les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
23.75 € 42.99 €
Voir le deal

 

 attentat de la gare de bologne

Aller en bas 
+4
michel-j
frederic lavachery
Limir
michel
8 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 12 ... 16  Suivant
AuteurMessage
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyMer 28 Avr 2021 - 8:43


Bellini told in 2014 that he never got in contact with Delle Chiaie.

That may not be true: his brother, Guido Bellini, was associated with Gaetano Orlando, far right element that was in Madrid with Delle Chiaie and former member of MAR, Movimento di Azione Rivoluzionaria (Gaetano Orlando to judge Zincani 07/03/84).

Another Italian, Gianfanco Maggi, that was detained with murder accusation and restrained with Bellini, told to judges that he was a member of a group leaded by Guido Bellini that stole ancient furnishings and he was told that Paolo Bellini was helped by Delle Chiaie and Orlando in South America, that he reached through Spain that he reached dressed as a monk with the complicity of Don Artoni (that, effectively, was later charged with aiding and abetting of Bellini), and when he came to Paraguay he also stayed in contact with a Nazi wanted for the Jews extermination (Gianfranco Maggi to judge Luzza 15/03/83).

Another inmate, Dino Bartoli, detained with theft accusations, told to judges that he was contacted by the important Italian judge Elio Bevilacqua (freemason, later accused of the destruction of the body of Antonio Vittorio, a freemason and pharma exec involved in corruption that allegedly poisoned himself and forgot two masonic clothes in a taxi; the letters that he wrote before dying were allegedly destroyed by unknown hands), that asked him to obtain information on Bellini and the Bologna massacre through Gianfranco Maggi, close with Luciano Ugoletti, a member of the criminal group led by Guido Bellini. Restrained on the same cell, Bartoli was told by Ugoletti that the 2 august 1980, day of Bologna massacre, Ugoletti and Bellini accompanied Delle Chiaie, Orlando, Elio Massagrande and a unknown German manto the Bologna train station, where they placed a bomb and were later rescued to a safe house that was prepared before.

Later Bartoli was told by Maggi that Massagrande wasn't present at the event. This information, Maggi told to Bartoli, was obtained through Guido Bellini that allegedly confirmed his brother's participation in the massacre (Dino Bartoli to judges Luzza and Zincani 21/04/83).

Words that were later confirmed that day by the same Maggi (Gianfranco Maggi to judge Luzza, Zincani and Castaldo 15/03/83).

Even an Italian police information note indicate ties between Paolo Bellini and Delle Chiaie entourage: the far right extremist was close with Piero Carmassi, friend of Delle Chiaie, Coltellacci and Adriano Tilgher (son of Mario Tilgher, P2 member) and living in Paraguay with Massagrande (Italian police information note 16/03/83 with subject: "Bellini Paolo").

_ _ _

A noter cependant : Stefano Delle Chiaie et Gaetano Orlando se détestaient et on les voit mal dans la même voiture...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyJeu 29 Avr 2021 - 11:22


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/04/28/news/strage_2_agosto_processo_bellini_sismi_p2_licio_gelli_mandanti_strage-298541852/

Bologna 2 Agosto. Il faccia a faccia tra il giudice e l'agente del Sisde per scoprire le menzogne

L'approfondimento. Il confronto all'americana organizzato dai magistrati di Bologna per inchiodare Quintino Spella

28 APRILE 2021

(traduction)

Bologne, 2 août. Le face à face entre le juge et l'agent de la Sisde pour découvrir les mensonges

Analyse en profondeur. La confrontation à l'américaine organisée par les magistrats de Bologne pour coincer Quintino Spella

Bologne - "Je le reconnais, même à 40 ans de distance, j'en suis certain". Une confrontation à l'américaine est à la base de l'accusation de tromperie portée par le parquet général de Bologne à l'encontre de Quintino Spella, ancien chef du Sisde de Padoue. Il a été condamné par l'ancien juge Giovanni Tamburini, le magistrat qui l'a rencontré à la mi-juillet 1980 pour lui dire qu'un prisonnier l'avait averti du massacre : "Début août, il y aura un attentat qui fera la une des journaux du monde entier".

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptySam 1 Mai 2021 - 10:54


https://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/strage-i-servizi-il-generale-non-ce-ne-parl%C3%B2-1.6311260

Strage, i Servizi: "Il generale non ce ne parlò"

Gli ex 007: "Da Spella nulla sull’informazione dell’attentato imminente. Al Sisde di Padova clima teso e notizie che arrivavano dopo giorni"

(traduction)

Massacre, les services : "Le général ne nous en a pas parlé".

L'ancien 007 : "Rien de Spella sur l'information de l'attaque imminente. A la Sisde de Padoue, une atmosphère tendue et des nouvelles qui arrivent après des jours".

Un "climat détérioré", de "désorganisation", où souvent les nouvelles arrivaient à une distance de "deux ou trois jours", et beaucoup apprenaient "de l'ANSA ou des journaux". Et avec un supérieur, le général et chef du centre Quintino Spella, "qui voulait centraliser tout le pouvoir sur lui-même sans déléguer aux fonctionnaires". Avec qui "il y avait de la méfiance et des tensions". C'est la coupe transversale de la Sisde de Padoue qui provient de trois anciens 007 entendus hier comme témoins dans le procès sur les instigateurs du massacre de la gare.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptySam 1 Mai 2021 - 11:01


attentat de la gare de bologne - Page 8 Sega10


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptySam 1 Mai 2021 - 17:58


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/01/news/strage_bologna_2_agosto_mandanti_bellini_sisde_p2_gelli_servizi_segreti-298899021/

Bologna 2 Agosto. Lo scontro interno al Sisde di Padova tra Spella i e suoi funzionari

01 MAGGIO 2021

(traduction)

Bologne, 2 août. L'affrontement interne au sein de la Sisde de Padoue entre Spella et ses fonctionnaires

Le témoignage de Massimo Iadanza.   Chronique de la quatrième audience.   Le témoignage du 007 vénitien : "Nous n'avons jamais eu connaissance d'un attentat en préparation ni des rencontres entre le chef du centre et le juge Tamburino".

Bologne - "Spella n'a pas partagé d'informations avec nous. Il avait un caractère difficile et il régnait dans le bureau un climat de tension. Pendant ces mois, nous n'avons jamais eu connaissance d'une éventuelle attaque". Dans les jours qui ont suivi le massacre, il y avait de l'animosité entre le chef de la Sisde de Padoue, Quintino Spella, et ses fonctionnaires. Il y avait des tensions liées à la gestion du bureau et, peut-être, c'est pour cette raison que les hommes des services n'ont jamais eu connaissance du tuyau arrivé de l'intérieur de la prison concernant un attentat "dont tous les journaux du monde auraient parlé".

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 2 Mai 2021 - 6:54


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/01/news/strage_2_agosto_bologna_mandanti_processo_sisde_servizi_segreti_p2_gelli-298906416/

Bologna 2 Agosto. Mirella Robbio: "I Nar furono un'idea di Paolo Signorelli, voleva che la destra facesse azioni eclatanti come le Br"

01 MAGGIO 2021

(traduction)

Bologne 2 août. Mirella Robbio : "Les NAR étaient une idée de Paolo Signorelli, il voulait que la droite fasse des actions d'éclat comme les Br".

L'approfondissement. Les déclarations aux juges de l'épouse de Mauro Meli, membre de Ordine Nuovo : "Le capitaine Segatel m'a demandé d'enquêter parmi les camarades amis de mon mari car il y avait un soupçon de quelque chose de gros".

(...)
_ _ _

https://it.wikipedia.org/wiki/Paolo_Signorelli_(politico)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 2 Mai 2021 - 15:06


https://bologna.repubblica.it/cronaca/2021/04/30/news/strage_2_agosto_gli_ex_uomini_dei_servizi_accusano_il_generale_spella_non_condivideva_le_informazioni_con_noi_-298807296/

Due agosto, gli ex agenti dei servizi segreti accusano il generale Spella: "Non condivideva le informazioni"

30 APRILE 2021

(traduction)

Le 2 août. D'anciens agents des services secrets accusent le général Spella : "Il ne partageait pas les informations".

Le responsable du centre Sisde de Padoue aurait eu connaissance de l'attaque 20 jours auparavant, mais le 007 n'a mené aucune enquête et n'a rien communiqué aux magistrats et aux forces de police.

L'ancien chef du SISDE de Padoue, Quintino Spella, "était lié de manière très forte au général Giulio Grassini", alors chef des services secrets et membre de la loge P2 de Licio Gelli. C'est ce qu'ont déclaré dans leurs dépositions trois hommes différents des services qui, le 2 août 1980, travaillaient dans la structure secrète de Padoue. Les trois anciens fonctionnaires ont parlé de Spella comme "d'un centralisateur qui ne partageait pas les informations avec eux, à tel point que les relations avec lui se sont détériorées très rapidement".

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyMer 5 Mai 2021 - 21:41


https://incronaca.unibo.it/archivio/2021/05/05/strage-bologna-il-sisde-di-padova-sapeva-di-un-attentato-in-corso-ma-ne-parlo-dopo-2-agosto

Strage Bologna: ex agente Sisde, "ne parlammo solo il 6 agosto"

05 maggio 2021 Silvia Rizzetto

L'allora segretario capo di Polizia Cartisano dice che il suo capo non gliene parlò prima

(traduction)

Massacre de Bologne : un ancien agent de la Sisde, "nous en avons parlé seulement le 6 août".

Le secrétaire en chef de la police de l'époque, Cartisano, dit que son patron ne lui en a pas parlé avant.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyVen 7 Mai 2021 - 19:03


https://bologna.repubblica.it/cronaca/2021/05/07/news/strage_di_bologna_la_procura_cosi_gelli_finanzio_gli_attentatori_-299831438/

Strage di Bologna, la Procura: "Così Gelli finanziò gli attentatori con 5 milioni di dollari"

Il flusso di denaro ricostruito dall'accusa dal capo della loggia massonica P2 a terroristi e spie

07 MAGGIO 2021

(traduction)

Massacre de Bologne, le bureau du procureur : "Gelli a donc financé les attaquants avec 5 millions de dollars".

Le flux d'argent reconstitué par l'accusation, du chef de la loge maçonnique P2 aux terroristes et aux espions.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyVen 7 Mai 2021 - 22:24


https://www.bolognatoday.it/cronaca/strage-bologna-mandanti-processo-soldi.html

Strage di Bologna, al processo bis l'analisi dei flussi di denaro dei presunti mandanti

"15 milioni di Euro che secondo la procura generale passarono di mano in mano. Tutto nato dal cosiddetto 'appunto Bologna' "

7 maggio 2021 19:07

(traduction)

Massacre de Bologne, au procès bis l'analyse des flux financiers des instigateurs présumés

"15 millions d'euros qui, selon le ministère public, sont passés de main en main. Tous sont nés de la "note de Bologne" ".

Nouvelle série d'audiences pour le procès sur le massacre de Bologne, qui voit sur le banc des accusés Paolo Bellini, Domenico Catracchia et Piergiorgio Segatel, mais qui, par ailleurs, a recommencé à toucher tous les volets sur les présumés commanditaires de la bombe de la gare.

Lors des deux audiences d'aujourd'hui, l'une le matin et l'autre l'après-midi, il a été question des millions de dollars volés au Banco Ambrosiano de Roberto Calvi et transférés sur les comptes du chef de la P2, Licio Gelli, de son prête-nom et caissier Marco Ceruti et de son bras droit, Umberto Ortolani, puis utilisés en partie pour financer l'attentat.

Les mouvements d'argent ont été analysés devant la Cour d'Assises par le capitaine Cataldo Sgarangella de la Guardia di Finanza. En particulier, Sgarangella a reconstitué le flux d'argent, d'un montant d'environ 15 millions de dollars, documenté par le billet dit "de Bologne", trouvé dans le portefeuille de Gelli lors de son arrestation à Genève en septembre 1982.

Un flux de millions, les comptes en Suisse

L'opération financière, selon les enquêteurs, peut être divisée en trois tranches, à partir de février 1979. Une première partie de 9,6 millions de dollars a transité par les comptes "Tortuga" et "Bukada" de la banque UBS à Genève, formellement enregistrés au nom de Ceruti. Un autre montant de 3,5 millions a été perçu par Gelli et Ortolani à titre de commission, et enfin 1,9 million a été conservé par Gelli et déposé dans une succursale de l'UBS sur le compte bancaire 525779 X.S., le même mentionné sur la page de titre de la note "Bologne", pour récupérer les sommes avancées par le Vénérable avant le détournement des 15 millions.

En comparant les sommes indiquées dans le document "Bologne" avec deux autres documents saisis en 1981 dans la villa de Gelli à Castiglion Fibocchi, les enquêteurs ont conclu que d'une partie de l'argent, s'élevant à cinq millions de dollars, a été prélevé le million de dollars qui, selon la reconstitution faite par les enquêteurs, a été livré par Gelli à Ceruti entre le 20 et le 30 juillet 1980, et a ensuite atterri chez les poseurs de bombes.

La note de Bologne indique également les sommes de 850 000 dollars et de 20 000 dollars qui, selon le ministère public, ont été versées respectivement à Federico Umberto D'Amato (ancien chef du bureau des affaires confidentielles du ministère de l'Intérieur, appelé "Zaff", abréviation de "Zafferano") et à Mario Tedeschi, rédacteur en chef de "Il Borghese" et membre du MSI. Tous deux, selon les enquêteurs, faisaient partie des instigateurs, organisateurs et financiers du massacre avec Gelli et Ortolani, bien qu'aucun des quatre ne soit jugé car ils sont tous morts depuis longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptySam 8 Mai 2021 - 17:27


https://books.openedition.org/pur/46761

Federico Umberto D’Amato (1919-1996)

Né à Marseille, il travaille au ministère de l’Intérieur italien en août 1943. Entre 1950 et 1957, il dirige le bureau politique de la Préfecture de Police de Rome. En novembre 1960, il entre à l’ Ufficio Affari riservati où, en 1961, il dirige la VIe section, chargée des relations avec les autres services italiens et les services étrangers. Sa maîtrise courante du français le désigne comme l’agent chargé de l’OAS en Italie. Il affirme avoir reçu la Légion d’honneur des mains du général de Gaulle, « à cause de son action qui élimina le réseau le plus important de la mortelle OAS qui agissait en Italie ». En 1966, il est le n ° 2 du bureau AA RR avant d’en devenir le n ° 1 en novembre 1971. Il entretient des relations étroites et personnelles avec plusieurs agents de la CIA dont James Angleton et il participe, en 1965, à la fondation du « Club de Berne » auquel appartiennent les dirigeants des services de renseignements européens. Après la dissolution du bureau Affari riservati par Taviani, en 1974, D’Amato est transféré à la direction de la police ferroviaire, routière, postale et des frontières où il déclare avoir poursuivi ses activités de renseignements. En 1981, il apparaît sur les fichiers de la loge maçonnique P2.

_ _ _

Il a été à l'origine du "Club de Berne"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_Berne

https://aboutintel.eu/the-club-de-berne/

http://www.sehepunkte.de/2018/04/31287.html

[1] Von Aviva Guttmann sind zu diesem Thema auch folgende Publikationen erschienen: Combatting terror in Europe: Euro-Israeli counterterrorism intelligence cooperation in the Club de Berne (1971-1972), in: Intelligence and National Security 33 (2018), Nr. 2, 158-175; Secret Wires Across the Mediterranean: The Club de Berne, Euro-Israeli Counterterrorism, and Swiss 'Neutrality', in: The International History Review, 10. Juli 2017 (published online);

http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07075332.2017.1345774?journalCode=rinh20.

Secret Wires Across the Mediterranean: The Club de Berne, Euro-Israeli Counterterrorism, and Swiss ‘Neutrality’
Aviva Guttmann
Pages 814-833 | Published online: 10 Jul 2017

This article sheds light on a covert counterterrorist deal between the Western European and Israeli security services, which was concluded in 1971 under the auspices of the Swiss government. This security arrangement was held under the framework of the Club de Berne, an informal forum of nine Western security services and their transatlantic and Middle Eastern partners. Based on hitherto unknown source material, the article discusses four main aspects of the Club de Berne: its creation, its background within the Swiss administration (complete lack of democratic oversight, absolute secrecy and neutrality), its threat warning system under the code word Kilowatt and the reasons for the participating countries to choose cooperation within this network. The main argument is that the Club de Berne was a security arrangement beneficial to all parties: it allowed Europeans to protect themselves from Palestinian terrorism without being seen as helping Israel; this secret dimension was also what allowed ‘neutral’ Switzerland to take part in this security framework.

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02684527.2017.1324591?src=recsys

Combatting terror in Europe: Euro-Israeli counterterrorism intelligence cooperation in the Club de Berne (1971–1972)
Aviva Guttmann
Pages 158-175 | Published online: 26 Jul 2017
Download citation https://doi.org/10.1080/02684527.2017.1324591

How do intelligence agencies cooperate to counter terrorism and to what extent can it be (ab)used for political purposes? This article focuses on the Club de Berne, an intelligence liaison forum that was founded in 1969 by nine Western European countries and which was also linked to the United States and Israel. This article explores the mechanisms of counterterrorism intelligence-sharing in the early 1970s and examines the motives for cooperation within this framework. On the basis of large-scale recently declassified intelligence records, the article uncovers new aspects in the history of European security cooperation with Israel and the United States, and hopes to lay the groundwork for broader theoretical reflections about counterterrorism intelligence cooperation.

(courte vidéo sur le site)

_ _ _

Note : il est troublant de constater le rôle de Federico Umberto d'Amato dans un club rassemblant de très nombreux représentants de services secrets européens (dont Albert Raes) et même non-européens alors qu'il est accusé d'avoir au minimum manipulé l'enquête sur l'attentat de Bologne.

_ _ _

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Raes

(...)

De 1977 à 1990 Raes fut le doyen du Club de Berne, réunion périodique des chefs d'une douzaine de services de renseignement européens, y compris la Suisse, dont il fut le co-fondateur en 1970. Ces réunions permettaient la mise en commun confidentielle d'informations sur des dossiers sensibles.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptySam 8 Mai 2021 - 22:08


https://www.antimafiaduemila.com/home/mafie-news/306-giustizia/83685-strage-bologna-ecco-come-licio-gelli-foraggio-i-terroristi-con-5-milioni-di-dollari.html

Strage Bologna: ecco come Licio Gelli foraggiò i terroristi con ''5 milioni di dollari''

AMDuemila 08 Maggio 2021

In aula prosegue la ricostruzione del flusso di soldi per finanziare la strage

(traduction)

Massacre de Bologne : voici comment Licio Gelli a financé les terroristes avec "5 millions de dollars".

La reconstitution des flux d'argent pour financer le massacre se poursuit au tribunal

Lors du procès sur le massacre de Bologne (accusés Paolo Bellini, Piergiorgio Segatel et Domenico Catracchia), le passage de l'argent pour financer le massacre a été reconstitué. Selon les enquêteurs - qui ont reconstitué les mouvements financiers lors de l'audience d'hier au tribunal - le flux d'argent est parti le 22 août du Banco Ambrosiano Andino de Roberto Calvi, puis est passé sur les comptes numérotés d'Umberto Ortolani (le bras droit de Licio Gelli) et, de lui, directement sur ceux de l'ancien Vénérable. A son tour, le chef de la Loge P2 aurait gardé pour lui le million avancé et transféré 4 millions à Marco Ceruti (son factotum), destinés ensuite aux assaillants. Les mouvements de capitaux contenus dans le fameux "Document de Bologne", trouvé dans les poches de Gelli le jour de son arrestation à Vienne, ont été retracés pas à pas par le capitaine Cataldo Sgarangella de la Guardia di Finanza, qui a parlé de mouvements d'argent pour un total de 15 millions. Des sommes exorbitantes partaient de la Banque et arrivaient à Genève et en Italie après une série d'écrans. Le premier million de dollars a été livré en liquide, peu avant le massacre. Argent que Licio Gelli (en photo) a avancé sur ses avoirs entre le 20 et le 30 juillet 1980. Le solde est arrivé le 1er septembre suivant, avec le transfert de quatre autres millions sur des comptes numérotés en Suisse. L'argent, selon les magistrats, a servi à financer non seulement le massacre, mais aussi une série d'opérations dans le cadre de l'attaque et de soutien à une structure cachée qui a géré la supercherie ultérieure.

Les experts de "Fiamme Gialle" se sont concentrés, par exemple, sur les 850 mille dollars qui sont allés à Federico Umberto D'Amato, ancien chef du Bureau des affaires réservées du Viminale, et sur 20 mille autres pour le directeur du "Il Borghese" et député du MSI, Mario Tedeschi, considéré comme impliqué dans le massacre avec Gelli et Ortolani. Tous les quatre font l'objet d'une enquête, mais ne peuvent être jugés car ils sont morts. En ce qui concerne D'Amato, en particulier, une reconstitution de ses actifs a été faite, découvrant que dans ces années-là il a acheté une maison en France, dans le centre de Paris. À sa compagne de l'époque, D'Amato a même offert des Porsche et des bijoux, garantissant un niveau de vie hors du commun pour un fonctionnaire d'État. En parcourant les affaires de l'ancien “Maestro Venerabile”, on découvre également la relation, plus ou moins directe, avec Giorgio Di Nunzio, dont le fils Roberto a décrit devant le tribunal un incroyable réseau de relations. Di Nunzio parlait à Umberto D'Amato tous les jours, connaissait Francesco Pazienza et était un ami proche de Tedeschi. Et dans la liste de ses contacts émerge le nom d'Ernesto Diotallevi (Banda della Magliana), des cardinaux Egidio Vagnozzi et Fiorenzo Angelini et celui d'Aldo Semerari (considéré comme un lien entre la subversion noire et l'appareil d'Etat). Enfin, il était en affaires avec Marco Ceruti, le factotum de Gelli, et lié aux chefs de Sismi Pietro Santovito et Giuseppe Belmonte.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 7:42


https://bologna.repubblica.it/dossier/diario-processo-2-agosto-strage-di-bologna/2021/05/08/news/bologna_2_agosto_strage_bellini_p2_licio_gelli_servizi_segreti-299995872/

Bologna strage del 2 agosto. I segreti del cambiavalute di Licio Gelli

Il mistero sulla morte di Giorgio Di Nunzio e l'archivio che custodiva nel suo ufficio fatto sparire poche ore dopo il suo decesso

08 MAGGIO 2021

(traduction)

Massacre de Bologne du 2 août. Les secrets de l'agent de change de Licio Gelli

Le mystère de la mort de Giorgio Di Nunzio et des archives qu'il conservait dans son bureau, qui ont disparu quelques heures après sa mort.

_ _ _ _ _ _ _ _ _

https://gazzettadireggio.gelocal.it/reggio/cronaca/2021/05/08/news/ricostruiti-i-flussi-di-denaro-andati-agli-stragisti-di-bologna-1.40250555

Ricostruiti i flussi di denaro andati agli stragisti di Bologna

08 MAGGIO 2021

Per la Procura Generale i soldi vennero sottratti da Gelli al Banco Ambrosiano. L'operazione finanziaria, secondo la Finanza, fu in tre tranche a partire dal 1979

(traduction)

Reconstitution du flux d'argent qui est allé aux attaquants de Bologne

Selon le parquet général, l'argent a été volé par Gelli à la Banco Ambrosiano. L'opération financière, selon le ministère des Finances, s'est déroulée en trois tranches à partir de 1979

La première partie de l'audience d'hier à Bologne sur le procès de Paolo Bellini de Reggio Emilia, Domenico Catracchia et Piergiorgio Segatel a été consacrée aux flux d'argent qui, selon le Parquet de Bologne, ont servi à financer le massacre du 2 août 1980 à la gare de Bologne. Des millions de dollars détournés du Banco Ambrosiano de Roberto Calvi et transférés sur les comptes du chef de la P2, Licio Gelli, de son homme de paille et caissier Marco Ceruti et de son bras droit, Umberto Ortolani, puis utilisés en partie pour financer l'attentat.

Les mouvements d'argent ont été analysés devant la Cour d'assises par le capitaine Cataldo Sgarangella de la police financière. En particulier, Sgarangella a reconstitué le flux d'argent, d'un montant d'environ 15 millions de dollars, documenté par le billet dit "de Bologne", trouvé dans le portefeuille de Gelli lors de son arrestation à Genève en septembre 1982.

L'opération financière, selon les enquêteurs, peut être divisée en trois tranches, à partir de février 1979. Une première partie de 9,6 millions de dollars a transité par les comptes "tortuga" et "bukada" de la banque UBS à Genève, formellement au nom de Ceruti. Un autre montant de 3,5 millions a été encaissé par Gelli et Ortolani à titre de commission, et enfin 1,9 million a été conservé par Gelli et déposé dans une succursale de la banque UBS sur le compte 525779 X.S., le même compte mentionné sur la page de titre du billet "Bologne", pour récupérer les sommes avancées par le Vénérable avant le détournement des 15 millions. En comparant les sommes mentionnées dans le document "Bologne" avec deux autres documents saisis en 1981 dans la villa de Gelli à Castiglion Fibocchi, les enquêteurs ont conclu qu'une partie de l'argent, s'élevant à cinq millions de dollars, a été prise pour le million de dollars qui, selon la reconstitution faite par les enquêteurs, a été remis par Gelli à Ceruti entre le 20 et le 30 juillet 1980, et a ensuite atterri chez les poseurs de bombes.

La note de Bologne mentionne également les sommes de 850 000 dollars et 20 000 dollars qui, selon le parquet, ont abouti respectivement chez Federico Umberto D'Amato (ancien chef du bureau des affaires confidentielles du ministère de l'Intérieur, appelé "zaff", abréviation de "safran") et Mario Ttedeschi, rédacteur en chef de "Il Borghese" et membre du parlement du MSI.

Tous deux, selon les enquêteurs, ont fait partie des instigateurs, organisateurs et financiers du massacre avec Gelli et Ortolani, bien qu'aucun des quatre ne soit jugé car ils sont tous morts depuis longtemps.

Les traces de l'argent ont été suivies également dans la tranche d'audience de l'après-midi. En particulier, grâce au témoignage de son fils Roberto, la figure de Giorgio Di Nunzio a été esquissée, qui aurait été le premier bénéficiaire de l'argent destiné à financer le massacre.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 9:48


Maintenant que nous connaissons le rôle de Licio Gelli et celui de Federico Umberto d'Amato dans l'attentat de Bologne, il est particulièrement choquant d'écouter leurs interventions dans le reportage de la BBC de 1992 (à partir de 1 33' 04" et de 1 33' 48") :

https://www.youtube.com/watch?v=AUvrPvV-KQo&ab_channel=TheArjan1982

attentat de la gare de bologne - Page 8 Gladio10


attentat de la gare de bologne - Page 8 Fede10

_ _ _

Selon Oswald LeWinter, Federico Umberto d'Amato touchait de l'argent de l'ambassade des Etats-Unis :

attentat de la gare de bologne - Page 8 Dama11


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 11:18


attentat de la gare de bologne - Page 8 Bbc10

Comme Federico Umberto d'Amato le dit lui-même dans le documentaire de la BBC de 1992 :

«We did a lot in the field of security, especially on a European scale after the French evenements of the revolution of ’68. There was a real threat posed by subversive elements in Europe so I proposed we set up a permanent committee, a European committee. One which even Switzerland joined. Indeed this committee is even called the Berne Club (…) The club still exists and brings the secret services of Europe together. Every time they meet because I was the founder they send a greeting to the "Godfather". That’s me.»


attentat de la gare de bologne - Page 8 Damato10

Selon Vincenzo Vinciguerra :

D'Amato was the founder of the Berne Club. It was his idea. It includes all the secret services of Europe and America. The first appearance of this group in the internal political battle is seen in 1972 in the so-called "Operation Chinese Poster". They gave an extreme Right wing group, l'Avanguardia Nazionale, the task of putting up Maoist posters. This was in effect an attempt to create an "ultra Left", even more extreme than the Communist Party. The Berne Club drew this up at a meeting of the secret services of Europe, America and China.

_ _ _

Voir le très intéressant document

https://www.foiaresearch.net/organization/avanguardia-nazionale

By FOIA Research on February 3, 2019 - Last updated: December 20, 2020

Avanguardia Nazionale ("National Vanguard"), established in its nucleus in 1958 by the neofascist Stefano delle Chiaie, was a group involved in domestic false-flag terrorism in Italy, supported by elements of American, Italian and European secret services. Although outlawed in 1976, there seems to be a resurgence of the group in recent years, including some of its former members

(...)

Operation Chinese Posters

In February 1966, AN militants were involved in the Operazione manifesti cinesi ("Operation Chinese Posters"), a false flag operation which consisted in putting up posters, which in spite of the name they became known under, were actually praising the Stalinist Soviet Union. The posters were signed by invented Italian Stalinist Communist groups. These posters were designed by the journalist Giuseppe Bonanni, contributor to the neo-Fascist  Il Borghese.

The plan was implemented under the responsibility of Federico Umberto D'Amato, head of the Confidential Affairs Office of the Interior Ministry and entrusted to the Counter Intelligence Corps agent Mario Tedeschi, using the manpower of Avanguardia Nazionale under Delle Chiaie's control.

_ _ _

Note : il y a un problème de chronologie si le Club de Berne n'a été créé qu'après 1968... Il faudrait préciser quand l'opération "posters chinois" a été mise en place.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 12:15


attentat de la gare de bologne - Page 8 Secu110


attentat de la gare de bologne - Page 8 Reu10

(traduction)

Le 17 de ce mois, une réunion s'est tenue à Paris entre les responsables des services de sécurité intérieure des six pays de la Communauté européenne, plus l'Angleterre et les Etats-Unis.

Les réunions précédentes s'étaient tenues à six ou douze mois d'intervalle à Paris, Bruxelles et La Haye depuis l'été 1968, après les événements notoires de mai en France, dans le but d'échanger des vues et des informations sur une base large, confidentielle et non officielle, sur les problèmes de la subversion et les moyens de la combattre.

(...)

attentat de la gare de bologne - Page 8 Secu210


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 13:17


attentat de la gare de bologne - Page 8 Fed110


attentat de la gare de bologne - Page 8 Fed210

(...)

attentat de la gare de bologne - Page 8 Fed310

(...)

attentat de la gare de bologne - Page 8 Fed410


(traduction)

le service belge en la personne de son chef, M. Albert Raes, Administrateur général de la Justice, qui a déjà envoyé aujourd'hui une lettre confirmant qu'il a reçu ces informations en juillet 1980.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 14:01


attentat de la gare de bologne - Page 8 F110


attentat de la gare de bologne - Page 8 F210

attentat de la gare de bologne - Page 8 F310


(traduction)

Je n'ai pas non plus négligé d'informer, pour la partie qui les concerne, les services de sécurité alliés et parallèles auxquels, ces dernières années, en même temps que des informations sur la Loge, j'ai fourni les adresses de leurs intérêts (à Paris ou à Bruxelles, à New York ou à Los Angeles) où je savais que Gelli avait des correspondants.
Ces services sont également prêts à confirmer ce que je déclare.

Plus précisément :

La station italienne de la C.I.A. américaine a reçu ces informations en 1977 et après. À cet égard, M. Allen Morril, un fonctionnaire de l'ambassade des États-Unis chargé de la liaison entre le service américain et les services de sécurité et de police italiens parallèles, peut témoigner. Le service français S.D.E.C.E., dont le représentant à Rome, M. Sanson, maintenant retraité, a reçu les informations en 1979 et qui est disponible pour les confirmer dans la forme qui sera demandée ; le service belge en la personne de son chef, M. Albert Raes, directeur général de la justice, qui a déjà envoyé la lettre dans laquelle il confirme avoir reçu ces informations en juillet 1980. Et même dans le domaine de l'opinion publique, j'ai contribué à la connaissance du phénomène lorsque le célèbre journaliste Roberto Fabiani a publié un livre sur Gelli et le P2 pour les éditions de "L'Espresso".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 14:52


De Lutiis Giuseppe, I servizi segreti in Italia. Dal fascismo all’intelligence del XXI secolo, Milan, Sperling e Kupfer, 2010, p. 412 sq.


attentat de la gare de bologne - Page 8 Fuda110

(traduction)

Federico Umberto D'Amato

À ce stade, il semble utile de fournir au lecteur une brève biographie du préfet D'Amato, de loin l'homme de renseignement italien le plus connu, le plus apprécié professionnellement, mais aussi le plus discuté de ces soixante dernières années. Federico Umberto D'Amato, comme nous l'avons déjà mentionné, est né à Marseille le 4 juin 1919, dans une famille napolitaine. Entré au service du ministère de l'Intérieur le 1er août 1943, il a immédiatement l'occasion de se faire un nom. Le 4 juin, en effet, le jour de l'arrivée des Alliés à Rome, et alors que la dernière colonne allemande en fuite se trouvait encore à la périphérie nord de la ville, le jeune commissaire adjoint captura tout le réseau d'espionnage de l'Abwehr allemand laissé à Rome (c'est-à-dire les collaborationnistes italiens, abandonnés par les Allemands en fuite) et le remit aux Alliés. Dans son livre "Menu & dossier", il affirme que la circonstance qui lui a permis d'identifier le réseau allemand est venue de la découverte de la liste complète des espions contenue dans un classeur perdu par les Allemands. Il est difficile de croire que le meilleur service d'espionnage du Troisième Reich ait pu être aussi imprudent au point de laisser - au moment d'évacuer Rome - l'instrument permettant une identification rapide de ses agents.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 17:22


(suite)

En réalité, les choses ne se sont pas passées comme D'Amato l'a reconstitué dans son livre. Il faut encore une fois faire référence aux actes du Parquet de Brescia qui - dans le cadre de l'enquête sur le massacre de Piazza della Loggia - a acquis une formidable documentation sur cet événement et d'autres. Dans ce contexte, l'Inspecteur Michele Cacioppo du DCPP, un enquêteur qui, depuis quelques années, collabore avec ce Bureau du Procureur, a acquis, auprès du Service des Etrangers dissous de la Direction Générale du PS - aujourd'hui, Service de l'Immigration - de la documentation relative à l'espionnage de certains Pays sur notre territoire. C'est dans ce contexte que l'inspecteur est tombé sur des documents concernant les activités du jeune vice-commissaire dans la dernière période de la guerre. Dans un rapport signé par le directeur du commissariat de Castro Pretorio à Rome, il est fait référence aux opérations de contre-espionnage effectuées après le 4 juin par le commissaire adjoint Federico D'Amato, et il est affirmé que depuis le mois d'avril il avait pris contact avec un certain Marino Danese Luigi, qui faisait partie d'une organisation d'espionnage allemande. C'est le même Danese, que nous avons rencontré dans les pages précédentes concernant les faits de 1984, qui en 1944, d'avril à début juin, a exercé une activité méritoire et dangereuse en faveur de l'Italie en contact constant avec le commissaire D'Amato. La collaboration de Danese permet, entre autres, l'arrestation d'un certain F.C., chef du noyau d'espionnage pro-allemand dont Danese lui-même fait partie. F.C. était déjà connu du contre-espionnage américain qui, après le 4 juin, a beaucoup apprécié le fait de l'avoir trouvé déjà en prison. De cet épisode et d'autres similaires naît la collaboration entre le noyau de sécurité publique de Castro Pretorio et le commandement de l'OSS américain, la section X2 (appelée plus tard unité Z du SCI), qui ouvre un bureau au 59 de la Via Sicilia, que le jeune D'Amato commence à fréquenter assidûment. Il y rencontre régulièrement James Angleton. Bien des années plus tard, lors d'un entretien avec Mario Tedeschi, directeur de Borghèse, D'Amato se souvient d'une des soirées que les deux hommes ont passées ensemble. Une soirée particulière, car Angleton a ouvert une perspective différente. Tedeschi écrit :

Et puis, dit D'Amato, "tout a changé". Fin 46, un soir, Jim m'a invité à dîner. C'était rare, car Jim était un inappétent, il n'aimait pas manger. Long et maigre comme un clou, il tirait son énergie presque exclusivement des chocolats et du whisky. Il a pris le discours à bras-le-corps, puis est entré dans le vif du sujet : jusqu'alors, nous avions eu affaire à des fascistes, mais maintenant, le fascisme est terminé, vaincu, tandis que le véritable danger est le communisme. Nous devons changer notre objectif... [ ... ]
Le soir même, après s'être assuré de mon adhésion convaincue à la nouvelle directive, Jim m'a dit qu'il était intéressé par des nouvelles concernant un certain Conforto. Un homme, précise-t-il, qui, entre 1930 et 1945, a été un extraordinaire agent soviétique au Vatican".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 18:54


(suite)

Outre la surprenante référence à Giorgio Conforto, dont Angleton a montré ce soir-là qu'il était bien conscient de l'importance, il faut noter comment, déjà en 1946, la politique des Etats-Unis avait changé d'objectif et se préparait à orienter les chefs des services des pays alliés dans cette direction. Ce n'est pas un hasard, comme nous l'avons déjà vu, si la quasi-totalité des chefs de l'Office des affaires confidentielles de la première période d'après-guerre sont issus de l'OVRA. Entre-temps, en 1946, D'Amato passe du commissariat de Castro Pretorio au bureau politique de la préfecture de police de Rome, dont il devient le chef en 1950 et qu'il dirige jusqu'en 1957. Il entre bientôt en conflit avec le ministre de l'Intérieur, Tambroni, qui ordonne son transfert à Florence mais, comme il le raconte, "pour ne pas le subir, je me suis mis en congé et j'ai créé une petite société de cinéma avec laquelle j'ai produit les premiers carrousels télévisés avec de bons résultats". En réalité, en décembre 1957, il est transféré à Florence où, après un congé de quelques mois pour raisons de santé, il prend son poste en juillet 1958 comme responsable de l'équipe du tourisme et de la moralité publique. Cette période n'a pas des contours tout à fait clairs : le transfert à Florence semble avoir une connotation punitive marquée, et en fait D'Amato essaie de ne pas prendre le service en présentant des certificats médicaux, puis il démissionne, probablement parce qu'on l'a rassuré que l'"exil" sera bref. En fait, en décembre 1958, il est autorisé à revenir au ministère en tant qu'attaché à la section de la police des chemins de fer de la division des chemins de fer et des transports.

Après la chute des "triestini" et de Tambroni, le 23 novembre 1960, D'Amato réintègre les rangs par la grande porte, c'est-à-dire à la Division des affaires confidentielles, où, depuis 1961, il est appelé à diriger la sixième section. Dès les années 50, voire 40, il avait établi des relations amicales avec le père Felix Morlion, recteur de l'université Pro Deo, qui semblait être une façade pour l'OSS d'abord, puis pour la CIA. Sur cette relation, et surtout sur la structure, il existe un document qui sera découvert bien des années plus tard dans les archives de Gelli à Montevideo. Il se lit comme suit :

( ... ) l'organisation schématique des services d'information sous la direction de P. Morlion, chef du réseau OSS, était la suivante. Initialement, les services pour l'US-OSS étaient couverts par l'organisation CIP, Pro Deo Information Centers. Travaillant avec Morlion étaient Mme Brady Anna, Obolensky, Snider, Gleser. Le bureau initial a été fait dans la Via Napoli et ensuite dans la Via Nomentana, au domicile de Brady. Plus tard, en 1955, l'organisation Morlion OSS Pro Deo a été intégrée par deux éléments : Mgr John Dunne, Mgr Bruning, et le neveu du premier, le Dr Massara. Ils ont spécifié leur activité vers les pays d'Europe de l'Est, avec des fonds et la transmission de nouvelles également vers la Grande-Bretagne. La même année sont jetées les bases d'une collaboration toujours en vigueur avec le Bureau des Affaires Confidentielles du Ministère de l'Intérieur, le Dr D'Amato, le Dr Di Girolamo, qui avec Mgr Ferrero et le Dr Croce s'occupent du secteur Pro Deo, initialement destiné aux services d'information politique et d'intérêt économique et militaire. Les bureaux de ces services étaient situés au 122 Via del Tritone, puis au 12 Viale Pola ; la direction et le filtrage du matériel d'information étaient toujours effectués de concert par Mgr Ferrero et le Dr D'Amato [ ...]. Lorsque le scandale d'espionnage des agents Snider et Obolensky a éclaté, c'est le Dr D'Amato qui s'est montré le plus intéressé à faire expulser Obolensky en France et Snider à Rio Grande del Sud.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 19:33


(suite)

De la documentation citée, il ressort que, au moins à cette époque, Ferrero, D'Amato et Morlion ont rédigé "un rapport quotidien en douze exemplaires seulement, qui [était] transmis à de très hautes personnalités et aux responsables des services connectés". Il convient de rappeler que, du moins officiellement, le Pro Deo était à l'époque une importante université privée de l'ordre dominicain, où étaient dispensés, entre autres, des cours de journalisme et de sciences sociales. La première référence publique à d'autres activités n'a eu lieu qu'en 1968, lorsque l'hebdomadaire Mondo d'Oggi a annoncé une enquête sensationnelle, qui n'a jamais été publiée, comme nous l'avons déjà vu au chapitre 5.

Pendant ce temps, D'Amato a pu cultiver ses deux hobbies : la gastronomie et le journalisme. Pendant de nombreuses années, il a collaboré avec l'hebdomadaire Il Borghese sous le pseudonyme d'"Abate Faria", et plus tard avec L'espresso, d'abord sous le nom de plume de "Gault & Millau", puis sous son vrai nom. "Pour l'agent d'un service secret", écrivait récemment Aldo Giannuli, "les collaborations journalistiques sont un excellent moyen d'établir des relations avec les journalistes, qui, après tout,. font le même travail de collecte d'informations qui sont aussi une monnaie d'échange".

Entre-temps, D'Amato était devenu la figure la plus représentative des Affaires confidentielles, mais il n'en est devenu officiellement le chef qu'en novembre 1971. Il fut adjoint de facto au moins à partir de 1966, pendant les derniers mois de la direction de Savino Figurati, déjà miné par la maladie, et pendant les directions suivantes de Lutri, Catenacci et Vigevano. Entre-temps, il a maintenu et renforcé l'estime des responsables américains, qui préféraient avoir des relations préférentielles avec lui. En août 1961 déjà, il avait conduit une délégation de fonctionnaires du ministère de l'intérieur aux États-Unis. La délégation a été accueillie par James Angleton, Mark F. Wyatt, William Tyng, tous fonctionnaires de la CIA, et a été reçue par le chef de l'Agence lui-même. Lors de la crise des missiles russes à Cuba en octobre 1962, D'Amato a joué un rôle de médiateur entre les États-Unis et l'Union soviétique, dont les détails sont encore tenus secrets. En 1965, il est l'un des fondateurs d'un organisme informel - appelé plus tard le Club de Beme, du nom de la ville où il se réunit habituellement - qui comprend des cadres des services de sécurité européens. Initialement composé des chefs des services de renseignement des six pays du Marché commun, le Club a progressivement accueilli de nouveaux membres pour compter en 2009 des fonctionnaires de vingt-deux pays.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyDim 9 Mai 2021 - 20:01


(suite)

Entre 1964 et 1966, le Bureau des affaires confidentielles a entrepris des démarches pour que le criminel nazi Karl Hass obtienne une prolongation indéfinie de son permis de séjour en Italie. C'est surtout Ulderico Caputo qui prend l'affaire à cœur : dans une note émanant vraisemblablement du bureau des affaires étrangères de la préfecture de police de Rome, on peut lire : " Le Questore Caputo de la division confidentielle du ministère de l'Intérieur a signalé que Karl Hass est une personne bien connue d'eux et que, pour des raisons de service, il a besoin d'un changement de documents ". M. Caputo, devenu entre-temps inspecteur général des services de la protection civile, transmet au directeur de la division des affaires générales "une demande par laquelle M. Karl Hass, citoyen allemand (que je connais depuis 1943), demande la résidence illimitée en Italie, où il vit depuis 1945. Aurez-vous la courtoisie d'examiner la demande avec la plus grande bienveillance ? ".

Nous avons largement rendu compte des activités du Bureau des affaires confidentielles dans la période qui a suivi le massacre de la Piazza Fontana, notamment en 1974, dans les chapitres précédents. Après la dissolution du bureau par le ministre Taviani, D'Amato a été transféré à la direction de la police de la circulation, des chemins de fer, des postes et des frontières. En 1981, les listes des membres présumés de la loge P2 sont découvertes. D'après les imprimés de Castiglion Fibocchi, D'Amato apparaît inscrit avec la carte de membre n° 1643, à la date officielle du 1er janvier. Il est membre du groupe central, il semble avoir payé régulièrement les cotisations pour les années 1977, 1978 et 1979 ; il a atteint le troisième grade ("maître"). Il avait alors déclaré s'être adressé à Gelli pour vérifier les motivations que les milieux piduistes, et en particulier le procureur général de Rome, Carmelo Spagnuolo, avaient menées contre les chefs de la police et du Bureau des affaires confidentielles. Il n'est pas certain qu'il ait jamais adhéré à la franc-maçonnerie dans les années précédant celles où il a été impliqué dans l'affaire P2.

Le 28 juillet 1981, en réponse à la lettre d'objections que lui avait adressée le ministre de l'Intérieur, il a envoyé à ce dernier une lettre très articulée dans laquelle il affirmait que, bien que dans sa nouvelle fonction à la tête de la police des frontières, des chemins de fer et des routes, il avait continué à exercer des activités de renseignement, parce que le ministre de l'Intérieur et le chef de la police lui avaient "fait prendre conscience que, bien que dans mes nouvelles fonctions, je n'aurais pas pu ne pas continuer à mettre ma richesse personnelle d'expérience et de connaissances au service de l'État, certainement de manière différente". Dans cette lettre, il affirme son droit et son devoir d'approcher les milieux les plus disparates dans l'intérêt supérieur de l'État : "Travaillant - comme je l'ai dit - de manière autonome et personnelle, j'ai pris contact et développé des relations dans tous les secteurs et avec toutes les personnes que je considérais utiles à ces fins. Si mes fréquentations devaient être interprétées comme un choix, je pourrais (comme toute personne, cependant, qui effectue des tâches de ce genre) être, au cas par cas, considéré comme un partisan d'Autonomia operaia ou du terrorisme palestinien, un agent des services américains ou soviétiques, un émissaire de tel ou tel parti". Considérations justifiables pour ceux qui exercent des activités de renseignement, mais tout à fait singulières lorsqu'il émet l'hypothèse qu'il peut être considéré comme "un partisan d'Autonomia operaia ou du terrorisme palestinien", étant donné que l'on peut présumer que ces deux organisations n'ont pas été choisies au hasard.

Retraité en 1984, Federico Umberto D'Amato est décédé dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1996.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyLun 10 Mai 2021 - 9:36


https://www.laregione.ch/estero/estero/1510246/strage-gelli-bologna-aula-licio

In aula a Bologna i conti svizzeri di Licio Gelli

Nel nuovo processo sulla strage in stazione del 1980 ricostruiti i flussi di denaro dell'ex capo della P2

07.05.2021 - 22:07

(traduction)

Dans la salle d'audience de Bologne, les comptes suisses de Licio Gelli

Dans le nouveau procès sur le massacre de la gare de 1980, les flux financiers de l'ancien chef de la P2 ont été reconstitués.

Pour le Procureur Général de Bologne, la première destination des fonds documentés dans la Note de Bologne, confisquée à Licio Gelli au moment de son arrestation à Genève et qui illustre le mouvement de l'argent, en partie, utilisé pour financer le massacre, est à identifier dans la somme de 240 mille dollars créditée, le 3 septembre 1980, sur le compte courant d'une banque genevoise, à Giorgio Di Nunzio : un changeur de monnaie, courtier en affaires, mort en 1981, qui a encaissé l'argent en Suisse pour le compte de Gelli et l'a ramené en Italie.

Dès 1987, le rapport de la Guardia di Finanza enquêtant sur la faillite de Banco Ambrosiano indiquait que le compte courant était au nom d'un certain "Nunzio", en référence à Giancarlo Di Nunzio, neveu et bras droit de Giorgio, mais le nom de ce dernier, cotitulaire du compte, avait été omis par deux responsables financiers : une circonstance découverte par les magistrats bolonais seulement au cours des nouvelles enquêtes sur le massacre.

Aujourd'hui dans la salle d'audience, dans le cadre du nouveau procès sur l'attentat à la bombe de la gare, a été entendu Roberto Di Nunzio, fils de Giorgio, qui a expliqué comment son père avait des relations téléphoniques et personnelles avec Federico Umberto D'Amato et avec le journaliste de Il Borghese et ancien sénateur du MSI, Mario Tedeschi, tous deux désignés par les magistrats, avec Gelli et Umberto Ortolani, comme instigateurs, organisateurs et financiers du massacre. Mais pas seulement, aussi avec Francesco Pazienza, le fixateur de fausses informations, avec le criminologue d'extrême droite Aldo Semerari, et avec des hauts fonctionnaires du Sismi comme Pietro Musumeci, Giuseppe Belmonte et le même directeur des Services de l'époque, Giuseppe Santovito. D'Amato, l'ancien chef du bureau des affaires confidentielles du Viminale, "était l'un des noms qui se rapportaient quotidiennement à mon père - a expliqué Roberto Di Nunzio - Une fois, il est venu chez ma grand-mère et s'est enfermé dans le bureau de mon père pendant une demi-heure. Quand mon père a parlé avec D'Amato, j'ai eu le sentiment d'un contexte de pouvoir".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE




Nombre de messages : 19399
Date d'inscription : 08/12/2009

attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 EmptyLun 10 Mai 2021 - 11:19


Sur Federico Umberto D'Amato, il y a aussi un livre récent (2021) :


attentat de la gare de bologne - Page 8 Spia10


Le père Félix Morlion n'est pas mentionné.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: attentat de la gare de bologne   attentat de la gare de bologne - Page 8 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
attentat de la gare de bologne
Revenir en haut 
Page 8 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 12 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: