les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
23.75 € 42.99 €
Voir le deal

 

 attentat de la gare de bologne

Aller en bas 
+4
michel-j
frederic lavachery
Limir
michel
8 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 12 ... 16  Suivant
AuteurMessage
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 7:36


https://www.ilgiunco.net/evento/la-spia-intoccabile-federico-umberto-damato-alla-scoperta-del-libro-di-pacini/

(traduction )

Pacini, déjà auteur en 2010 de "The hidden heart of power. Histoire du Bureau des affaires confidentielles du Viminale (1919-1984), publié chez l'éditeur Nutrimenti, et "L'autre Gladio : La lutte secrète anticommuniste en Italie. 1943-1991", également publié dans la série Einaudi Storia en 2014, reconstitue à travers un impressionnant appareil documentaire l'histoire de l'UAR et l'œuvre de Federico Umberto D'Amato, qui en était le chef ; il en ressort l'image d'une organisation responsable d'un travail d'infiltration sans scrupules et généralisé au sein des partis politiques, des syndicats et des mouvements extraparlementaires, une "police parallèle" complètement indépendante des forces de sécurité publique, capable de gérer et de garder à son service des centaines d'informateurs dans toute l'Italie. L'UAR était donc un organe qui agissait comme un véritable service secret au-dessus des lois et du Parlement, pas trop connu de la presse, des forces politiques et du pouvoir judiciaire lui-même. Federico Umberto D'Amato lui-même, pendant des années détenteur d'un pouvoir si omniprésent qu'il était en mesure d'influencer les choix politiques des différents ministres de l'Intérieur, est une figure obscure et peu connue, sur laquelle Pacini parvient enfin à faire la lumière.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 8:01


https://infosannio.com/2021/02/01/luomo-dei-misteri-ditalia-si-chiama-federico-umberto-d-amato/

L’uomo dei misteri d’Italia si chiama Federico Umberto D’ Amato


attentat de la gare de bologne - Page 9 Gp10


(traduction)

L'homme des mystères de l'Italie s'appelle Federico Umberto D'Amato.

Son nom de code était Zaff : il évoquait le safran, un ingrédient très apprécié en cuisine par Federico Umberto D'Amato, gastronome pour le plaisir, brillant cadre puis, de 1971 à 1974, chef de l'Uar, le Bureau des affaires réservées du ministère de l'Intérieur. D'Amato, né à Marseille en 1919 et mort à Rome en 1996, affirmait que ses talents culinaires étaient nés en même temps que ses activités de renseignement : quel endroit plus sûr qu'une pièce isolée dans un restaurant pour déboutonner des fonctionnaires soviétiques taciturnes, recruter des informateurs ou traiter avec des agents du Moyen-Orient ?

Jusqu'à présent, on savait très peu de choses sur l'un des personnages les plus influents d'Italie, le chef des services secrets civils, le cynique, mélodieux et dur comme la pierre D'Amato. En novembre de l'année dernière, l'enquête a été rouverte sur le trafic du directeur de l'espionnage en tant que financier et organisateur du massacre de la gare de Bologne le 2 août 1980. Un document, découvert chez Licio Gelli, témoigne de versements millionnaires effectués en faveur de Zaff, qui, dès 1979, avait été chargé de lancer l'opération au cours de laquelle 85 personnes ont été tuées et 200 blessées.

Mais qui était vraiment D'Amato ? Révéler ses sombres complots est le volume documenté de l'érudit Giacomo Pacini L'espion intouchable. Federico Umberto D 'Amato et le " Bureau des affaires confidentielles " (à paraître chez Einaudi, pp. 268, 28).

La vie de l'agent secret est comme un fil qui se déroule sans jamais s'épuiser : il était certainement un génie du mal, mais ses opérations d'espionnage téméraires étaient caractérisées par une duplicité persistante qui lui a valu un grand respect à droite, à gauche et même au niveau international : au siège de l'OTAN à Bruxelles, une des salles les plus prestigieuses a été baptisée à son nom.

Le 007 a contribué à faire de l'UAR un "organisme responsable d'un des travaux d'infiltration les moins scrupuleux et les plus capillaires au sein des partis politiques, des syndicats et des mouvements extraparlementaires", explique Pacini. "Il s'agissait d'une sorte de force de police parallèle qui agissait de manière totalement autonome par rapport aux forces normales de sécurité publique. C'était un véritable service secret, même s'il n'était pas légalement reconnu comme tel, et il ne transmettait au pouvoir judiciaire que ce qu'il voulait".

En résumé, pendant des années, D'Amato s'est affranchi de toutes les lois et de toutes les règles et a pu "influencer même les choix politiques des différents ministres de l'Intérieur en fonction". C'est lui qui décidait ce qu'il fallait faire connaître et ce qu'il fallait éventuellement cacher.

Si le fonctionnaire, par exemple, avait rapidement remis à la magistrature toutes les informations dont il disposait, cela aurait permis d'éclaircir certains des événements les plus tragiques de l'histoire de la République (de la Piazza Fontana au massacre de la Piazza della Loggia).

Commissaire adjoint à la sécurité publique après le 8 septembre 1943, D'Amato commence sa prestigieuse carrière en travaillant avec James Angleton, chef de l'OSS (Office of Strategic Services), le service parent de la CIA. "J'ai été parachuté à Salò et j'ai pris contact avec Guido Leto (ancien chef de l'OVRA), se souvient M. D'Amato, et avec d'autres éléments de la police du RSI. J'ai proposé un accord et ils ont accepté.

Ses relations avec les représentants de la police politique fasciste, qui ont ensuite rejoint les rangs de la sécurité publique de l'Italie démocratique, ont été son terrain d'entraînement car, par l'intermédiaire des anciens républicains, il a eu entre les mains des dossiers brûlants qui seraient ensuite utiles comme arme de chantage. Il a emprisonné un nombre important de nazis et est devenu l'homme des Américains en Italie, membre du Club de Berne, qui réunissait les services de renseignement européens et l'OTAN.

Au milieu des années soixante, les services secrets, en collaboration avec le néofasciste Stefano Delle Chiaie, ont placardé sur les murs de Rome et d'autres villes italiennes un grand nombre d'affiches faisant l'éloge de la révolution et de Mao Zedong afin d'effrayer l'"opinion publique modérée" et de la détourner de la gauche. D'Amato entretient de nombreux liens avec le monde de la politique italienne : il est l'ami de Giulio Caradonna mais aussi du leader du PCI Giancarlo Pajetta.

La pénétration des partis de gauche se fait avec le soutien de Margherita Ingargiola, qui dès 1951 lui explique les arcanes du PCI et du PSI, et avec l'aide de l'ancienne partisane Marisa Musu du Comité central du PCI. Cette dernière a toujours nié son rôle mais il ressort des "archives de" l'UAR que pendant des décennies, elle a été payée pour les brouillons avec 150 000 livres par mois. L'approche avec Adriano Sofri, avec lequel D'Amato s'est vanté d'avoir consommé "d'effrayantes et nocturnes bouteilles de cognac", a en revanche été un échec.

Sofri, au contraire, a révélé que, au milieu des années soixante-dix, D'Amato lui a proposé un méchant pacte par lequel, avec la couverture du ministère de l'Intérieur, le groupe de Lotta continua aurait dû éliminer les principales composantes des Noyaux prolétariens armés (Nap).

L'espion officiel a fait contrôler de nombreux hommes politiques, de Giulio Andreotti à Amintore Fanfani, Francesco Cossiga, Enrico Berlinguer et Achille Occhetto, mais aussi de nombreux journalistes, d'Eugenio Scalfari à Giorgio Bocca et Enzo Biagi.

L'éditeur Giangiacomo Feltrinelli, qui est mort en tentant de saboter un pylône électrique, s'est également retrouvé dans le collimateur de sa surveillance. Après l'explosion de la bombe à Milan, Piazza Fontana, le 12 décembre 1969, à la Banque nationale de l'agriculture, c'est l'UAR qui a été chargée de semer des indices pour discréditer et attribuer à l'anarchiste Giuseppe Pinelli le chemin de fer de certains des attentats qui se sont produits dans les mois précédents dans les trains : "Encore aujourd'hui, on ne sait pas quel rôle l'UAR a eu dans ces événements de tromperie", dit Pacini.

D'Amato tirait-il les ficelles de la stratégie de la tension ? Après l'explosion d'une autre bombe à Brescia, sur la Piazza della Loggia en 1974, la "purge" a été lancée dans les services secrets considérés comme complices des criminels. Le cadre, sans surprise, a été affecté à un autre poste.

Il se consacre ensuite à la gastronomie : sous le pseudonyme de "Gault et Millau", il devient en 1977 rédacteur de la très populaire rubrique culinaire de l'Espresso et se voit confier la direction du Guide des restaurants italiens, qui constitue un point de référence pour la gastronomie italienne.

Mais même après la sortie de l'Uar, les manœuvres secrètes de D'Amato n'ont pas cessé, comme en témoigne l'implication présumée dans le massacre de Bologne. Y a-t-il un lien entre ce bain de sang et la montagne d'argent reçue par Zaff/D' Amato de la part du facendiere Gelli ? La réponse pourrait venir du procès qui se déroule ces jours-ci.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 8:42


https://www.dagospia.com/rubrica-3/politica/rsquo-uomo-stragi-stato-formidabile-agghiacciante-libro-262840.htm


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud110


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud210


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud310


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud410


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud510


attentat de la gare de bologne - Page 9 Fud610


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 9:08


http://www.archivio900.it/it/documenti/doc.aspx?id=

I rapporit tra Stefano Delle Chiaie e Federico Umberto D’Amato

Documento aggiornato al 30/11/2005

(traduction)

Les relations entre Stefano Delle Chiaie et Federico Umberto D'Amato

Le témoignage de Vinciguerra sur la collusion entre D'Amato et Delle Chiaie - et donc entre "An" et "Affari Riservati" - a trouvé une confirmation extraordinaire et digne de foi dans celui de Guglielmo Carlucci, ancien directeur d'Affari Riservati, ainsi que proche collaborateur de D'Amato, récemment décédé.

Il est utile de rapporter intégralement le contenu des déclarations de Carlucci, en citant de larges passages de l'ordonnance de condamnation du juge de Venise, Carlo Mastelloni :

"Sur la gestion des sources, des sources internes ou des infiltrés cultivés par les fonctionnaires du ministère de l'Intérieur en service à la Div. AA.RR., au cours de la déposition du 15 mai 1997, le Dr Carlucci a rappelé que Delle Chiaie avait l'habitude de fréquenter le Dr D'Amato, tant lorsque le fonctionnaire était directeur adjoint que plus tard, lorsqu'il avait accédé au poste de directeur de la Division, en restant avec le préfet dans les locaux du bureau. En certaines occasions, Carlucci lui-même avait été témoin des conversations entre les deux.

Selon les perceptions de Carlucci, à qui Delle Chiaie avait été présenté, D'Amato, de la Division Aa.Rr., facilitait le leader incontesté de l'Avant-Garde Nationale pour la délivrance de passeports, la concession de permis de port d'armes et tout autre chose, en impliquant les organes compétents de la Questura de Rome dans la descente et en étendant ce type d'intervention également à certains amis de l'extrémiste.

Au cours des rencontres, Delle Chiaie fournissait des informations que D'Amato, après avoir obtenu une description des personnalités individuelles des membres du groupe A.N., transférait dans des notes qu'il transmettait ensuite, pour développement, à la Section compétente dans le but de stimuler les contrôles conséquents à effectuer en direction des militants à travers la Brigade Centrale ou le bureau politique ou directement au Chef de la Police qui, le cas échéant, à son tour, les transmettait au Ministre.

Il s'agissait donc pour Delle Chiaie d'un "confident et d'un infiltré" dans la structure de l'extrême droite. Il s'agissait d'une relation personnelle et exclusive avec D'Amato : "un contact risqué", mais considéré par D'Amato lui-même et par Carlucci comme "indispensable".

Même si le témoin a répondu qu'il n'avait jamais développé de notes de Delle Chiaie à la fin de chaque adieu, auquel il a eu l'occasion d'assister, le commentaire suivant la visite exprimé par le préfet a toujours été dans le sens que le contact avec Delle Chiaie "pourrait nous être utile".

Il s'agit d'un retour d'information direct fourni par le Dr. Il s'agit d'un retour direct du Dr. Carlucci sur une relation qui a été éternellement chuchotée mais aussi souvent débattue dans les salles d'audience et qui, au cours de cette enquête, a reçu une confirmation autorisée du procès, caractérisée par une richesse de détails et bien encadrée dans l'espace et dans le temps : "En 1966, quand je suis arrivé à Viminale, la relation entre D'Amato et Delle Chiaie était déjà en cours", ainsi que logiquement articulée : "le susdit, même si on a dit qu'il était violent, n'a jamais été arrêté bien qu'il ait fait l'objet d'une enquête".

Delle Chiaie était donc un "confident et un infiltré" de D'Amato. Une circonstance qui, en soi, incite à réfléchir sérieusement à la collusion institutionnelle et, en soi, donne une bonne partie de la réponse à la question de savoir pourquoi les responsables des massacres ont, pour la plupart, réussi à échapper à la justice.

Mais si les témoignages de Vinciguerra et du docteur Carlucci semblent insuffisants pour pouvoir faire des affirmations aussi catégoriques, tout élément de doute résiduel est éliminé par le témoignage supplémentaire de Gaetano Orlando (tenu pour fiable par les autorités judiciaires de Milan et de Bologne) déjà en tête, avec Carlo Fumagalli, du Mouvement d'action révolutionnaire, qui s'est réfugié en Espagne pendant son état de fugitif et a rejoint le "cercle" de Delle Chiaie, qui, à cette époque, agissait en tant que père-maître de la colonie des fascistes italiens et entretenait des relations avec les autorités franquistes espagnoles, qui utilisaient les avant-gardistes et les ordinovisti dans des "opérations sales" contre les Basques.

Orlando a été un témoin direct d'une rencontre en Espagne entre le fugitif Delle Chiaie et Federico Umberto D'Amato.

Voici le récit éloquent de l'ancien chef du Mar sur la rencontre Delle Chiaie-D'Amato et, plus généralement, sur le rôle du chef de l'Avant-Garde Nationale en Espagne et sur les contacts avec le piduist-fasciste Mario Tedeschi et avec Romualdi, liés à leur tour au chef des Affaires Réservées : "En Espagne, j'ai appris que Delle Chiaie avait réalisé des actions terroristes attribuées aux Basques. Je ne dis pas que Stefano Delle Chiaie les a matériellement réalisées, mais qu'il en était l'organisateur et qu'il a utilisé ses propres hommes. Il avait le soutien de la Guardia Civil, comme je l'ai vu à propos des événements de Montejura. Il y a eu des attaques, des enlèvements et d'autres actes criminels qui ont ensuite été attribués à Eta. Les hommes de Delle Chiaie opéraient non seulement à Madrid, mais aussi à Saint-Sébastien, Barcelone et d'autres endroits en Espagne. Ces nouvelles sur les actions de Delle Chiaie en Espagne ont formé en moi la conviction que quelque chose de semblable devait se produire en Italie [...] J'ajoute donc spontanément que Delle Chiaie m'a emmené à Monteyura, le jour anniversaire de la victoire carliste. Je me souviens que le major De Rosa de la Garde forestière était également présent et que je l'ai moi-même accompagné en voiture à Monteyura. Là, Stefano m'a présenté à Sixtus Quintus, à Monteyura, il y avait aussi Cauchi. Pour l'occasion, Delle Chiaie avait reçu des jeeps chargées d'armes qui lui avaient été confiées par la Garde civile espagnole. De Rosa et moi sommes restés à l'hôtel. Je me souviens que c'était l'hôtel "Monteyura" où nous aurions dû être enregistrés. [...] Delle Chiaie a également séjourné dans le même hôtel que nous. Je ne sais pas plutôt si Cauchi était aussi là. De Rosa et moi sommes restés à l'hôtel, tandis que Delle Chiaie, Cauchi et une autre douzaine d'Italiens dont les noms n'ont jamais émergé sont partis dans les jeeps. Ce qui s'est passé ensuite a été rapporté dans tous les journaux. Delle Chiaie, en outre, a fait en Espagne d'autres opérations qui ont été attribuées aux Basques, mais je n'en ai pas été témoin. J'ai également appris qu'il était impliqué dans le meurtre de quelques Basques [...] Delle Chiaie, en Espagne, a également rencontré le sénateur Tedeschi, que j'ai rencontré à l'occasion d'une de ces visites. Vinciguerra n'était pas au courant de la relation entre Delle Chiaie et Tedeschi et n'en a pris connaissance que récemment [...] Je ne me souviens pas à laquelle des réunions que j'ai mentionnées était présent Fachini, une personne que j'ai certainement rencontrée et connue à Padoue, précisément à l'une de ces réunions [...] Les députés italiens qui sont venus en Espagne et dont j'ai parlé dans les minutes précédentes sont venus voir Delle Chiaie. Je connaissais personnellement Tedeschi et Romualdi et je n'ai pas envie de citer les noms des autres".

" Vous, G.I., m'avez demandé de développer le thème, déjà évoqué dans mes précédentes minutes, des relations entre les exilés de droite qui vivaient à Madrid et les hommes politiques italiens. À cet égard, je me souviens que Delle Chiaie m'a emmené avec lui, à une occasion, à une réunion à l'hôtel Melia Castiglia avec Romualdi. Lorsque nous sommes arrivés à l'hôtel, Romualdi nous a rejoints au bar et Delle Chiaie m'a présenté à lui. Nous avons pris un verre ensemble et ensuite les deux sont partis. Cette rencontre date de 1976, mais je sais, bien que je n'y aie pas participé, que Delle Chiaie a eu de nombreuses autres rencontres avec Romualdi [...].

En Espagne, il n'y a pas eu que des rencontres avec des politiciens de la part de Delle Chiaie. Je me souviens aussi des réunions. J'ai participé à certains d'entre eux et je me souviens en particulier de celui au cours duquel j'ai été présenté à Federico Umberto D'Amato. Outre moi, Delle Chiaie et D'Amato, cette réunion a réuni une trentaine de personnes, des Chiliens, des Français, des Argentins et des Italiens, ainsi que des Espagnols qui ont fait les honneurs de la maison. J'ai été invité à cette réunion pour me permettre d'expliquer ma position sur la manière de se comporter avec les autorités locales du pays qui nous offrait l'hospitalité [...]".

L'histoire d'Orlando, sur le point de la connaissance entre Delle Chiaie et Tedeschi, s'intègre avec celle de Vinciguerra, qui apprend le fond de l'opération "affiches chinoises" seulement en 1974. Et il serait très étrange que Delle Chiaie - qui, à cette occasion, a déclaré avoir été trompé par Tedeschi - ait maintenu une relation aussi longue et étroite avec le directeur du "Borghese" s'il y avait eu un conflit aussi grave entre les deux.

A la lumière de ce qui a été dit, il ne peut y avoir aucun doute sur les relations entre Delle Chiaie et D'Amato, qui ont été amplement démontrées.

Il est toutefois intéressant de rendre compte d'autres témoignages qui démontrent comment, au sein des services secrets et de la droite du MSI elle-même, les relations entre Avanguardia Nazionale et Viminale étaient considérées comme un fait.

À cet égard, le témoignage du capitaine Antonio Labruna - récemment décédé - est intéressant. Il faisait partie des hommes de Sid qui ont enquêté sur les dessous du coup d'État des Borghese et n'a pas pu ne pas remarquer qu'à l'époque, tout était fait pour écarter le groupe de Delle Chiaie de l'enquête de la magistrature :

"Je me suis rendu compte, déjà au cours de l'enquête préliminaire, que les sujets qui avaient dénoncé et dont j'ai une copie en ma possession n'avaient pas été dénoncés au Parquet : par exemple, les membres de l'Avanguardia Nazionale : Delle Chiaie, Maurizio Giorgi ; j'ajoute que toutes les composantes de l'Avanguardia Nazionale n'ont pas été dénoncées pour le Coup d'État, même si une structure ouverte et secrète, opérant en fonction du Coup d'État, avait été mise en évidence.

L'Avanguardia Nazionale apparaît comme la partie opérationnelle du Front, une structure dirigée par le prince Borghese".

Labruna a également évoqué les contacts de Delle Chiaie avec D'Amato et son rôle de source et d'agent provocateur : "Le chef de l'Avant-garde nationale était Stefano delle Chiaie, qui, je le répète, était une source du Bureau des affaires confidentielles : cela m'a également été confirmé par Degli Innocenti, notre source Nicoli, et Orlandini en Suisse [...].

Qui était réellement Delle Chiaie, comme on l'a dit, était également connu dans certains secteurs du Mouvement Social moins compromis avec les services secrets et avec les groupes subversifs.

Intéressant, à cet égard, est le témoignage de Romolo Baldoni (actif dans le MSI jusqu'en 1980), qui démontre non seulement le rôle de provocateur de Delle Chiaie, mais aussi l'ambiguïté d'un personnage comme Guido Paglia, leader de l'Avanguardia Nazionale et, comme nous le verrons plus tard, défini par les autorités judiciaires de Milan et de Bologne - suite aux résultats du procès - comme un informateur des Sid sous le nom de couverture "Parodi".

Contrairement à d'autres avant-gardistes, Paglia a su se recycler dans le monde du journalisme (son scoop sur l'arsenal de Camerino est célèbre, fonctionnel à la supercherie organisée par les services secrets, dont nous parlerons plus tard) et, plus récemment, dans le monde de la gestion.

Romolo Baldoni a déclaré : "Jusqu'en 1976, j'ai été un militant du Mouvement social italien, et ce depuis 1948. J'ai été conseiller pour la province de Rome, pendant deux mandats, de 1972 à 1980.

En 1969 et 1970, j'étais secrétaire de la Jeunesse italienne et j'avais, en tant que cadre, des relations directes avec la direction du Parti.

Je n'ai jamais eu de relations avec le Sid. J'ai rencontré Guido Paglia en 1969.

Il était le responsable d'une formation de la jeunesse universitaire.

Je me souviens que, dans les premiers mois de 1970, je l'ai invité chez moi, pour déjeuner, parce que j'avais l'intention de l'emmener avec moi à Strasbourg pour participer à une manifestation contre les Régions à constituer. À ce moment-là, sachant qu'il était un ami de Delle Chiaie, dit Caccola, je l'ai averti qu'il était un élément dangereux impliqué dans des épisodes étranges : le massacre de Piazza Fontana. Il m'a dit qu'il était proche de Delle Chiaie et qu'il ne pouvait pas venir à Strasbourg, au Parlement européen. Moi qui avais des relations avec des dirigeants comme Almirante, De Marzio, Romualdi, je savais, pour l'avoir appris lors de rencontres avec les susnommés, que Delle Chiaie serait interrogé pour le massacre qui avait eu lieu à Milan.

Après deux ou trois jours, Delle Chiaie s'est enfui à l'étranger.

J'ai contesté la déposition de Paglia sur les points relatifs aux relations entre Delle Chiaie et le ministère de l'Intérieur, relations sur lesquelles je me suis répandu et pour lesquelles j'ai subi la réaction, le soir, de Paglia et de Delle Chiaie lui-même.

Je me souviens que dans la soirée du même jour, Delle Chiaie, avec Paglia et cinq ou six autres personnes, sont venus chez moi. Paglia a sonné la cloche et m'a fait descendre. Delle Chiaie m'a demandé des explications sur ce que j'avais dit à Paglia. J'étais manifestement menacé et j'ai répondu que je ne pouvais pas expliquer ce que j'avais dit parce que je ne pouvais pas révéler la source qui, comme je viens de le dire, était l'honorable Almirante qui s'était exprimé de cette manière lors d'une réunion restreinte en prétendant que Delle Chiaie serait entendu par le Procureur au sujet du massacre. Almirante avait, à plus d'une reprise, déclaré que Delle Chiaie était un provocateur au service du ministère de l'Intérieur et en particulier du préfet Federico Umberto D'Amato.

Almirante a déclaré qu'il était en possession de photographies montrant Delle Chiaie sortant du ministère de l'Intérieur. Il est vrai que Delle Chiaie a fait poser des affiches pour le candidat DC Petrucci dans la zone de Tuscolana en utilisant aussi ses propres éléments que je connaissais.

J'ai rapporté tout cela à Paglia au déjeuner, mais la discussion principale était centrée sur l'implication présumée de Delle Chiaie par Almirante dans les événements de Piazza Fontana.

On savait depuis des années, depuis 1965, dans le cadre du MSI, que Delle Chiaie était un provocateur qui agissait pour le compte du ministère de l'intérieur, des démocrates-chrétiens, etc. afin de faire monter le niveau de confrontation dans les manifestations. C'est moi qui ai invité Paglia à déjeuner, réalisant une tentative de l'éloigner de la zone de Delle Chiaie. Dans la soirée, le groupe a tenté de m'attaquer physiquement en essayant de connaître mes sources sur les attributions que j'ai faites à l'égard de l'œuvre de Delle Chiaie. Almirante a explicitement affirmé que Delle Chiaie était financé par le ministère de l'Intérieur. Au sein du Parti, cependant, cette question était d'actualité depuis des années, et la directive était donc de ne pas laisser nos éléments assister au siège de l'avant-garde nationale. Je dois cependant dire que, dans le même temps, nous savions que Delle Chiaie avait également des relations directes avec Almirante lui-même et qu'en 1975, alors qu'il était en fuite, Delle Chiaie s'est rendu au susdit, à la résidence parlementaire. C'est ce que m'a dit Almirante lui-même après cet épisode, ajoutant que la police, qui surveillait sa maison, avait reconnu Delle Chiaie mais ne l'avait pas arrêté ; ma femme et moi avons appris cette confidence chez Almirante. Je ne me rappelle pas qui d'autre était présent. Almirante a affirmé que la police ne voulait pas attraper Delle Chiaie parce qu'elle ne voulait pas qu'il parle.

La police avait demandé à Almirante lui-même de confirmer l'identité de l'invité.

C'est ce que l'Honorable Parlementaire nous a dit.

Je suis sûr qu'au moins deux fois, et toujours en 1975, Almirante a reçu Delle Chiaie. C'est ce qu'il a dit en discutant avec nous pendant le déjeuner".

Le récit de Baldoni, en plus de montrer les côtés moins nobles - pour utiliser un euphémisme - de la personnalité de Guido Paglia, démontre également l'ambiguïté fondamentale des dirigeants du MSI envers les terroristes fascistes et les groupes subversifs, qui ont réussi à maintenir ensemble des "condamnations" formelles et apparentes, des dénonciations d'activités provocatrices et des contacts étroits, jusqu'à la décision de rencontrer des fugitifs.

La collaboration entre l'An et le Bureau des affaires confidentielles est également rapportée par le capitaine Labruna, qui affirme en avoir eu connaissance par Giannettini et Guido Paglia. Cette circonstance est confirmée par les déclarations de Giannettini et par le célèbre rapport sur les "activités de l'Avant-garde nationale et des groupes connexes" remis par Guido Paglia au Sid et non transmis aux autorités judiciaires. Au contraire, le rapport a été utilisé, selon Vinciguerra, précisément comme preuve de la fiabilité du service à l'égard de Delle Chiaie, que Labruna a rencontré en Espagne peu après avoir reçu la note. Labruna a donc fait savoir à Delle Chiaie que les Sid savaient que l'implication de l'An dans le coup d'État Borghese était passée par la structure de renseignement du ministère de l'Intérieur, mais qu'ils avaient gardé le secret sur cette affaire.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 13:13


L'implication de Federico Umberto D'Amato dans l'attentat de Bologne pose de nombreuses questions.

Il devait fréquenter beaucoup de responsables de services secrets non italiens, et notamment Albert Raes... (club de Berne)

Ce dernier aurait peut-être des éléments intéressants sur Federico Umberto D'Amato.

Federico Umberto D'Amato connaissait bien Licio Gelli et la loge P2 (dont il était membre), ainsi que Stefano Delle Chiaie.

Ses liens avec l'OAS (Georges Bidault, Jean-Jacques Susini..) laissent penser qu'il en savait beaucoup sur Aginter Presse.

Sans oublier le père dominicain Félix Morlion.

Il était très lié à la CIA et à l'OTAN. L'existence du réseau Gladio ne devait pas être un mystère pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMar 11 Mai 2021 - 16:52


https://www.giornaledibrescia.it/sala-libretti/verso-il-28-maggio-la-spia-intoccabile-di-giuseppe-pacini-1.3578753

(...)

Nel libro «La spia intoccabile. Federico Umberto D'Amato e l'Ufficio Affari Riservati» Giacomo Pacini, sulla base di nuovi documenti, traccia l'attività dell'Uar e di colui che l'ha diretta per decenni come un vero e proprio servizio segreto pur non essendo giuridicamente riconosciuto come tale. L'Ufficio Affari Riservati è stato infatti durante gli anni della guerra fredda, l'organismo responsabile di una delle più spregiudicate e capillari infiltrazioni all'interno di partiti, sindacati e movimenti extra parlamentari, una sorta di polizia parallela che agiva in modo autonomo ed era in grado di tenere a libro paga centinaia d'informatori sparsi per tutta Italia. Tale ufficio fu sciolto all'indomani della strage di Piazza della Loggia dall'allora Ministro degli Interni Emilio Taviani.

(...)

(traduction)

Dans le livre "La spia intoccabile. Federico Umberto D'Amato e l'Ufficio Affari Riservati", Giacomo Pacini, sur la base de nouveaux documents, retrace l'activité de l'UAR et de l'homme qui l'a dirigée pendant des décennies comme un véritable service secret, même s'il n'était pas légalement reconnu comme tel. En effet, pendant les années de la guerre froide, l'Ufficio Affari Riservati a été l'organisme responsable de l'une des infiltrations les moins scrupuleuses et les plus capillaires au sein des partis, des syndicats et des mouvements extraparlementaires, une sorte de police parallèle qui agissait de manière autonome et était capable de garder à sa solde des centaines d'informateurs disséminés dans toute l'Italie. Ce bureau a été dissous à la suite du massacre de la Piazza della Loggia par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Emilio Taviani.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMer 12 Mai 2021 - 12:27


https://orvietosi.it/2021/05/la-storia-del-neofascismo-giovanile-e-del-movimento-sociale-italiano-dal-dopoguerra-agli-anni-della-contestazione/

(traduction d'un extrait)

68, en fait, au début, était un mouvement qui voyait des jeunes de droite et de gauche côte à côte, unis au nom d'une solidarité générationnelle anti-establishment qui a résisté jusqu'en mars 1968, à l'occasion de la soi-disant "bataille de Valle Giulia".

Cet affrontement très dur à la faculté d'architecture de Rome, avec le caractère violent de la réaction des étudiants contre les forces de l'ordre, sera le prélude aux années de plomb qui ensanglanteront la décennie suivante. À Valle Giulia, l'assaut contre la police est mené à la fois par l'aile gauche du mouvement étudiant et par le mouvement de droite, Avanguardia Nazionale Giovanile (avant-garde nationale de la jeunesse), dirigé par Stefano Delle Chiaie avec le soutien de Fuan Caravella, des représentants du MSI et de Primula Goliardia.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyJeu 13 Mai 2021 - 13:10


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-la-mano-di-gelli-tra-appunti-e-artigli-1.6355178

Strage, la mano di Gelli tra appunti e ’Artigli’

Processo ai mandanti, il giudice del crac del Banco Ambrosiano: "Non vidi mai l’iscrizione relativa a Bologna sul documento"

13 maggio 2021

(traduction)

Massacre, la main de Gelli entre les notes et les "griffes".

Procès des instigateurs, le juge de la faillite du Banco Ambrosiano : "Je n'ai jamais vu l'inscription relative à Bologne sur le document".

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyJeu 13 Mai 2021 - 13:16


https://incronaca.unibo.it/archivio/2021/05/12/2-agosto-l2019201cartiglio201d-di-gelli-ando-disperso-e-fu-ritrovato-dieci-anni-dopo

Sur la photo : le code du compte UBS à Genève ouvert par Licio Gelli et figurant dans l'en-tête du "Document de Bologne".

attentat de la gare de bologne - Page 9 Bolo10

_ _ _

(traduction)

Un document classé "hautement confidentiel". Mais sur lequel aucun numéro de série n'a jamais été placé. Il a donc été dispersé, puis retrouvé seulement en 1996 - dix ans après sa rédaction - dans les archives secrètes des services de sécurité de la Via Appia à Rome. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui Eugenio Spina, chef du Service de lutte contre l'extrémisme et le terrorisme intérieur, lors de la nouvelle audience du procès des instigateurs présumés du massacre de Bologne, à propos du "Document Artigli". Il s'agit de la note destinée au ministre de l'Intérieur, Amintore Fanfani, datée du 15 octobre 1987 et signée par le chef de la police de l'époque, Vincenzo Parisi. Un document dans lequel est relatée la rencontre, qui a eu lieu le 14 octobre, entre le directeur central de la police de prévention de l'époque, Umberto Pierantoni, et l'avocat de l'ancien chef de la P2, Licio Gelli, l'avocat Fabio Dean. Dean, qui, à cette occasion, a déclaré que le bureau dans lequel il se trouvait pouvait "faire beaucoup" pour "tout redimensionner", ajoutant que "parmi les documents saisis chez Gelli en 1982, il y a des notes contenant des informations confidentielles, qu'il appartiendra ensuite à Gelli d'endosser ou non, en fonction de la manière dont les questions seront posées". Une phrase intimidante, peut-être destinée à détourner l'attention des magistrats du "Document de Bologne", le billet confisqué à Gelli lors de son arrestation en Suisse le 13 septembre 1982, dont l'en-tête contenait le code du compte UBS d'où provenait, selon l'accusation, l'argent destiné à financer le massacre du 2 août.

"Ce document était classé "hautement confidentiel", mais en fait il ne pouvait pas l'être car il n'avait pas été correctement enregistré, le numéro de série manquait", a déclaré Spina dans sa déposition. Toujours selon le fonctionnaire, ce détail est apparu en 1996, lorsque le dossier a été saisi parmi d'autres dossiers dans les célèbres archives de la Via Appia. Lieu où a été retrouvé, entre autres, le morceau d'un appareil utilisé lors de l'attentat contre les trains d'août 1969, peu avant le massacre de Piazza Fontana. Ainsi, le "Document Artiglio" est resté inconnu pendant des années dans la Via Appia et "n'a jamais été transmis à aucune autorité judiciaire".

Lors de l'audience d'aujourd'hui a également été entendu le magistrat Renato Bricchetti qui, le 2 mai 1988, avait interrogé le chef du P2 dans le cadre de l'enquête sur la faillite du Banco Ambrosiano de Roberto Calvi. La banque d'où est parti, toujours selon l'accusation, le financement du massacre de Bologne. L'argent est arrivé entre les mains des terroristes non sans avoir transité par le compte UBS à Genève, déjà mentionné, dont le code était inscrit dans l'en-tête du "Document de Bologne". Un en-tête qui, cependant, a été omis du procès-verbal de l'interrogatoire mené par Bricchetti à Gelli. "Je confirme que je n'ai jamais vu cette partie du document et qu'il n'y avait aucune référence à Bologne dans l'ordonnance de mise en accusation de Gelli", a déclaré le magistrat. Ce dernier a déclaré que ce sont les agents du noyau de la police fiscale de la Guardia di Finanza de Milan qui ont été chargés de rédiger ce rapport. En particulier, Bricchetti mentionne le nom du maréchal Gaetano De Gennaro, "très rapide à la frappe". De Gennaro a fait l'objet d'une enquête avec un autre financier - un certain Francesco Carluccio - pour complicité et falsification idéologique en relation avec l'omission du titre du "Document de Bologne", mais a ensuite bénéficié d'un non-lieu car, entre-temps, les crimes étaient prescrits. À la fin de son mandat à la Guardia di Finanza, le maréchal De Gennaro a néanmoins été condamné pour huit délits de corruption, un délit de concussion et onze délits de collusion contre l'administration financière commis à partir de 1988. "Tant qu'il travaillait avec nous, je ne nourrissais aucun soupçon à son égard", a ajouté M. Bricchetti.

Enfin, dans l'après-midi, a également été entendu l'ancien procureur de Trévise, le juge Domenico Labozzetta, qui aurait dû témoigner le 28 avril dernier. Labozzetta a confirmé les phrases adressées, lors d'un procès pour le vol de la bijouterie "Giraldo" à Trévise, par l'avocat de Valerio Fioravanti de l'époque, Giovanni Cipollone, au juge Giancarlo Stiz, concernant un attentat planifié par les Nar - puis jamais réalisé - contre Stiz lui-même. En particulier, a expliqué Labozzetta, "ces phrases ont été adressées à Stiz par l'avocat à la fin de la première audience de ce procès, après laquelle le juge a été remplacé".

Lors de la prochaine audience, prévue vendredi, devraient comparaître les héritiers de Federico Umberto D'Amato, ancien chef du Bureau des affaires confidentielles du ministère de l'Intérieur - désigné par l'accusation comme l'un des instigateurs, financiers et organisateurs du massacre - et deux officiers de police, qui seront appelés à témoigner sur les relations entre Pierantoni et D'Amato.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyJeu 13 Mai 2021 - 21:57


https://www.antimafiaduemila.com/home/mafie-news/306-giustizia/83779-strage-di-bologna-dicitura-scomparsa-sugli-appunti-di-gelli.html

Strage di Bologna. Dicitura scomparsa sugli appunti di Gelli

13 Maggio 2021

(traduction)

Le massacre de Bologne. Entrée manquante dans les notes de Gelli

Renato Brichetti, aujourd'hui président de chambre à la Cour suprême, et ancien juge d'instruction qui s'est occupé de la faillite de Banco Ambrosiano, a témoigné devant la Cour chargée du procès concernant le massacre de Bologne du 2 août 1980 dans lequel sont accusés Paolo Bellini (comme auteur de l'attentat), Piergiorgio Segatel (pour tromperie) et Domenico Catracchia (pour faux).

Le sujet du témoignage était la disparition d'un manuscrit portant les mots "BOLOGNA- 525779-X.S" et contenant une série de transactions bancaires, trouvé dans le portefeuille de Licio Gelli le jour de son arrestation le 13 septembre 1982.

Les juges de l'époque qui ont enquêté sur la faillite de Banco Ambrosiano n'ont jamais pris la peine de demander à l'ancien chef de la P2 la référence à Bologne. Pourquoi ? Parce que cette même référence a été faite à la disparition.

En effet, après la saisie du document, les enquêteurs n'ont pas vu le libellé, c'est-à-dire qu'il manquait la couverture avec la mention "Bologne" et, par conséquent, lorsqu'ils ont interrogé Gelli - à deux reprises - les questions n'ont porté que sur les comptes de la Banque.

L'accusation est convaincue que derrière la faillite de la banque de Roberto Calvi, il y avait un agenda caché.

Bricchetti a déclaré : "Dans l'original, je suis sûr que je ne l'ai jamais vu. Des financiers à la disposition du bureau ont fait le travail de préparation des documents".

Deux d'entre eux (les financiers n.d.r.) ont été identifiés et mis en examen par les enquêteurs pour fausse idéologie et complicité. Ce sont Gaetano De Gennaro et Francesco Carluccio.

Leur position a déjà été déposée l'année dernière en raison de la prescription des crimes, mais selon le bureau du procureur général, les deux financiers sont responsables d'une série d'omissions et d'ajustements des papiers qui ont saboté les enquêtes sur l'Ambrosiano et le Massacre.

Au cours du procès, il a également été question du "Document Artigli", portant la signature de l'ancien chef de la police, Vincenzo Parisi, classé comme hautement confidentiel par le Viminale, dans lequel figure le résumé d'une rencontre entre l'avocat de Gelli, Fabio Dean, et Umberto Pierantoni, directeur central de la police de prévention.

Au cours de la réunion, Dean a dit à Umberto que les interrogatoires ne devaient pas aller trop loin à Bologne, sinon il serait obligé de "sortir ses griffes". Au vu de ces faits, pour le parquet, il s'agissait d'une " menace pour l'État ".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyVen 14 Mai 2021 - 21:12


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/14/news/strage_bologna_2_agosto_bellini_servizi_segreti_licio_gelli_p2-301019335/

2 Agosto. I servizi segreti sapevano la provenienza della borsa che trasportava la bomba di Piazza Fontana. Ma non lo dissero ai magistrati

14 MAGGIO 2021

(traduction)

Les services secrets connaissaient l'origine du sac contenant la bombe de la Piazza Fontana. Mais ils ne l'ont pas dit aux magistrats.

Un moment du procès du massacre de Bologne

Huitième audience. Le témoignage du fonctionnaire des Affaires réservées du Viminale, Mario Ciccioni, lors du procès des instigateurs du massacre de Bologne.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptySam 15 Mai 2021 - 10:10


https://messaggeroveneto.gelocal.it/udine/cronaca/2021/05/14/news/labozzetta-testimone-sulla-strage-di-bologna-1.40272950

Labozzetta testimone sulla strage di Bologna

14 MAGGIO 2021

(traduction)

Le témoin Labozzetta sur le massacre de Bologne

Parmi les témoins entendus hier au procès des instigateurs du massacre de Bologne, il y avait aussi Domenico Labozzetta, ancien procureur auprès du tribunal de Pordenone, qui a relaté ce qui s'est passé dans la salle du tribunal pénal de Trévise, où il était alors procureur, lors du procès des Nar en 1981 pour le vol de la bijouterie Giraldo et des menaces proférées par Valerio Fioravanti contre le juge Giancarlo Stiz.

Labozzetta, a substantiellement confirmé ce qu'il a dit lors du procès de Gilberto Cavallini, à savoir que les phrases menaçantes ont été rapportées à Stiz par l'avocat de Fiorvanti à la fin de la première audience de ce procès, après quoi le juge a été remplacé.

Au centre de l'audience de mercredi dernier, le document dit Artigli, daté du 15 octobre 1987 et classé "confidentiel", acquis par le parquet général de Bologne en 2018 dans les bureaux de la Direction centrale de la police de prévention, parce qu'il était considéré comme contenant des références à la Note de Bologne, à l'époque "il n'a pas été transmis à l'autorité judiciaire, ni au secrétariat du ministère de l'Intérieur et pas même au siège de la police" de Bologne.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptySam 15 Mai 2021 - 10:21


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-archiviato-il-factotum-di-licio-gelli-1.6364556

Strage, archiviato il factotum di Licio Gelli

15 maggio 2021

(traduction)

Accusations déposées contre l'introuvable factotum de Licio Gelli

Marco Ceruti a fait l'objet d'une enquête pour faux. Dans la salle d'audience, un ancien agent du Bureau des affaires confidentielles : "J'ai apporté des enveloppes mystérieuses à D'Amato et Pierantoni".

Des poursuites ont été engagées contre le factotum de Licio Gelli, Marco Ceruti, 81 ans, qui a fait l'objet d'une enquête pour falsification par les procureurs, ainsi que contre une autre personnalité, qu'il serait "prématuré de révéler" à l'heure actuelle, selon le bureau du procureur général. Ceruti devait être entendu il y a trois jours en tant que témoin dans le procès des "instigateurs" du massacre du 2 août 1980 - les accusés Paolo Bellini, le "cinquième homme" de la bombe ; Piergiorgio Segatel, tromperie ; Domenico Catracchia, falsification - mais, bien que localisé aux États-Unis, où il vit, il a déclaré qu'il "ne se souvenait pas" de son adresse et a produit un (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptySam 15 Mai 2021 - 10:43


https://www.ilfoglio.it/piccola-posta/2021/05/15/news/federico-umberto-d-amato-tra-spionaggio-e-strategia-della-tensione-2374482/

https://brina-brillo.medium.com/ridiscutiamo-della-strage-di-piazza-fontana-di-pinelli-di-calabresi-usando-il-nuovo-libro-di-3fdeed500bf

adriano sofri

Ridiscutiamo della strage di Piazza Fontana, di Pinelli, di Calabresi, usando il nuovo libro di Giacomo Pacini su Federico Umberto D’Amato,“la spia intoccabile”.

(traduction)

Reparlons du massacre de Piazza Fontana, Pinelli, Calabresi, en utilisant le nouveau livre de Giacomo Pacini sur Federico Umberto D'Amato, "l'espion intouchable".

Giacomo Pacini a 44 ans, il est de Grosseto, il étudie l'histoire contemporaine. Il y a dix ans, il avait publié un premier livre sur les affaires confidentielles, "Il cuore occulto del potere" (Nutriments). Il est de retour maintenant, avec une documentation plus complète (pas épuisée: des papiers apparaissent encore dans cette histoire): "L'espion intouchable", sous-titre: "Federico Umberto D'Amato et le bureau des affaires réservées". (Einaudi, pages XX-268).

D'Amato (1919-1996) était le maître incontesté - aucun métier n'est aussi farouchement empreint de rivalités que celui d'espion - des sales affaires italiennes, et en particulier d'Affari Riservati, le puissant service secret de facto, dépendant du ministère de l'intérieur, et pas souvent enclin à se soucier de la dépendance du ministre et du gouvernement, ainsi que de l'obligation de transmettre les nouvelles du crime à la justice. En particulier, l'UAR avait ses propres équipes dans chaque province - à Milan, dans les années des bombes, la plus célèbre, Squadra 54, sous les ordres du maréchal Alduzzi, «le meilleur» - et a pris le contrôle des bureaux politiques du quartier général de la police. Sinon le cœur, les entrailles mêmes de l'État.

Moi et le chef des affaires confidentielles

Commençons par le sujet piquant, chaud, comme vous préférez. En 2007, j'ai raconté, en deux longs épisodes dans Foglio (le premier n'était qu'une allusion), que j'avais rencontré D'Amato un soir. Je n'avais aucune autre raison de le faire, tant d'années plus tard, si ce n'est mon intolérance (je l'ai toujours) pour une reconstruction publique des années 60 et 70 qui oubliait généreusement jusqu'à quel point de cynisme, d'impitoyabilité, de violence et d'imbécillité l'État italien était allé dans tant de ses institutions et de ses hommes. Et l'hypocrisie de la reconstruction publique et le recours renouvelé à une violence d'Etat exquisément fasciste (Gênes 2001 a été une révélation répugnante) sont revenus pour induire certains jeunes dans la tentation d'une violence "juste".

En attendant, je republie mes deux articles

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptySam 15 Mai 2021 - 11:17


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/15/news/bologna_2_agosto_strage_licio_gelli_p2_servizi_segreti_paolo_bellini_federico_umberto_d_amato-301103307/

Bologna 2 Agosto.
L'ammissione della spia: "Ho fatto il postino tra i servizi segreti del Viminale e il piduista"

15 MAGGIO 2021

(traduction)

Bologne 2 août.
L'aveu de l'espion : "J'ai fait office de facteur entre les services secrets du Viminale et le piduiste".


Federico Umberto D'Amato a continué à être un informateur de la Direction centrale de la police de prévention jusqu'en 1987. Nom de code "Pasquale".

Federico Umberto d'Amato, ancien responsable des affaires réservées du ministère de l'Intérieur, après avoir été démis de ses fonctions à la suite du scandale de son appartenance à la loge P2 de Licio Gelli, et alors même qu'il était désormais à la retraite, a continué à entretenir des relations avec les plus hautes sphères de l'espionnage et à être rémunéré comme "source". L'homme de l'État, accusé par le parquet général de Bologne d'avoir eu un rôle déterminant dans le massacre du 2 août 1980, a continué à travailler comme agent secret jusqu'en 1987, avec un nom de code, "Pasquale", et avec la tâche de gérer d'autres informateurs.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyDim 16 Mai 2021 - 6:38


https://necrologie.gazzettadimodena.gelocal.it/news/123361

L’invocazione di Mattarella: verità sugli anni di piombo

AGGIORNATO ALLE 23:22 - 15 MAGGIO

(traduction)

L'invocation de Mattarella : la vérité sur les années de plomb

(...)

Le président de la Chambre des députés, Roberto Fico, demande aux institutions de "continuer à rechercher avec détermination et sans hésitation la vérité sur les nombreuses pages sombres de ces années", en surmontant "les tromperies, les complicités et les omissions mises en place par des secteurs déviants de l'État". Puis annonce : "Dans les prochains jours, je demanderai au Bureau de la Chambre des Députés de déclassifier les documents sur lesquels il a été apposé par la Commission des massacres le cachet "Secret".

Il suffit de dire que, de 1969 au milieu des années 80, la violence pour des raisons politiques a fait plus de 360 morts et 4 000 blessés : la nécessité d'une vérité complète - vérité qui, comme le dit le président de l'association des victimes du massacre de Bologne Paolo Bolognesi, rencontre "encore trop de pierres d'achoppement" - n'est plus reportée. -


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyDim 16 Mai 2021 - 10:27


https://milano.repubblica.it/cronaca/2021/05/14/news/torna_il_mistero_nella_strage_di_piazza_fontana_l_agente_segreto_rivela_le_sue_indagini_sulla_borsa_degli_attatori-301040977/

Torna il mistero nella strage di piazza Fontana: l'agente segreto rivela le sue indagini sulla borsa degli attentatori

14 MAGGIO 2021

(traduction)

Le mystère dans le massacre de Piazza Fontana revient : l'agent secret révèle ses investigations sur la valise des assaillants

Pendant le procès sur le massacre de Bologne a été interrogé Mario Ciccioni, qui travaillait à l'époque au Bureau des Affaires Réservées du Ministère de l'Intérieur : et pour la première fois il a raconté ses contrôles dans les magasins de valises de Padoue qui ont été cachés de la magistrature

Un ancien indice est renforcé, un autre mystère dans un mystère. Un agent des services secrets, interrogé hier sur le massacre de Bologne, a raconté à la Cour d'assises un détail intéressant sur le massacre de Piazza Fontana, la "mère de tous les massacres". Il s'est produit le 12 décembre 1969 et est considéré non seulement par les historiens, mais aussi par la justice, comme un massacre néo-fasciste.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyDim 16 Mai 2021 - 10:55


https://www.iassp.org/2021/02/umberto-federico-damato-e-lintelligence-italiana/

UMBERTO FEDERICO D’AMATO E L’INTELLIGENCE ITALIANA

(traduction)

Nous n'avons pas l'intention de faire un résumé, même exhaustif, du rôle de l'Uaar dans notre pays et en particulier du rôle joué par Umberto Federico d'Amato car il s'agit d'événements qui ont été étudiés aussi bien dans le cadre de l'historiographie contemporaine grâce aux travaux d'Aldo Gianulli que dans le cadre judiciaire grâce à Carlo Mastelloni. Notre intention est plutôt de formuler une série de considérations générales sur un essai très bien documenté, publié par Einaudi et signé par Giacomo Pacini, intitulé La spia intoccabile.

(...)

Cela nous amène à supposer raisonnablement que des structures de renseignement confidentielles peuvent encore exister aujourd'hui, comme l'a indiqué par ailleurs - bien que de manière allusive - Marco Giaconi rappelant la disparition de Francesco Gironda dans un article du 26 janvier 2020 publié par la revue Babilon. Douzième considération : le fait que les Uaar aient également joué un rôle dans la stratégie de la tension est une conclusion qui émerge assez clairement dans les derniers chapitres de l'essai. Et c'est encore une fois un aspect dramatique et inquiétant à la fois. Au moins autant que les liens que D'Amato avait avec Gelli et Pazienza. En fait, depuis les années 1970, D'Amato était parfaitement au courant des activités de Gelli et en avait informé la CIA, les services de renseignement français et belges.

Néanmoins, il a rejoint la P2 - pour s'infiltrer ? - et quand son nom est apparu, il n'a jamais été attaqué et sa carrière n'a jamais été affectée. Enfin, une dernière réflexion : le modus operandi de l'office - comme celui des services de sécurité militaire - a été construit de telle sorte que seules certaines informations parvenaient au sommet politique et, surtout, aux magistrats. En fait, les informations ont été soigneusement filtrées et réélaborées. En grande partie, certainement, dissimulée. Il est difficile de ne pas observer comment l'opinion publique est restée ignorante des intrigues de ce théâtre de marionnettes et de marionnettistes, sordide et dramatique à la fois.

_ _ _

https://www.nutrimenti.net/wp-content/uploads/2017/06/ES_Cuore_occulto.pdf

attentat de la gare de bologne - Page 9 Raes10

(traduction)

Mais surtout, écrit-il, «tout le monde» devait se souvenir que, bien avant le déclenchement de l'affaire P2, il avait rapidement informé les services secrets alliés des activités de Gelli, leur fournissant «les adresses de leurs intérêts respectifs (à Paris, Bruxelles , New York, Los Angeles) où j'ai compris que Gelli avait des correspondants. Ces services sont également prêts à confirmer ce que je déclare ». En particulier, depuis 1977, il avait transmis à la section italienne de la CIA toutes les informations possibles sur Gelli et, il s'est adressé à Rognoni de manière controversée, si le ministre n'était pas informé de tout cela, il pouvait le vérifier en personne en parlant à M. Allen Morril, le fonctionnaire de l'ambassade des États-Unis en charge des liens entre la CIA et les services secrets italiens. Mais aussi le représentant des Sdece (services secrets étrangers français) en Italie, M. Sanson, avait été informé du trafic de Gelli et la même chose s'était produite avec les services secrets belges, dont le chef, Albert Raes, lui avait également adressé une lettre dans laquelle il confirmait avoir reçu de ses mains des informations exhaustives sur P2 dès les années soixante-dix.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyLun 17 Mai 2021 - 12:18


Sur Federico Umberto D'Amato

La spia intoccabile
Giacomo Pacini

(traduction)

La figure de Federico Umberto D'Amato, par contre, est encore aujourd'hui très peu connue, bien qu'il ait été certainement l'exécutif le plus important et le plus influent de la Uar, détenant pendant des années un pouvoir si vaste qu'il lui permettait de conditionner même les choix politiques des différents ministres de l'Intérieur en fonction. Estimé et respecté également au niveau international, après sa mort (survenue le 1er août 1996), l'une des salles les plus prestigieuses du siège de l'OTAN à Bruxelles a été dédiée à sa mémoire ; un "honneur" posthume jamais obtenu par aucun membre des services secrets italiens. Chef de l'Uar pendant les années dramatiques de la stratégie dite de la tension, on ignore encore aujourd'hui le rôle qu'il a joué dans ces événements et en particulier dans la tromperie qui a suivi le massacre de Piazza Fontana le 12 décembre 1969.

(...)

Outre les cas de Marisa Musu et de Rita, une autre démonstration de l'importance de la figure de D'Amato, déjà au milieu des années soixante, non seulement au sein de l'Uar, mais dans l'ensemble des appareils de sécurité de l'État, réside dans le fait qu'au cours de l'année 1965, sur indication expresse de Taviani, il devient le représentant italien auprès de l'Office pour la sécurité intérieure du Pacte Atlantique (Uspa). Il s'agissait d'une reconnaissance exceptionnelle, étant donné que jusqu'alors, seuls des hommes de Sifar avaient été admis dans cet organe. Dès sa création, en effet, l'OTAN avait prévu l'institution, à son siège de Paris (puis de Bruxelles), d'un bureau spécial pour la sécurité intérieure de chaque pays adhérant à l'Alliance, qui avait la tâche spécifique de délivrer ce que l'on appelle le Nos (Secret clearance), cette sorte d'approbation par laquelle des personnes ou des entreprises sont autorisées (si elles ont des raisons fondées) à accéder à la documentation confidentielle des services secrets. Grâce à la présence de D'Amato au sein de l'Uspa, l'Uar a également acquis la faculté d'accorder le Nos, auparavant compétence exclusive du Sifar. Dans ses mémoires, Taviani écrit que, dans une première phase, pour surmonter la résistance des commandements de l'OTAN à l'arrivée d'un "civil" à l'Uspa, "j'ai également dû intervenir auprès de mes amis nord-américains". Lors d'une précédente audition devant la Commission des événements extraordinaires, il avait affirmé qu'il voulait à tout prix nommer un "civil", car les militaires italiens "sentaient trop le complexe américain". "C'est l'histoire, explique-t-il, de la souveraineté dite limitée", alors que D'Amato, selon lui, "en tant que culture était clairement anti-américain et pro-français".

Des affirmations dont il faut prendre acte, même si plus d'un doute subsiste quant au prétendu "anti-américanisme" de D'Amato, compte tenu des liens étroits qu'il entretenait (comme nous le verrons plus loin) avec les services américains dès le début de sa carrière.

Parallèlement à son entrée à l'Uspa, D'Amato devient également le chef de la délégation italienne au Comité de sécurité de l'OTAN, un organe supranational qui se réunit périodiquement à Bruxelles et qui est composé des principaux services de renseignement des pays de l'OTAN chargés de la subversion, du terrorisme et de la sécurité intérieure. Le Comité de sécurité dépendait directement du Secrétaire général de l'OTAN et sa tâche consistait, entre autres, à élaborer des études et des évaluations sur la situation politique des pays membres du Pacte atlantique par rapport aux menaces éventuelles dues aux activités illégales de personnes ou de groupes nationaux et étrangers. Au sein du Comité, les réunions se tenaient sur la base d'un ordre du jour dit "permanent" (qui analysait les relations des différents États avec les pays du Pacte de Varsovie) et d'un ordre du jour "courant", qui prévoyait l'échange d'informations sur la situation politique interne de chaque membre de l'OTAN. La prise en charge de ce secteur spécifique, du côté italien, était confiée aux services de sécurité du ministère de l'Intérieur (d'où le rôle de D'Amato), tandis que l'espionnage et le contre-espionnage étaient assurés par des officiers des services secrets militaires.

Et ce n'est pas tout : dans la seconde moitié des années 1960, D'Amato est également le principal responsable de la création (en l'occurrence en dehors de l'OTAN) d'une autre structure supranationale conventionnellement appelée " Club de Berne " (sur laquelle nous reviendrons plus en détail), dont la tâche était de coordonner et d'harmoniser le travail des principales forces de police européennes. Bien que dépourvu d'une véritable organisation interne, cet organe a commencé à réunir périodiquement des représentants des principaux services de police d'Europe occidentale, devenant très vite un "observatoire" faisant autorité sur les mouvements étudiants et extraparlementaires.

À la fin des années 1960, l'Uar n'était donc pas seulement définitivement sortie de sa position de "petit frère" des Sifar (qui, en novembre 1965, avaient changé de nom pour devenir le Defence Intelligence Service, Sid), mais était également devenue à toutes fins utiles un organe de renseignement moderne, reconnu et respecté en tant que tel sur la scène internationale. D'Amato a joué un rôle décisif dans la réalisation de ces objectifs.

A la tête des Affaires Confidentielles, premier non-militaire admis à l'Uspa, chef du Club de Berne, homme de confiance de Taviani, il n'est pas exagéré d'affirmer qu'il était devenu le fonctionnaire le plus puissant de l'appareil de sécurité italien.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMer 19 Mai 2021 - 19:13


https://www.meteoweek.com/2021/05/19/strage-di-bologna-la-testimonianza-di-giancarlo-di-nunzio-non-convince-cpe/

Strage di Bologna, la testimonianza di Giancarlo di Nunzio non convince

19 Maggio 2021, 18:15

(traduction)

Massacre de Bologne, le témoignage de Giancarlo di Nunzio n'est pas convaincant

Audition de Giancarlo Di Nunzio dans le cadre du procès sur le massacre de Bologne en 1980. Ses déclarations, cependant, ne sont pas convaincantes.

Ce matin, dans le cadre du procès sur le massacre de Bologne du 2 août 1980, le témoin Giancarlo Di Nunzio a été entendu. Un témoignage de plus de trois heures caractérisé par de nombreuses contradictions et omissions.

Le témoignage

Pendant le témoignage, Francesco Caruso, le président de la Cour d'assises, a dû intervenir à plusieurs reprises et a admonesté le témoin : "Vous vous êtes engagé à dire toute la vérité. Si vous niez ce que vous avez déclaré précédemment, votre témoignage devient totalement non fiable". Giancarlo Di Nunzio, en effet, répondait à plusieurs reprises aux questions par plusieurs "je ne me souviens pas".

Giancarlo Di Nunzio est le neveu de Giorgio Di Nunzio, décédé en 1981 et considéré par le bureau du procureur général comme l'un des premiers bénéficiaires de l'argent utilisé pour financer le massacre. Il est question de 240 mille dollars crédités le 3 septembre 1980 sur le compte courant de la TDB de Genève. Un compte détenu également par Giancarlo. En fait, nombre des questions qui lui ont été posées concernaient précisément cet argent. Le témoin, lorsqu'il a été entendu en 2018, a déclaré ne pas reconnaître sa signature. Aujourd'hui, cependant, Giancarlo Di Nunzio a admis l'avoir reconnu. Pour justifier le compte détenu en copropriété avec son oncle, le témoin a déclaré que Giorgio Di Nunzio "devrait subir une opération du cœur en Suisse" et qu'il devrait gérer l'argent pour cette opération. Toutes ces explications n'ont cependant pas convaincu les juges.

_ _ _

Sur ce compte, voir

https://www.laregione.ch/estero/estero/1510246/strage-gelli-bologna-aula-licio

_ _ _

Giorgio Di Nunzio, un courtier en affaires décédé en 1981, est considéré par l'accusation comme la courroie de transmission de l'argent de Gelli entre la Suisse et l'Italie.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyMer 19 Mai 2021 - 20:52


https://incronaca.unibo.it/archivio/2021/05/19/mandanti-2-agosto-il-nipote-del-cambia-valute-menti-sui-conti-svizzeri-dello-zio

Mandanti 2 agosto, il nipote del cambiavalute mentì sui conti dello zio

19 maggio 2021

Giancarlo Di Nunzio non rivelò di essere cointestatario del conto su cui sarebbero transitati i soldi di Gelli

(traduction)

Instigateurs du 2 août - le neveu du courtier a menti sur les comptes de son oncle.

Giancarlo Di Nunzio n'a pas révélé qu'il était copropriétaire du compte sur lequel aurait transité l'argent de Gelli

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyJeu 20 Mai 2021 - 8:06


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-il-giallo-dellarchivio-da-far-sparire-1.6383212

Strage, il giallo dell’archivio "da far sparire"

Le contraddizioni di Giancarlo Di Nunzio, nipote del cambiavalute di Gelli: "Nessun nascondiglio". I giri di denaro dai conti in Svizzera

20 maggio 2021

(traduction)

Le massacre, le mystère de l'archive "à faire disparaître".

Les contradictions de Giancarlo Di Nunzio, neveu du courtier ("changeur de monnaie") de Gelli : "Pas de cachette". La circulation de l'argent des comptes en Suisse.

Trois heures de questions (ciblées) et de réponses (certaines absurdes et peu crédibles). Comme celle donnée par le témoin sur les 240 000 dollars crédités sur son compte en Suisse par Marco Ceruti : "Par qui ?". Contredit par les actes et par ses témoignages passés, repris par les magistrats et les avocats (tous), à la fin, même "admonesté" par le Président de l'Assise qui juge les instigateurs (morts) du massacre de la gare de 1980 (avec Paolo Bellini, complot ; Piergiorgio Segatel, tromperie ; Domenico Catracchia, faux). "Parce que - a tonné le juge Francesco Maria Caruso - s'il nie ce qu'il a précédemment déclaré, son témoignage devient peu fiable". L'argent. C'était le jour de Giancarlo Di Nunzio, bras droit et neveu de Giorgio di Nunzio (mort le 24 octobre 1981), le changeur de monnaie et courtier en affaires qui, selon le bureau du procureur général, a été le premier bénéficiaire de l'argent destiné à financer le massacre. (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyJeu 20 Mai 2021 - 13:44


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/20/news/2_agosto_bologna_strage_bellini_licio_gelli_servizi_segreti_di_nunzio_p2-301831940/

Bologna 2 Agosto. Testimonianze contrastanti, la Corte valuta il confronto all'americana

20 MAGGIO 2021

(traduction)

Bologne 2 août. Témoignages contradictoires, la Cour envisage une confrontation à l'américaine

Les contradictions entre Giancarlo Di Nunzio et son cousin Roberto, neveu et fils du courtier ("changeur de monnaie") qui a géré l'argent du massacre à partir des comptes suisses de Licio Gelli.


Il y aura une confrontation à l'américaine entre Giancarlo Di Nunzio et Roberto Di Nunzio. Les deux cousins, respectivement neveu et fils de Giorgio, seront bientôt devant la Cour d'Assises pour comprendre, en substance, lequel des deux ment. Cette décision a été prise par le président du même tribunal, Francesco Caruso, qui a déclaré dans la salle d'audience : "à ce stade, nous avons besoin d'une confrontation entre vous et votre cousin" et a annoncé une décision qui pourrait être prise dans les prochains jours. Le témoignage de Giancarlo Di Nunzio, très proche de son oncle Giorgio (qui, selon les enquêteurs, a été le premier bénéficiaire de l'argent destiné à financer le massacre du 2 août 1980 à la gare de Bologne), est en effet divergent sur plusieurs points des propos de Roberto.

La neuvième audience du procès sur l'attentat contre Paolo Bellini, Piergiorgio Segatel et Domenico Catracchia - qui analyse également le rôle joué par les commanditaires et les financiers du massacre - a été caractérisée par les contradictions de Giancarlo Di Nunzio. Tellement évident que le président Caruso est intervenu à plusieurs reprises pour interpeller le témoin, lui rappelant qu'"il s'est engagé à dire la vérité, et s'il nie ce qu'il a précédemment déclaré, son témoignage devient complètement non fiable".

L'une des questions cruciales était celle des 240 000 dollars crédités le 3 septembre 1980 sur le compte bancaire genevois détenu conjointement avec Giorgio (décédé en 1981) par Marco Ceruti, le factotum du dirigeant de la P2 Licio Gelli. Le témoin a déclaré qu'il ne savait rien de cette transaction et qu'il ne connaissait absolument pas Ceruti. Cela a été contredit par les déclarations de son cousin, qui avait dit qu'il y avait des relations plutôt étroites entre les deux. De plus, Di Nunzio, entendu au cours de l'enquête, avait déclaré qu'il ne reconnaissait même pas la signature déposée à la banque pour le compte, ce qu'il a rétracté au tribunal, disant qu'il avait nié parce qu'il était confus par les questions qui lui étaient adressées par les enquêteurs. Interrogé sur la raison pour laquelle il était cotitulaire du compte et pourquoi il avait reçu de son oncle une procuration sur un autre compte suisse, le témoin a répondu que Giorgio Di Nunzio devait subir une opération du cœur en Suisse et qu'il aurait donc dû gérer l'argent pour l'opération, le séjour à l'hôpital et les autres dépenses, une réponse qui n'a toutefois pas convaincu le procureur général.

Di Nunzio a ensuite affirmé, contrairement à son cousin Roberto, qu'il ne lui semble pas que son oncle connaissait l'ancien chef du Bureau des affaires réservées du ministère de l'Intérieur, Federico Umberto D'Amato, tenu par les enquêteurs pour l'un des instigateurs, organisateurs et financiers du massacre, tandis qu'il a admis que lui et son oncle connaissaient l'ancien sénateur du MSI et directeur de "Il Borghese", Mario Tedeschi (également accusé d'avoir eu un rôle dans l'attentat) et le facendiere Francesco Pazienza (condamné pour tromperie). Quant à ce dernier, il a déclaré l'avoir rencontré deux fois en 1981, même si au cours de son témoignage il a donné des dates différentes concernant la première rencontre. De plus, Pazienza lui-même a demandé, dans une lettre envoyée à la Cour par son avocat, à être entendu comme témoin dans ce procès, comme il l'a fait, sans succès, lors du procès de Gilberto Cavallini (condamné à la prison à vie pour complicité dans le massacre). Une question sur laquelle la Cour se prononcera à l'avenir.

Une autre contradiction relevée concerne le fait que Giancarlo Di Nunzio a nié avoir remis à son cousin, en deux versements dans un délai d'environ dix ans après la mort de son oncle, 190 millions de lires en espèces à titre d'héritage. Il y a trois ans, cependant, selon ce que lui a rappelé le substitut Umberto Palma, il n'a pas nié ces transferts d'argent, mais a dit qu'il ne se souvenait pas s'il avait remis l'argent en espèces ou sous forme de chèques et qu'il ne connaissait pas leur origine. Enfin, toujours en contraste avec ce que son cousin a dit, il a nié que dans son bureau de Via Bruxelles à Rome, également utilisé par son oncle, il y avait une archive avec des documents importants : archive qui, selon le témoignage de Roberto Di Nunzio, certaines personnes présentes aux funérailles le jour de la mort de son père auraient dit qu'il fallait la faire disparaître.

Dans la matinée a ensuite été entendue Melania Rizzoli, veuve de l'ancien rédacteur en chef du "Corriere della Sera" Angelo Rizzoli (membre de la P2) et actuelle conseillère pour le travail de la région Lombardie. Son témoignage porte sur la prise de contrôle du "Corriere" dans les années 70, le rôle de Banco Ambrosiano dans l'affaire, les relations de son mari avec Francesco Cossiga et Roberto Calvi et une rencontre, rapportée par Rizzoli dans un mémoire, entre le directeur, Calvi, Pazienza et D'Amato.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyVen 21 Mai 2021 - 8:45


https://www.antimafiaduemila.com/home/mafie-news/306-giustizia/83905-strage-di-bologna-le-contraddizioni-del-teste-giancarlo-di-nunzio.html

Strage di Bologna: le contraddizioni del teste Giancarlo Di Nunzio

AMDuemila 20 Maggio 2021

(traduction d'un extrait)

Massacre de Bologne : les contradictions du témoin Giancarlo Di Nunzio

(...)

Au cours de la matinée a également été entendue Melania De Nichilo Rizzoli, veuve d'Angelo Rizzoli et actuelle conseillère régionale pour le travail de Lombardie. Son témoignage porte sur le rachat du Corriere della Sera à la fin des années 70, le rôle de Banco Ambrosiano dans l'affaire, les relations entre son mari et Francesco Cossiga, celles avec Roberto Calvi, ainsi que la rencontre entre Rizzoli, Francesco Pazienza et Federico Umberto D'Amato.

Un autre témoin appelé par le tribunal est le capitaine Cataldo Sgarangella de la Guardia di Finanza, qui a fait état des avoirs de Giancarlo Di Nunzio en particulier entre 1982 et 1984, année où il aurait ramené de l'étranger en Italie environ 482 700 dollars. Le Capitaine a également analysé les ressources économiques dont disposait Federico Umberto D'Amato, ancien chef du bureau des affaires confidentielles du ministère de l'intérieur, dont le niveau de vie à la fin des années 1970 et dans les années 1980 a été considéré par les enquêteurs comme incompatible avec son salaire.

Prochaine audience

Demain, sera entendu l'ancien Nar Gilberto Cavallini, condamné en première instance à la prison à vie, en janvier 2020, pour complicité dans le massacre de Bologne.

Cavallini - accusé du même crime pour lequel est jugé aujourd'hui l'ancien avant-gardiste national Paolo Bellini - avait fait savoir ces dernières semaines par l'intermédiaire de son avocat, Gabriele Bordoni, qu'il aurait préféré ne pas être convoqué. Pourquoi ? Il fera usage de la faculté de non-réponse.

Mais le président de la cour d'assises, Francesco Caruso, a expliqué qu'il ne pouvait pas autoriser un témoin à ne pas se présenter devant la cour, donc l'ancien Nar devra quand même se présenter devant les juges, et ensuite choisir de ne pas répondre aux questions.

Outre Cavallini, trois autres témoins seront entendus lors de la prochaine audience : le journaliste Gian Antonio Stella, le critique gastronomique Edoardo Raspelli, qui devra rendre compte de sa relation avec Federico Umberto D'Amato, en particulier en ce qui concerne la période pendant laquelle tous deux ont collaboré à L'Espresso, et enfin l'antiquaire Agostino Vallorani, qui devra expliquer aux procureurs sa relation avec Bellini et les protections dont bénéficiait ce dernier. La Cour d'Assises a également autorisé la projection, toujours lors de la prochaine audience du vendredi 21 mai, d'une interview de Licio Gelli - considéré par les enquêteurs comme l'un des instigateurs, organisateurs et financiers du massacre avec D'Amato, Umberto Ortolani et Mario Tedeschi - donnée à l'émission de télévision "Bersaglio Mobile". La défense de Bellini s'était opposée à ce que l'entretien soit entendu, mais la Cour en a décidé autrement.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 EmptyVen 21 Mai 2021 - 14:24


https://www.ansa.it/emiliaromagna/notizie/2021/05/21/strage-bologna-teste-cavallini-fa-scena-muta-in-aula_9e93ec7b-9393-4f33-8539-0c6c26eddf5f.html

Strage Bologna: teste Cavallini fa scena muta in aula

Per pochi secondi ha incrociato l'imputato Paolo Bellini

21 maggio 2021

(traduction)

Massacre de Bologne : le témoin Cavallini fait une apparition muette dans la salle d'audience

Pendant quelques secondes, il a croisé le chemin de l'accusé Paolo Bellini.

L'ancien NAR Gilberto Cavallini, condamné en première instance, en janvier 2020, à la prison à vie pour complicité dans le massacre du 2 août 1980, s'est assis à nouveau dans une salle d'audience du tribunal de Bologne pour témoigner devant la Cour d'assises dans le nouveau procès sur la bombe du 2 août 1980. Appelé comme témoin assisté dans le cadre du procès dans lequel l'ex Avanguardia Nazionale, Paolo Bellini, est le principal accusé pour complicité dans le massacre, il a fait usage de la faculté de ne pas répondre (comme il l'avait déjà annoncé) et n'a plus prononcé un mot.

Casquette sur la tête et regard bas, Cavallini a croisé le chemin de Bellini, présent aujourd'hui au tribunal, pendant quelques secondes. Même avec les journalistes, Cavallini n'a pas voulu parler, se limitant à dire "bon travail, merci, je n'ai rien à dire".

Une fois son témoignage terminé, Cavallini est parti avec ses deux avocats, Gabriele Bordoni et Alessandro Pellegrini.

_ _ _

Voir aussi

https://corrieredibologna.corriere.it/bologna/politica/21_maggio_21/strage-bologna-aula-l-incontro-ravvicinato-gli-ex-estremisti-neri-cavallini-bellini-74d73244-ba1d-11eb-addf-6baceb6729df.shtml


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
attentat de la gare de bologne
Revenir en haut 
Page 9 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 12 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: