_mandanti_salvare_amato_avrebbe_evitato_la_strage_-320126943/

Due Agosto, processo ai mandanti: "Salvare Amato avrebbe evitato la strage"

30 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Deux août, procès des commanditaires : " Sauver Amato aurait empêché le massacre "

C'est la thèse avancée hier dans la salle d'audience par les parties civiles dans le procès contre Paolo Bellini.

"Si l'État avait protégé le juge Mario Amato en 1980, ou si son meurtre avait fait l'objet d'une enquête immédiate, le massacre de Bologne n'aurait pas eu lieu. C'est la thèse avancée hier dans la salle d'audience par les parties civiles dans le procès contre Paolo Bellini (accusé de complicité d'attentat) et les commanditaires. La thèse est basée sur le rôle joué par le juge, qui a été tué le 23 juin 1980 par un commando de la NAR formé par Gilberto Cavallini et Luigi Ciavardini.

Amato enquêtait sur la subversion noire depuis un certain temps. Il était convaincu que tous les groupes d'extrême droite étaient, en réalité, liés et avaient une direction commune. Une intuition dangereuse pour les stratégies des néo-fascistes, qui aurait pu révéler la vraie nature du terrorisme noir et les liens avec les services dévoyés et l'appareil d'État. Amato était un juge laissé seul, qui avait demandé de l'aide à plusieurs reprises pour tenter de briser le siège qui l'entourait. A l'appui des hypothèses avancées au tribunal par l'avocat Andrea Speranzoni et le pool d'avocats des parties civiles, Giorgio Minozzi, ancien chef de la police de Rome et collaborateur d'Amato, a été entendu.

"Il était isolé - a expliqué l'ancien fonctionnaire - il en parlait toujours, dans une ville comme Rome où il y avait une grande quantité d'épisodes criminels imputables à la droite, un seul magistrat qui s'occupait de cet extrémisme était, pour eux, une cible facile". Un isolement suspect, comme son meurtre. Ce matin-là, la voiture blindée n'est pas venue le chercher chez lui et pour se rendre au bureau, il a été obligé de prendre le bus. A l'arrêt de bus se trouvait Cavallini, qui lui a tiré une balle à l'arrière de la tête, puis s'est enfui sur une moto conduite par Ciavardini. Les instigateurs du crime étaient Valerio Fioravanti et Francesca Mambro.

Amato s'était lancé sur les traces des Nar en 1979, à partir de la découverte de quelques armes appartenant au groupe Fioravanti dans une cave de Via Alessandria, à Rome. À cette occasion, Alessandro Montani, Giuseppe Dimitri et Roberto Nistri (tous des extrémistes liés aux Nar) ont été arrêtés. Dans la salle d'audience, après l'audience, se trouvait également le fils de Mario Amato, Sergio.
Le juge assassiné avait notamment repris les enquêtes initiées par le procureur Vittorio Occorsio, tué alors qu'il enquêtait sur les Nar et le néo-fasciste Pierluigi Concutelli. Héritant des dossiers de son collègue, on lui a promis qu'il serait rejoint par d'autres pour mener l'enquête, ce qui n'est jamais arrivé. Quelques jours avant son assassinat, il a déclaré à la Csm : "J'arrive à la vision d'une vérité globale, impliquant des responsabilités bien plus graves que celles des auteurs des actes criminels". Après le crime, le 11 juillet, toujours à Rome, on a trouvé un sac qui contenait, outre la cocaïne, également onze douilles de pistolet identiques à celle qui a tué Amato, les faux documents de Fioravanti et quelques photos d'identité. Personne n'a fait de vérifications adéquates sur ce matériel, personne n'a cherché Amedeo De Francisci (c'était le faux nom sur le document avec lequel Fioravanti voyageait), personne n'a fait de liens et personne n'a cherché les Nar. Il restait encore 21 jours avant le massacre de Bologne.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 1 Oct 2021 - 11:55


https://voce.com.ve/2021/09/29/613592/strage-bologna-dopo-il-malore-torna-in-aula-paolo-bellini/

Strage Bologna: dopo il malore torna in aula Paolo Bellini

Settembre 29, 2021

(traduction)

Massacre de Bologne : Paolo Bellini de retour au tribunal après être tombé malade

Le nouveau procès sur le massacre du 2 août 1980, suspendu pendant 14 jours suite aux résultats de l'expertise médicale ordonnée par le président de la Cour, Francesco Maria Caruso, pour évaluer l'état de santé du principal accusé, l’ex Avanguardia Nazionale Paolo Bellini, tombé malade le 3 septembre et admis ensuite à l'hôpital Sant'Orsola de Bologne, a repris devant la Cour d'assises de Bologne. Après l'arrêt, dû au fait qu'une fois sorti de l'hôpital les médecins ont prescrit deux semaines de repos absolu pour Bellini, le procès a repris ce matin avec l'ancien extrémiste de droite de retour au tribunal, assis comme d'habitude à côté de ses deux avocats. Après quelques heures consacrées à la discussion sur certaines productions des parties civiles, le témoignage du chef des Digos de Bologne, Antonio Marotta, a commencé. Ce dernier a pour mission de reconstituer le parcours criminel de Bellini, accusé de complicité dans le massacre du 2 août, à partir des années 1970. Le témoignage de Marotta se poursuivra la semaine prochaine, tandis que dans l'après-midi, l'ancien chef de la police de Rome, Giorgio Minozzi, sera entendu.

_ _ _

https://bologna.repubblica.it/cronaca/2021/09/30/news/due_agosto_processo_ai_mandanti_paolo_bellini_figlio_violento_dell_estrema_destra-320127663/

Due Agosto, processo ai mandanti: in aula il ritratto di Paolo Bellini figlio violento dell’estrema destra

30 SETTEMBRE 2021

(traduction)

Deux août, procès des instigateurs : dans la salle d'audience, le portrait de Paolo Bellini, fils violent de l'extrême droite.

Les "actions" du jeune Bellini sont relatées par le chef des Digos de Bologne, Antonio Marotta

Attaques, intimidations par coups de feu et meurtres. Presque tous commis dans un contexte politique ou sur les instructions de son père. Paolo Bellini, même jeune, était un homme qui évoluait facilement dans les milieux d'extrême droite. Jusqu'à la fin des années 70, il grandit dans l'ombre de son père, Aldo, lié à Avanguardia nazionale. C'était un homme résolu, qui se vantait d'avoir des amitiés influentes, comme celle avec le procureur de Bologne, Ugo Sisti, et avec le sénateur du MSI, Franco Mariani.  (...)

_ _ _

https://www.ilrestodelcarlino.it/reggio-emilia/cronaca/paolo-bellini-e-guarito-e-torna-presente-in-aula-1.6862233

IN CORTE D’ASSISE A BOLOGNA

Paolo Bellini è guarito e torna presente in aula

30 settembre 2021

(traduction)

DEVANT LA COUR D'ASSISES DE BOLOGNE

Paolo Bellini s'est rétabli et est de retour au tribunal

Le chef des Digos de Bologne a reconstitué son parcours criminel

Après deux semaines d'arrêt forcé (à la seule exception de l'audience de mercredi dernier) pour permettre à Paolo Bellini de se remettre du malaise qui l'a frappé le 3 septembre, le procès sur le massacre du 2 août 1980, dans lequel Paolo Bellini est accusé, a repris hier matin à la Cour d'Assises de Bologne.  (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptySam 2 Oct 2021 - 9:56


https://www.bolognatoday.it/cronaca/strage-bologna-sergio-picciafuoco-smentita-dichiarazioni.html

Strage di Bologna, tensione in aula fra Bellini e Picciafuoco

2 ottobre 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, tension dans la salle d'audience entre Bellini et Picciafuoco

Procès du massacre du 2 août, les déclarations de Picciafuoco au tribunal font des étincelles : dans la déposition, il en vient à nier les déclarations faites dans les années 1980.

Les étincelles fusent devant la Cour d'assises de Bologne entre Sergio Picciafuoco et Paolo Bellini, accusés de complicité dans le massacre du 2 août 1980. Elles ont été déclenchées par certaines déclarations faites au tribunal par Picciafuoco, un criminel de droit commun réputé proche de l'extrême droite, déjà définitivement acquitté de l'accusation d'être l'un des auteurs de l'attentat et aujourd'hui entendu comme témoin assisté.

Le témoignage de Picciafuoco, qui est allé jusqu'à nier les déclarations qu'il avait faites sur procès-verbal dans les années 1980, a été caractérisé par une attitude qui a fini par irriter même le président du tribunal, Francesco Caruso. Le témoin a commencé par contredire un rapport de la préfecture de police de Reggio Emilia daté du 22 octobre 1990, qui reconstituait une rencontre entre lui et Bellini qui avait eu lieu 10 jours auparavant.

Rencontre au cours de laquelle, lors d'un déjeuner dans un restaurant après un trajet en voiture, Picciafuoco a demandé à Bellini de lui prêter de l'argent et de lui procurer une arme. Le témoin, quant à lui, affirme n'avoir rencontré le défendeur qu'en prison et avoir échangé quelques mots avec lui. Ces déclarations ont conduit Caruso à avertir Picciafuoco, un avertissement qui a également été répété plus tard, du risque d'être enquêté pour parjure. Je dois vous avertir, dit le président, que la Cour pense que vous mentez, et si vous continuez, j'arrêterai l'examen et enverrai les documents au ministère public.

Picciafuoco n'a cependant pas changé sa version, répétant à plusieurs reprises qu'il n'avait jamais été à Reggio Emilia. Le témoin a ensuite souligné à plusieurs reprises que Bellini est un collaborateur de justice, et lorsque Caruso lui a demandé pourquoi, il a déclaré que "parfois les collaborateurs ont été utiles, mais dans d'autres cas ils ont dit des mensonges fous". Lorsque Picciafuoco a ensuite déclaré que "Bellini a dit qu'il était un de mes amis, mais il n'est pas mon ami", le défendeur s'est mis en colère, l'accusant d'être un provocateur.

Une fois que le témoin a quitté la salle d'audience, le défendeur a demandé la parole et, tout en reconnaissant qu'il avait effectivement rencontré Picciafuoco en prison, il a ajouté que le témoin était "venu deux fois à Reggio Emilia". Dans le premier cas, Bellini a déclaré : "il ne m'a pas trouvé et a passé une nuit dans l'hôtel de ma mère", tandis que la deuxième fois, le 12 octobre 1990, "nous avons déjeuné ensemble", comme l'atteste également le rapport de la préfecture de police de Reggio Emilia. A cette occasion, a expliqué l'accusé, "Picciafuoco s'est comporté comme un grand provocateur, parce qu'il est venu me demander de l'argent et une arme", et quand j'ai refusé "il a commencé à faire le fou". À ce moment-là, Bellini a poursuivi : "Moi, qui avais un pistolet sur moi, je voulais l'emmener à la campagne "per sistemarlo", mais j'ai changé d'avis". Enfin, le prévenu a déclaré qu'il avait ensuite téléphoné à la sœur de Picciafuoco et lui avait dit que son frère "ne devait plus être vu".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyMer 6 Oct 2021 - 17:00


https://www.reggiosera.it/2021/10/strage-di-bologna-menicacci-ex-msi-da-silva-era-bellini-non-lo-sapevo/282026/

Strage di Bologna, Menicacci (ex Msi): “Da Silva era Bellini? Non lo sapevo”

06 Ottobre 2021 - 15:24

(traduction)

Massacre de Bologne, Menicacci (ex MSI) : "Da Silva était Bellini ? Je ne savais pas".

L'avocat et ancien membre du Parlement : "Ils m'ont sali parce que j'ai défendu Delle Chiaie".

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 8 Oct 2021 - 10:50


https://gazzettadireggio.gelocal.it/reggio/cronaca/2021/10/07/news/la-visita-dei-servizi-in-gazzetta-al-centro-dell-udienza-su-bellini-1.40786983

La visita dei Servizi in Gazzetta al centro dell’udienza su Bellini

7 OTTOBRE 2021

(traduction)

La visite des services à la Gazzetta au centre de l'audience sur Bellini

Devant la Cour d'Assises, un long témoignage de Stefano Menicacci, ancien député MSI. En 1982, il est venu à la rédaction en compagnie de Vecchiotti, alors informateur "noir".

La mystérieuse visite en 1982 à la Gazzetta di Reggio de Stefano Menicacci et d'Amedeo (Memo) Vecchiotti, proche des milieux d'extrême droite et alors informateur des services secrets, a été au centre de l'audience d'hier devant la Cour d'assises de Bologne, dans le cadre du nouveau procès sur le massacre du 2 août 1980 qui voit comme principal accusé l'ex de Avanguardia Nazionalel, Paolo Bellini, accusé de complicité dans l'attentat de la gare de Bologne, et Piergiorgio Segatel et Domenico Catracchia.

Les questions sur ce qui s'est passé ce jour-là dans la rédaction de la Gazzetta ont été posées directement à Menicacci, parlementaire du MSI dans trois législatures, de 1968 à 1979, protagoniste hier d'un long témoignage. Un épisode commenté par l'ancien député avec une série de "je ne sais pas" et "maintenant je ne me souviens pas", contrairement à d'autres passages clés du procès sur le massacre de Bologne.

Ancien défenseur de Stefano delle Chiaie, il a répondu aux questions sur ses relations avec Carlo Rocchi, ancien agent de la CIA, et Vecchiotti.

Il a également reconstitué l'affaire concernant Bellini, sur la base de laquelle Menicacci a déclaré l'avoir aidé involontairement, sans connaître sa véritable identité.

(...)

_ _ _

https://www.repubblica.it/online/fatti/fontana/fontana/fontana.html

11 febbraio 1998

Massacre de la Piazza Fontana  -  un agent américain émerge

Dans l'ordonnance de condamnation du juge Salvini, la "stratégie de la tension" est reconstituée.

(...)

Archéologie judiciaire ? Une vieille histoire ? Le doute arrive. A lire également - au début de l'ordonnance de condamnation - les remarques polémiques du juge Salvini sur le soutien "très rare" reçu ces dernières années de la part du Tribunal de Milan. Mais ce même doute tombe quand on découvre qu'à une époque très récente (en 1995), l'administrateur de la Cia à Milan, Carlo Rocchi (il fiduciario della Cia a Milano, Carlo Rocchi), a été arrêté alors qu'il recueillait des informations sur l'enquête. Une enquête qui était, et est toujours, effrayante. Au point que les héritiers des tueurs de masse d'hier ont pensé à tuer le capitaine de Ros, Massimo Giraudo, l'un des principaux collaborateurs du juge milanais.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 8 Oct 2021 - 11:16


"il fiduciario della Cia a Milano, Carlo Rocchi"

_ _ _

https://en.wikipedia.org/wiki/Eugen_Dollmann

Eugen Dollmann (8 August 1900 in Regensburg – 17 May 1985 in Munich) was a German diplomat and member of the SS.

(...)

In 1946, Dollmann returned to Rome, was detected in a movie theater and arrested. He was liberated after an intervention by James Jesus Angleton of the CIA who accompanied him to Bern to see Allen Welsh Dulles. He lived in Switzerland under a false identity. In 1952, Dollmann was expelled from Switzerland to Italy on the grounds of having had a homosexual relationship with a Swiss official. Padre Parini helped him transfer to Spain, where he was employed by Otto Skorzeny in Donostia in the arms trade.

The Italian Intelligence Service issued false travel documents for Dollmann through Carlo Rocchi, a confidence man of the CIA in Milan. With these, Dollmann traveled into the Federal Republic of Germany. Dollmann was held in custody for one month for passport fraud.

Upon his release he lived in Munich  (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 8 Oct 2021 - 12:58


https://4agosto1974.wordpress.com/2015/08/18/le-intercettazioni-rocchi-pitarresi/

Le intercettazioni fra Carlo Rocchi e Pitarresi

18 agosto 2015

(…) E riferisce che l’ufficiale dell’Arma gli avrebbe parlato di un settore all’interno della CIA per conto del quale avrebbero lavorato il capo di Aginter Press, il legionario francese Yves Guerin Serac, e due americani, Ronald Brug e Jat Simon Saley. (…) Biagio commenta preoccupato che una “barca di pentiti” starebbero parlando di rapporti tra questi personaggi e Stefano Delle Chiaie. Rocchi lo ammonisce “Tu non hai mai sentito questi nomi… non hai mai saputo che ci fossero americani o agenzie…”.

Roberto Scardova, Italicus, Editori Riuniti

(traduction)

Interceptions entre Carlo Rocchi et Pitarresi

Biagio rapporte que l'officier de l'Arma lui a parlé d'un secteur de la CIA pour le compte duquel travaillaient le responsable d'Aginter Press, le légionnaire français Yves Guerin Serac, et deux Américains, Ronald Brug et Jat Simon Saley. (...) Biagio commente avec inquiétude qu'une "cargaison de repentis" parle de relations entre ces personnes et Stefano Delle Chiaie. Rocchi l'avertit : "Vous n'avez jamais entendu ces noms... vous n'avez jamais su qu'il y avait des Américains ou des agences...".

_ _ _

Italicus: 1974, l’anno delle quattro stragi
De Aa. Vv.

https://books.google.be/books?id=GAEkDwAAQBAJ&pg=PT436&lpg=PT436&dq=%22Jat+Simon+Saley%22&source=bl&ots=yrRuT_zAaa&sig=ACfU3U0rIgm7QyWZ1gee6tdVyobTPR7BTw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwibpZP31brzAhVJ-6QKHWKXDTMQ6AF6BAgCEAM#v=onepage&q=%22Jat%20Simon%20Saley%22&f=false


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyVen 8 Oct 2021 - 18:18


Un lecteur attentif suggère que " Jat Simon Saley " soit en réalité Jay Simon Salby.

C'est bien possible en effet.

Jay Simon Salby (dit "Castor") et André Cherid ont été arrêtés le 1er janvier 1976 en Algérie.

Voir

https://books.google.be/books?id=kIEdAgAAQBAJ&pg=PT97&lpg=PT97&dq=Jay+Simon+Salby&source=bl&ots=289Y-Dd20_&sig=ACfU3U1Q9gFnzH37db4JrIezcw6dMTdoPw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjK_qjDy8jiAhWGJlAKHRRHAyEQ6AEwBHoECAkQAQ#v=onepage&q=Jay%20Simon%20Salby&f=false

L'Orchestre noir: Enquête sur les réseaux néo-fascistes
Frédéric LAURENT


attentat de la gare de bologne - Page 14 Salby110
attentat de la gare de bologne - Page 14 Salby210


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyLun 11 Oct 2021 - 7:59


https://www.telegraph.co.uk/news/2021/10/09/families-young-couple-killed-1980-bologna-bombing-get-new-hope/

Families of young couple killed in 1980 Bologna bombing get new hope of justice

Newly discovered images from a tourist's film place a key suspect near the scene of the devastating blast

9 October 2021 • 6:16pm


attentat de la gare de bologne - Page 14 Bobo10


Catherine was only identified from her signet ring and the watch she’d borrowed from her father, her boyfriend John from the passport he carried on him.

The newly graduated British couple were doing what hundreds of other carefree young people do every year: travelling around Europe by rail before setting out on their careers.

But by an awful stroke of fate, and a last minute change of plans, Catherine Mitchell and John Kolpinski found themselves at Bologna railway station in northern Italy on August 2, 1980.

Here, at 10.25am, a bomb planted by a fascist terror cell devastated the packed air-conditioned waiting room, killing them both along with 83 other people, in the worst terrorist attack in Europe until the Madrid train bombings of 2004.

Now, more than 40 years on, newly discovered images from a tourist film placing a key suspect near the scene of the devastating blast could finally lead to justice for the victims’ families.

As a result of new analysis of the film, a former far right militant called Paolo Bellini is on trial, accused of playing a central role in the planning and execution of the plot to blow up Bologna station.

The families of Catherine and John - who had been a week into a four-week Interrailing holiday through the Mediterranean - have told The Telegraph of their hopes that all those suspected of having planned and carried out the attack will be fully held to account.

“We want justice. And we have had to wait a long time to get it,” said Catherine’s younger sister, Susan Kennedy, speaking publicly for the first time about her death. “All those who took part and planned it need to answer for their actions. This trial is an important part of that process.”

During a previous investigation, two witnesses claimed Bellini had been in Bologna the day of the attack.

Although he was initially acquitted on the basis of what was deemed "credible evidence", Super 8 film footage shot by a German tourist from Geneva has recently been re-examined using modern forensic methods.

The film shows a figure closely resembling Bellini on Platform 1, making his way from the scene shortly after the blast.

Bellini is accused of having transported the explosive used in the bomb to Bologna.

Although the ex-far right militant continues to deny he was there, his former wife, Maurizia Bonini, told the trial it was definitely him and that the previous alibi she had given for him to police was a lie.

The case at Bologna’s Court of Assizes holds out the prospect of a measure of justice for the victims’ families and ensures their loved ones will continue to be remembered.

“Catherine was a lovely girl. She was so outgoing, with lots of friends and loved her time at university,” said Mrs Kennedy. “She’d really come into her own there. She was 21 at the time, just graduated from Birmingham University with honours in economics and geography and had a job lined up with a big accounting practice in Birmingham, so it was the big holiday on a limited budget before settling down to work.

“John was also a very nice lad. He’d graduated from Birmingham with Catherine but hadn’t got a job lined up at the time and was still deciding what he wanted to do. They were very happy together. They were only just starting out on their lives and they were cut short. It was terrible.”

Mrs Kennedy, 61, spoke as Bellini’s trial resumed following a two-week adjournment to allow the now 68-year-old to rest after suffering heart palpitations.

For Mrs Kennedy, a retired secondary school teacher, talking about the case brings back painful memories of the agonising days that followed the bombing.

“After Catherine and John set off on their trip there was no contact from her apart from the postcards we received. That’s what it was like at the time. No phone calls home. No mobiles of course,” she said.

“As soon as I heard the news of what had happened I thought ‘My God, how terrible’ then immediately thought ‘No, they wouldn’t have been in Bologna’ because it wasn’t on their route. “But then it turned out they had suddenly changed their plan. I think they’d been to Venice and were on their way to Florence and then Rome and just happened to stop at Bologna.”

Mrs Kennedy, speaking in her front room in Launceston, Cornwall, its mantlepiece decorated with a portrait of Catherine looking radiant in her graduation gown and mortar board, continued:

“It happened on a Saturday and we didn’t hear anything until the police rang us on the Sunday to say John was dead and Catherine was missing. They’d found his passport on him, that’s how they knew.

“It wasn’t until the Tuesday, when the British Consul went up from Florence to Bologna and identified her, that we finally found out Catherine was dead. They identified her by the watch she’d borrowed from our dad for the trip and from the signet ring she was wearing with the initials CM, which had been a present from our grandmother.

“I was 20 months younger than Catherine and I still remember the shock when we found out. It was just devastating.”

Few in this country remember the attack, or that two young Britons were killed in it.

But Bellini’s trial has once again exposed the painful history of modern Italy and the fault lines that ran through the country at a time when "il bel paese" was still the westernmost front line of the Cold War and the setting of a violent struggle between left and right on its streets and piazzas, lasting through the Seventies into the mid-Eighties.

“We felt tremendous anger at first, but we didn’t hold it against the Italian people. How could we? You can’t be angry all the time against an entire nation. The Italians can be so lovely and you wonder how on earth could that happen? But there are terrible people everywhere,” said Mrs Kennedy.

In the months and years that followed Catherine’s death her family became aware of Bologna’s symbolic importance in Italy's post war history, and the reason it was targeted.

Italy's troubled past

The town had long been a stronghold of the Italian Communist Party and was recognised as one of the most efficient municipal governments in the country. Bologna’s citizens had also been in the forefront of the wartime resistance against Mussolini’s fascist regime and the Nazi invasion that followed its collapse.

That made Bologna station - packed with Italian and foreign tourists - a strategic target for the far right, who were suspected of being aided by eversive elements of the Italian state and secret services as part of the so-called "Strategy of Tension", designed to keep the left from taking power nationally.

“Catherine and John were just so unlucky to be caught up in that awful violence that Italy was going through at the time and to be in that particular city at a time when it was targeted because of its history. You become aware of that when you see the photographs in the main square of all the people who died in the resistance against fascism and the Nazis during the war,” said Mrs Kennedy.

Suspected collusion by some state officials hampered the official investigation, delaying until 1988 the trial and conviction of four members of the neo-fascist Armed Revolutionary Nuclei for their part in the bombing.

Catherine’s father Harry, who died in August at the age of 90 - still distraught at his eldest daughter’s death - followed closely the fight for justice mounted by the Victims’ Families Association and its own investigations into what Italians call "la strage di Bologna".

At his home in Launceston, to where he had retired from Bath with his wife Shirley after a career as a designer with the MoD, he accumulated more than half a dozen heavy boxes of documents and materials about the attack.

Both Mr Mitchell and his wife attended the first trial, despite the emotional ordeal it involved for them.

Mrs Kennedy is grateful for the help and support her family received from the Association and for the pension awarded by the Italian government to her parents, in recognition of the state’s failure to protect their daughter.

Support from Bologna City Council

“We’ve had a tremendous amount of support from the Association and from Bologna City Council. They have fought for everybody. Many people caught up in disasters don’t have that,” she said. “My parents even received a pension until their death from the Italian government, after they passed a special law for the victims’ families, even though they weren’t financially dependent on Catherine. It wasn't a huge amount, but it was a recognition that the state had failed to keep people like my sister safe.”

Mrs Kennedy last visited the scene of her sister’s murder - where a huge dent in the station wall caused by the blast has been preserved as a permanent memorial - in 2005, for the 25th anniversary commemorations.

“It’s always very emotional,” she said. “You march down to the station with all the families. I’ve never been anywhere where people line the streets and applaud you like they do in Bologna on those days. They are huge gatherings.

“Even though it was born of tragedy, we’ve met so many lovely people and made very good friends. That has helped a lot, to meet other people who had gone through the same terrible thing as we had.”


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19204
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 EmptyLun 11 Oct 2021 - 11:54


https://www.ilgiornale.it/news/cronache/ora-arrestati-spunta-luigi-aronica-chi-lex-nar-1981089.html

Ora tra gli arrestati spunta Luigi Aronica: chi è l'ex Nar

10 Ottobre 2021 - 17:28

(traduction)

Luigi Aronica fait désormais partie des personnes arrêtées : qui est l'ex-NAR ?

(...)

Qu'est-ce que la NAR ?

NAR - comme on le sait - était l'acronyme d'une des organisations terroristes et néo-fascistes qui animaient les Années de Plomb. Si ce n'est pas le plus violent, certainement l'un des plus violents de cette phase historique tragique du Belpaese. Il est difficile de présenter une classification. Dans ce cas, nous parlons d'un mouvement qui a été responsable de nombreux homicides.

La NAR est née vers la fin des années 70, c'est-à-dire lorsqu'une partie de la jeunesse d'extrême droite a commencé à raisonner sur le fait que le Mouvement social italien était trop aplati par la logique partisane et parlementaire. Il y avait deux sections à Rome dans lesquelles ils ont commencé, à cette époque, à construire une organisation qui serait plus tard mise en cause au niveau du procès également pour le massacre de Bologne : celle de Via Siena, le site historique près de l'Université La Sapienza, et celle d'Eur-Monteverde. Il semblerait qu'Aronica ait fréquenté le second de ces deux endroits pendant les années de plomb.

Il convient de noter que les dirigeants de la NAR, Valerio Fioravanti et Francesca Mambro, figurent parmi les personnes reconnues coupables du massacre de la gare de Bologne qui a eu lieu au début du mois d'août des années 1980. Les deux autres condamnés sont Luigi Ciavardini et Gilberto Cavallini.

_ _ _

https://gds.it/articoli/cronaca/2021/10/10/fiore-castellino-e-aronica-i-generali-del-disordine-che-hanno-sconvolto-roma-88d297c7-43f7-447e-8a8f-093cf48790fd/

Fiore, Castellino e Aronica: i generali del disordine che hanno sconvolto Roma

10 Ottobre 2021

(traduction)

Fiore, Castellino et Aronica : les généraux du désordre qui a bouleversé Rome

attentat de la gare de bologne - Page 14 Fio10


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 14 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
attentat de la gare de bologne
Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: